Toyota Yaris III : La petite hybride "made in France"

Produite dans l'usine de Valenciennes, cette citadine essence-électrique est réellement écologique. Evoluant en mode « zéro émission » jusqu'à 20 km/h en conduite normale, elle distille un bel agrément en ville. Douce, silencieuse et efficace. Mais, sur route ou en côte, elle avoue ses limites
Copyright Reuters
Copyright Reuters

PSA ferme Aulnay. Mais l'usine Toyota de Valenciennes va bien, merci. Voici donc le dernier né du site nordiste, et pas n'importe lequel. C'est la première petite voiture hybride essence-électrique produite en Europe. Une première. Pour cette version "verte", Toyota prévoit 25.000 ventes sur le Vieux continent en 2012 (sur un total de 185.000 Yaris, toutes fabriquées à Valenciennes) et 40.000 l'an prochain. Après quelques jours à son volant, nous sommes prêts à parier sur la réussite de ce modèle. Cette Yaris hybride « made in France » est formidable... en ville !

Un museau affiné

Après des Yaris I et II rondouillardes, la troisième mouture se veut carrée, géométrique. Résultat : des lignes nettes, incisives, pour un gabarit contenu, mais une habitabilité satisfaisante. La Yaris III demeure plus petite extérieurement qu'une Renault Clio. La version hybride qui nous intéresse ici reçoit quelques retouches stylistiques, qui lui affinent le museau, légèrement rallongé par rapport à la version thermique... pour accueillir les accessoires de l'hybridation. Tout ceci ne lui confère pas une personnalité marquée. Mais, bon, les japonaises n'affichent jamais une identité forte - sauf, les 4x4 et pick-ups ! Déplorons toutefois, comme sur la plupart des citadines aujourd'hui, l'absence totale de... pare-chocs et de protections latérales! Les designers ont peur que cela ne dénature leur chef d'?uvre, paraît-il !

Intérieur un peu plus gai

A l'intérieur, la version hybride arbore des placages en plastique souple gris clair sur la planche de bord et les contre-portes, qui égayent un peu la sempiternelle ambiance noirâtre. De discrètes surpiqûres bleues donnent un très léger relief au tissu des sièges, tout comme les cadrans bleutés. C'est plus seyant que sur la Yaris classique. Même si tout cela n'a rien de bouleversant. Regrettons toujours au passage les plastiques durs, assez bas de gamme, qui sentent l'économie, mais semblent bien assemblés. C'est mieux que sur les premières Yaris III essence ou diesel essayées l'an dernier.

Bonne habitabilité

L'habitabilité est intéressante, l'accessibilité bonne, la position de conduite surélevée plaisante. Il manque toutefois un réglage lombaire des sièges... Autre détail agaçant : entre la Yaris II et la III, on a perdu la banquette arrière coulissante. Une régression, même si Toyota l'explique par la nécessité de loger les batteries. Le coffre, que rognent lesdites batteries, est assez réduit, évidemment. Mais, bon, c'est normal ! Les surfaces vitrées sont assez généreuses, sauf de trois-quarts arrière. Le pare-brise plat dégage latéralement bien la vue. Cependant, il manque de hauteur. Mais qu'est-ce qui a donc pris à Toyota d'affubler l'auto d'un unique balai d'essuie-glaces ? Réclamons aussi des espaces de rangement recouverts de feutre ou de caoutchouc, pour éviter que les objets ne brinquebalent au moindre virage sur les surfaces de plastique dur.

Sérénité urbaine

Comme toujours sur une hybride, on croit ne pas avoir mis en marche, tant on est surpris par le silence exceptionnel. On démarre en électrique et on maintient ce mode « zéro émission » facilement jusqu'à 20 kilomètres à l'heure ou plus en conduite normale. Sensationnel. La douceur est remarquable, le fait de savoir qu'on ne consomme ni ne rejette rien réconfortant. Et, quand le moteur à essence se met en route, il le fait avec une exemplaire docilité. On s'en rend à peine compte. Et même en mode essence, dès qu'on lève le pied, le moteur se coupe. Tout cela est formidablement conçu et mis au point. Jamais un à-coup, une hésitation. Quelle onctuosité ! Bravo à Toyota, dont l'expérience remonte dans les hybrides à 1997. En ville, c'est idéal, du moins tant que l'on n'accélère pas trop fort.

Utilisation extra-urbaine décevante

Maintenant, assez de superlatifs! Car notre béatitude dure... tant qu'on ne force pas la cadence. Malheureusement, dès que l'on quitte la ville, que la vitesse grimpe ou qu'une côte se présente, la Yaris hybride avoue ses limites. Car, souple, onctueuse, la mécanique thermique de 1,5 litre de cylindrée de 75 chevaux s'emballe vite si l'on accélère trop vigoureusement. On entend alors un hurlement strident et stérile du moteur, car celui-ci prend son temps pour monter en vitesse. La faute à cette fichue transmission à variation continue (CVT), qui impose un fort glissement et transmet donc la puissance aux roues avant avec un décalage exaspérant si l'on veut conduire de façon plus dynamique. Un défaut historique de ces voitures hybrides, qui limite l'agrément d'utilisation extra-urbaine. La voiture accélère, là n'est pas la question, et nous avons pu rouler à 120-130 sans problèmes, mais elle le fait à son rythme. Bref, voilà une super deuxième voiture pour citadins roulant essentiellement en terrain plat entre deux bouchons. Pour un parcours vallonné ou autoroutier, sans même parler d'un usage montagnard, elle sera moins à l'aise.

Sobriété réelle

Le bilan économique et écologique est séduisant. La voiture ne consomme que 3,5 litres aux cents, selon les cycles normalisés, et rejette moins de 80 grammes de C02 (79 exactement). Dans la réalité, ce n'est pas tout à fait ça. En fait, la consommation est plus élevée que dans ces moyennes normalisées totalement déconnectées du quotidien. Nous avons avalé, durant notre essai essentiellement urbain, un peu plus de 5 litres aux cents. Ce qui, toutefois, reste très satisfaisant dans l'absolu. Notons cependant que la voiture se nourrit de sans plomb, plus cher en France que le gazole. En revanche, au-delà même des faibles émissions de C02, cette voiture hybride est intrinsèquement plus propre qu'un diesel puisqu'elle ne rejette, notamment, aucune particule !

Comportement routier fidèle

Le comportement routier est sérieux. Pour une petite voiture, le bilan apparaît assez réussi. Agréable dans les man?uvres, la direction apparaît moins légère à haute vitesse que sur la version diesel. Tant mieux. Elle ne génère plus la sensation de flou, que nous avions ressenti sur ce modèle à gazole. Le confort est correct - en dépit de trépidations sur chaussée abîmée - sur la version Dynamic (version de base) de notre essai, qui utilise des pneus 175/65/R15 à flancs hauts. Mais, il faut éviter la version Style, plus huppée, affublée de grandes roues de 16 pouces avec une monte pneumatique en 195/50/R16 à flancs bas. Sur un véhicule urbain qui n'a rien, mais absolument rien, de sportif, on ne voit pas l'intérêt d'être secoué brutalement à chaque ralentisseur. Et, en plus, vous consommerez davantage sur cette Style et émettrez plus de C02 (85 au lieu de 79 !)... Ne vous laissez donc pas embobiner par le vendeur !

Recommandable

La Yaris hybride est l'exemple même de la petite auto extrêmement intelligente, où la haute technologie ne fait pas figure de gadget mais représente une vraie avancée historique, bien conçue et construite, qui jouira de l'excellente réputation de fiabilité et de qualité du réseau attachée à la marque. Pas d'inquiétude sur le vieillissement du système hybride. La Prius, pionnière de l'hybride et vendue depuis 15 ans, est considérée comme la plus fiable des Toyota. La Yaris hybride en version de base Dynamic est à 18.500 euros, avec un équipement déjà très complet. Et on a droit à 2.000 euros de super-bonus écologique. Soit 16.500 in fine. Attractif. Pour la finition Style, il faut débourser 2.000 euros de plus ! A noter que la version diesel Dynamic équivalente est à 17.450 euros (moins 100 euros de bonus). Dès lors, l'hybride est... moins onéreuse que la déclinaison thermique à gazole !
Alain-Gabriel Verdevoye

Modèle d'essai : Toyota Yaris hybride Dynamic: 18.500 euros (-2.000 euros de bonus)

Puissance du moteur : 100 chevaux (75 en essence + électrique)

Dimensions : 3,90 mètres (long) x 1,69 (large), 1,51 (haut)

Qualités : Système hybride formidablement géré, douceur de conduite en ville, voiture réellement « propre », comportement routier sérieux, accessibilité, attrait tarifaire, réputation de fiabilité

Défauts : transmission CVT exaspérante sur route, accélérations avec retard, un seul essuie-glaces, ambiance triste et plastiques bas de gamme

Concurrente : Honda Jazz hybride : 18.950 euros (- 2.000 de bonus)

Note : 15 sur 20 (en ville)
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 14/08/2012 à 23:36
Signaler
J'ai une Auris Hybride et en position Powermod il n'y a aucun retard de réponse de la boite CVT sur la route. Le journaliste bâcle son essai. A croire qu'il n'a fait que pâte de maison avec.

à écrit le 14/08/2012 à 15:19
Signaler
Incompétence encore ue fois. Le bouton Powermod danstoutes les hybrides Toyota empêchent la boite CVT de trainer sur la route. Pire tous les journalistes racontent la même connerie! C'est navrant!

à écrit le 08/08/2012 à 23:52
Signaler
pour les consos réelles : http://www.spritmonitor.de/fr/evaluation/modeles_economiques.html

à écrit le 05/08/2012 à 17:04
Signaler
Mr le journaliste, encore une fois, il n'y a pas de de transmission CVT dans le système hsd, seulement une transmission épicycloidale. Alors arrêter de parler de "glissement", c'est absolument impossible...

à écrit le 04/08/2012 à 10:10
Signaler
Made in France cela me fait rire alors que le mot protectionnisme en France est trés mal vu on préfére parler de mondialisme pour ce donner des airs de grandeurs et puis Toyota et bien Français en croire certains commentaires ;on fait bien du formata...

le 15/10/2012 à 16:20
Signaler
je ne comprend pas, trop de fautes de grammaire, d'orthographe, que voulez vous dire ?

le 04/10/2013 à 17:10
Signaler
marco "comprendS"...

à écrit le 04/08/2012 à 9:37
Signaler
La cerise sur le gâteau, c'est que Toyota pourrait exporter une partie de la production française vers l'étranger (on parle des Etats-Unis). La conclusion, c'est qu'en peine période de crise, les entreprises efficaces peuvent générer des ventes, crée...

à écrit le 03/08/2012 à 21:20
Signaler
J aime bien les lignes de la voiture. Elle est très sobre et écologique. Made in France J ai envie de l acheter pour remplacer ma Megane 2 dont le moteur à lâcher à 130mkms et 5 ans. "quality made" qu ils disent Mdr

le 03/08/2012 à 21:48
Signaler
Tiens ! Un vendeur de chignole de Toyota ! Mais made in France...

le 03/08/2012 à 22:18
Signaler
C est mieux d acheter des Toyota made in France que des Renault made in Corée

le 04/08/2012 à 9:01
Signaler
Back, la voiture est MONTÉE en France, ce qui correspond à peu près à 10% de la voiture. Vous oubliez la fabrication de pièces et surtout la CONCEPTION de la voiture et de ses éléments !

le 04/08/2012 à 9:30
Signaler
C'est mieux d'avoir les 2 : Certaines conçues en France et d'autre montées en France. Cela permet de faire travailler toutes les catégories de personnel. En tout cas, cela tord le cou à certaines idées reçues : On ne pourrait pas fabriquer en France ...

le 04/08/2012 à 10:56
Signaler
La carrosserie est emboutie, soudée, peinte en France. Ça représente déjà beaucoup plus que 10% Pour moi c est une voiture française

le 17/08/2012 à 15:30
Signaler
Toyota a de très nombreux sous-traitants en France avec lesquels elle a de bons rapports ,mais c'est la qualité zéro défaut, tous ne peuvent y arriver. Je pense que Toyota a autant de pièces Françaises que les autres. Mais bon 18000 euro c'est cher p...

à écrit le 03/08/2012 à 21:14
Signaler
Ben moi je me réjouis de ma Prius qui a déjà plus de 5 ans, pas une ride, confortable, économique, fiabilité à toute épreuve et SAV impeccable. Si elle est produite en France, c'est la cerise sur le gâteau.

le 04/08/2012 à 9:23
Signaler
Bravo jb, vous avez eu du nez. J'aurai du faire ce choix il y a bien longtemps au lieu de renouveller ma Clio. Après, la Prius est trop grande pour moi en région parisienne. Mais avec la Yaris Hybride, plus d'excuse. Je tiens mon prochain achat !

à écrit le 03/08/2012 à 19:01
Signaler
C'est inutile!!! Vous voulez être écolo et vous habitez en ville? Débarrassez vous de votre caisse et prenez les transports. Vous verrez on s'y fait très bien et on gagne du fric tout en rigolant des jérémiades des citadins qui pleurnichent parce que...

à écrit le 03/08/2012 à 16:32
Signaler
5 litres aux cents, c'est quoi l'avantage de l'hybride? Même le niveau d'émission de CO2 doit être supérieur au 80 annoncé, puisque c'est directement lié à la conso.

le 03/08/2012 à 19:05
Signaler
Et bien déjà il n'y a aucune particule cancérigène due au pétrole, ça devrait vous suffire, quand aux supposés gaz à l'effet de serre il n'y a toujours aucune preuve scientifique que le CO2 entraine le réchauffement de la planète. Les morts dus aux p...

le 03/08/2012 à 19:48
Signaler
Le CO2 a un PRG de 1 à 100 ans, et le CH4 de 25. La concentration en CO2 est passée de 300 a 400ppm et le CO2 fait 75% des GES émis.

le 03/08/2012 à 19:51
Signaler
L'avantage est donné dans le chapeau introductif: « elle avoue ses limites ». Une automobile qui accepte des limites, voilà le progrès !

à écrit le 03/08/2012 à 16:21
Signaler
Par contre, l'électrique c'est jusqu'à 50 Km/h en conduite normale et moins avec une accélération franche.

le 04/08/2012 à 9:21
Signaler
Ce qui est déjà mieux que toutes les autres voitures existantes sur le marché ! Personne n'est capable de faire mieux à l'heure actuel (des vraies voitures avec 4 places et 4 roues que l'on peut réellement acheter aujourd'hui à un prix abordable).

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.