Infiniti M35h : La super limousine hybride de Nissan, l'allié de Renault

 |   |  1824  mots
Infiniti M 35h  Copyright Infiniti
Infiniti M 35h Copyright Infiniti
Une belle berline luxueuse et ultra-puissante hybride? Fomidable, pour assurer d'excellentes performances tout en en limitant consommations et émissions de C02. La marque de prestige de l'Alliance Renault-Nissan frappe un grand coup. Mais, les prestations idéales sur le papier ne se vérifient pas au quotidien.

L'Infiniti M35h ? Sûrement, ça ne vous dit rien, sauf à quelques connaisseurs voyageant beaucoup aux Etats-Unis. Voilà la super limousine hybride de la marque de prestige du japonais Nissan, l'allié japonais de Renault.  Une voiture, essentiellement destinée au marché américain, qui concilie très hautes performances, grand luxe et rejets de C02 contenus. Cette très belle voiture, aux lignes sensuelles inspirées par Jaguar ou Maserati (il y a pire comme références) et à la planche de bord toute en courbes rappelant là aussi les magnifiques anglaises ou italiennes, est propulsée par une grosse motorisation V6 à essence de 3,5 litres de cylindrée et un moteur électrique de 68 chevaux, générant au total 364 purs sang sous le long capot. Avec des batteries dernier cri lithium-ion et une boîte auto à sept rapports. Les émissions de gaz à effets de serre sont réduites à 159 grammes au kilomètre. Tout ça constitue une jolie prouesse pour une berline de près de 5 mètres de long capable d'atteindre les 250 à l'heure.

L'électrique à la rescousse

Contact : il ne passe rien. Car, évidemment, on démarre en électrique dans le silence le plus total. Très (trop) vite, toutefois, le V6 se met en marche. Mais c'est  un plaisir de suivre sur le graphique devant les yeux les coupures du moteur thermique dès que l'on relâche la pédale, même à 100 à l'heure. En fait, durant notre essai, nous avons roulé à maintes reprises en électrique, notamment dans les descentes. Certes, ça dure très peu, mais c'est une satisfaction de voir que tout cela fonctionne sans que le conducteur s'en aperçoive autrement que par le graphique. Souvent, aussi, le moteur électrique vient fournir un surcroît de puissance au V6.

Boîte pas assez réactive

Mais, voilà, au fur et à mesure des kilomètres, l'enthousiasme généré par ce système hybride retombe. Tout d'abord, si le son rauque du V6 envoûte, on a du mal à utiliser la puissance. La voiture est pesante et cette lourdeur se ressent en accélérations. La transmission automatique, même en position « Sport », n'est pas suffisamment réactive à l'entrée d'un virage. Elle est certes douce mais ne permet pas les performances que l'on attendrait des 364 chevaux. Et, si on essaye de force la cadence, la boîte transmet des à-coups, comme si elle semblait un peu dépassée par les événements. Sur route sinueuse, il fait donc recourir au mode manuel.

Comportement pataud

Cette grosse voiture n'apprécie que modérément nos petites départementales étroites à multiples virages et au revêtement médiocre. L'agilité n'est pas le fort de ce vaisseau, pataud et paresseux à virer. Les chicanes sont encore moins sa tasse de thé. Les rivales européennes sont plus précises et agiles. En ligne droite, à haute vitesse sur autoroute, la relative inconsistance de la direction à assistance variable oblige aussi à faire des rectifications de trajectoire. Certes, on s'y habitue, mais ce léger flou surprend au début. Le freinage, en revanche, se révèle à la hauteur. Terminons par une autre déception, à savoir une motricité médiocre sur revêtement humide. Si l'on accélère un peu fort, cette propulsion voit son train arrière débordé par la puissance. Celui-ci manifeste alors son mécontentement, enclenchant un peu trop souvent l'anti-patinage. Sur des pavés gras et mouillés, il est nécessaire d'avoir le pied léger. Ca fait désordre.

Pas si confortable que ça

Des suspensions aussi souples, à l'américaine, doivent au moins générer un fantastique confort, non ? Ah ben non ! Car, l'amortissement n'est pas terrible et les petites inégalités de la chaussée entraînent des trépidations assez sèches. Notons aussi que les sièges plutôt plats maintiennent mal le corps en virage, d'autant plus que le cuir lisse est du genre glissant. Quant on vous disait que tout ça était bien américain... La conduite n'est certes pas désagréable. Loin de là. Mais, les concurrentes allemandes ou la rivale nippone Lexus GS 450h, essayée récemment, procurent davantage d'agrément. A ce niveau de prix, on devient légitimement exigeant. La Lexus nous avait aussi semblé plus confortable.

Habitacle un peu limité

A l'image de toutes les Infiniti, le « généreux » gabarit extérieur de la M35h ne se retrouve pas à l'intérieur, à l'habitabilité limitée. Quant au coffre, encombré par les batteries, il est riquiqui, du niveau d'une... citadine. Insuffisant ! Les portières, lourdes, sont aussi d'un maniement malaisé. Si on ouvre doucement, l'angle d'ouverture reste faible. Si on ouvre fort, la porte risque de revenir brutalement se fermer. Gare si vous avez, en sortant, mis déjà un tibia dehors ! L'absence de poignée de coffre ne permet pas non plus d'ouvrir et fermer sans se salir. Des détails qui mériteraient plus de soin.

Arsenal sécuritaire

A bord, tout un arsenal sécuritaire veille : surveillance de l'angle mort avec intervention ; régulateur de vitesse dit intelligent ; alerte anticollision ; alerte et prévention des écarts... Formidable. Oui, mais pas dans la réalité. Tout ça est effectivement beaucoup trop intrusif, avec des bips-bips stressants et exaspérants. On a du coup coupé tout ce qu'on a pu. A moins de sortir d'une retraite dans un monastère zen japonais, c'est la crise de nerfs en ville. Impossible toutefois de mettre durablement hors service l'aide au parking, qui ne se contente pas de couiner dans les man?uvres, mais aussi à basse vitesse quand elle détecte un obstacle. On peut le couper momentanément à l'aide d'un bouton caché sous la planche de bord et dissimulé par le volant, que l'on cherche à tâtons. Mais, dès qu'on remet la marche arrière, hop, c'est reparti ! Grrr. Déjà que toutes les voitures émettent aujourd'hui un insupportable bip-bip de ceinture obligeant à man?uvrer ligoté sur son siège... Mais, là, c'est de pire en pire.

Affichage du GPS agaçant

Agacement garanti aussi quand on veut faire figurer la carte ou mettre le GPS sur l'écran central. Refus. Une page de littérature du genre « je m'engage à conduire prudemment, etcetera » s'affiche. Et, tant qu'on n'a pas appuyé sur la touche « OK », rien ne marche. A chaque remise en route, ça recommence. C'est d'autant plus ubuesque que, pour trouver la touche « OK » au milieu de la planche de bord, on quitte la route des yeux ! A quand, chez soi, un bip-bip quand on saisit un couteau, avec sur votre téléphone portable une mise en garde du style « attention : ceci est un objet tranchant » et l'obligation d'appuyer sur « OK » pour que votre tiroir libère le couteau ? On nage en pleine absurdité. Pour finir, signalons une voix qui signale les radars fixes. Utile, mais pourquoi est-elle si tonitruante ?

Quelques « bugs »

Si la qualité des matériaux et des assemblages est de bon niveau, elle n'égale pas celle d'Audi. L'ambiance se révèle luxueuse, mais les alignements de la planche de bord et des contre-portes ne sont pas parfaitement en phase. L'accoudoir central non réglable revêtu de skaï (!) fait également tache. Notre modèle, qui affichait 22.000 kilomètres au compteur, souffrait aussi de quelques dysfonctionnements : la montre à aiguilles sur la planche de bord (comme chez Maserati) ne marchait pas, la ceinture de sécurité côté conducteur s'enroulait mal, l'essuie-glace en position automatique fonctionnait en continu même avec le pare-brise sec. Enfin, l'aide au stationnement, qui nous a tant agacés pendant deux jours, s'est tout d'un coup éteinte toute seule...

Consommations moins basses que prévu

Mais, tout cela est accessoire, nous rétorquera-t-on. Une voiture hybride, c'est d'abord des consommations basses et des rejets de gaz à effets de serre tout aussi réduits. Mmmouais. Justement, la consommation mixte de 7 litres aux cents, selon les calculs d'homologation, est impossible à obtenir dans la vie réelle. Le cycle d'homologation européen favorise exagérément les hybrides. Du coup, l'écart entre la consommation théorique et celle effectivement relevée dans la réalité est très important. Nous avons consommé pour notre part 11 litres aux cents lors d'un essai mêlant ville-route-autoroute. Evidemment, on peut conduire beaucoup plus mollement que nous. Mais, un client de M35h n'achète pas une telle motorisation pour conduire comme s'il avait acquis une simple Toyota Prius... Du coup, les rejets réels de C02, corrélés aux consommations, sont aussi bien plus élevés dans la pratique que dans les calculs officiels... Finalement, sans remettre en cause les bienfaits de l'hybride, disons que les avantages en termes de C02 sont moindres que ce qu'on veut bien nous raconter ! Soulignons néanmoins que 11 litres aux cents, pour une telle puissance et un gabarit similaire, c'est quand même pas mal dans l'absolu. Mais une BMW 535d avalera moins de carburant que l'Infiniti, pour une puissance autrement plus démonstrative, même si, officiellement, elle a moins de chevaux... Reste que le diesel - moins cher à la pompe que l'essence en France - est intrinsèquement plus polluant que l'essence au niveau des oxydes d'azote.

Prix coquet mais contenu

La M35h est une voiture exclusive, entendez onéreuse. La version « GT » à 55.090 euros comprend les sièges en cuir ventilés et chauffants, la direction réglable électriquement et le siège conducteur qui se recule pour mieux laisser sortir, l'éclairage bi-xénon adaptatif (efficace), le GPS, le toit ouvrant électrique. La « GT Premium » de notre essai coûte 61.090 euros. Elle offre en plus de série notamment l'arsenal sécuritaire mentionné et le système audio Bose « Premium Surround Sound » à seize haut-parleurs d'une belle sonorité. L'Infiniti est un démonstrateur du savoir-faire technologique de la marque. Cette jolie auto de prestige, moins chère que ses plus proches concurrentes, n'est toutefois pas complètement convaincante pour un européen. Ses rivales BMW 535d (diesel)) ou Lexus GS 450h (hybride) sont plus agréables, mieux adaptées à nos routes et émettent encore moins de C02. Quant au réseau de distribution en France d'Infiniti, les points de vente et de service se comptent sur les doigts d'une seule main...
Alain-Gabriel Verdevoye

Modèle d'essai : Infiniti M35h GT Premium : 61.090 euros (+1.500 euros de malus)

Puissance du moteur : 364 chevaux (essence+électrique)

Dimensions : 4,95 mètres (longueur) x 1,85 (largeur) x 1,50 (hauteur)

Concurrentes : BMW 535d X-Drive Excellis : 64.450 euros ; Lexus GS 450h Luxe: 66. 900 euros

Qualités : Ligne raffinée, équipements nombreux, belle sonorité du système audio, bon éclairage bi-xénon directionnel, fonctionnement hybride efficace, freinage puissant, gros moteur aux rejets de CO2 limités...

Défauts : ... mais supérieurs aux rivales, boîte peu réactive, comportement pataud, trépidations sur mauvaises routes, motricité médiocre sur le mouillé, sièges trop plats, bips-bips agaçants, coffre riquiqui, réseau insuffisant

Note : 12,5 sur 20

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2014 à 20:20 :
Mr Verdevoye, comment pouvez vous vanter les mérites d'un moteur diesel !?
Je pense que votre article est juste, mais depuis 20 ans j'ai de plus en plus de mal à respirer. Posez vous la question de savoir pourquoi les moteurs diesel sont interdits dans les agglomérations japonaises ? Vous allez nous parler des filtres à particules qui ne laissent passer que les particules fines (les plus dangereuses). Je suis à la recherche d'une voiture hybride et vous comparez un diesel... ARRÊTER non de dieu... pensez aux autres et non pas à vos économies à la pompe...
a écrit le 03/11/2013 à 10:44 :
Je ne suis pas d'accord avec cette analyse qui semble partisane.
Après avoir essayé plusieurs voitures y compris la Lexus 450 hybride, je me suis décidé pour cette Infiniti que je trouvais beaucoup plus séduisante et plus réactive sur la route... est-ce une impression ? Est-ce subjectif ? Toujours est-il que j'ai parcouru plus de 40000 km avec, en mode économique quand je suis en famille et en mode sportif quand je suis seul et plus les mois passent, plus je suis satisfait de mon choix. J'ai connu des boîtes automatiques moins réactives chez d'autres constructeurs.
Un comportement pataud ? C'est exagéré. Il ne s'agit pas là d'une voiture de sport, mais d'une grande routière ; il ne faut pas confondre, Quant à la comparaison avec d'autres marques, il faut relativiser. J'ai possédé des BMW série 7, les modèles les plus élevés de la gamme... Comportement sans aucun doute beaucoup plus lourd que cette Infiniti si on s'essayait en conduite sportive. Et en ce qui concerne la fiabilité, les voitures japonaises, fabriquées au Japon, n'ont de leçons à recevoir de personne, je pense. Les séries 7 que j'ai possédées coûtaient chers d'entretien et de pannes trop fréquentes.
J'ai possédé aussi une Cadillac Séville STS. Ce n'est pas sportif, c'est le confort absolu ; rien à voir avec une Infiniti qui offre un tempérament plus vif ... Il faut savoir ce qu'on veut. Il y aura des gens contents et d'autres qui ne le seront pas, car tout le monde ne recherche pas forcément la même chose.
Oui, rien n'est parfait en ce monde, surtout pas les voitures, mais il faut tout de même dire qu' en ce qui concerne la consommation, on peut dire ce qu'on veut. Avec cette Infiniti M35h, on a réussi à consommer 18 litres en se bloquant sans doute sur la 1ère et 2de vitesse... Mais ce n'est pas objectif pas plus qu'une consommation de 11 litres ou 12 litres : pendant combien de temps ? Et à quel rythme ? Voyons la réalité, la mienne par exemple : ma façon de conduire ne change pas. C'est moitié ville, moitié route. 3/4 du temps en famille, la consommation moyenne sur 42000 km s'établit à 8,2 litres aux cent, avec 364 chevaux que j'utilise aussi... Avec la Cadillac, pour le même style de conduite, c'était 13,5 litres (moteur Northstar oblige) Avec les BMW série 7, c'était plus de 15 litres... Mais on n'arrête pas le progrès... A quand la berline luxueuse de 500 CV qui consommera réellement 4 litres ?
Je ne sens pas ses à coup dont on parle dans le commentaire.
En ce qui concerne le système audio, je n'ai jamais rien entendu de mieux que dans la Cadillac STS, l'Infiniti est en dessous, pour les sièges chauffants aussi, pour l'éclairage des phares aussi. Quant au coffre, c'est vrai qu'il convient pour deux personnes mais très difficilement pour une famille de 4 personnes qui voyagent. Encore ici aussi, c'est une affaire de choix et de goût.
Dommage que l'essayeur n'ait pas vu que les vide-poches des portes était presque inaccessibles quand elles sont fermées... Pourtant quand on connaît bien la voiture, ça se voit.
En ce qui concerne le mouillé, je conseille à tous ceux qui ont des voitures un peu puissantes de ne pas trop en vouloir, les pneus ne sont pas toujours neufs ou parfaitement adaptés au terrain, à la nature du revêtement... Les voitures de série, quelles qu'elles soient, ne sont pas des formules 1 qui roulent sur piste avec des pneus adaptés aux conditions. On voit trop souvent des voitures "sportives" "super-équipées" finir à la casse à la suite d'un accident. Sans doute qu'il y aura aussi des Infiniti.
Quand à nos amis Canadiens, Suisses et Belges, pour ne citer que ceux-ci qui s'expriment en bon français, ils ne disent que du bien de cette Infiniti M35h. Au Canada, même, des prix de satisfaction, de fiabilité, de sécurité ont été accordés à cette voiture... Mais c'est vrai, les Canadiens ne fabriquent pas de voitures, on pourra dire qu'ils n'y connaissent sans doute rien, surtout quand on n'est jamais allé au Canada. Et de plus, ils n'ont jamais pu rouler dans une 2CV Citroën qui, dit-on, ne pouvait jamais quitter la route... Là aussi c'est une question de choix...
a écrit le 03/11/2013 à 10:38 :
Je ne suis pas d'accord avec cette analyse qui semble partisane.
Après avoir essayé plusieurs voitures y compris la Lexus 450 hybride, je me suis décidé pour cette Infiniti que je trouvais beaucoup plus séduisante et plus réactive sur la route... est-ce une impression ? Est-ce subjectif ? Toujours est-il que j'ai parcouru plus de 40000 km avec, en mode économique quand je suis en famille et en mode sportif quand je suis seul et plus les mois passent, plus je suis satisfait de mon choix. J'ai connu des boîtes automatiques moins réactives chez d'autres constructeurs.
Un comportement pataud ? C'est exagéré. Il ne s'agit pas là d'une voiture de sport, mais d'une grande routière ; il ne faut pas confondre, Quant à la comparaison avec d'autres marques, il faut relativiser. J'ai possédé des BMW série 7, les modèles les plus élevés de la gamme... Comportement sans aucun doute beaucoup plus lourd que cette Infiniti si on s'essayait en conduite sportive. Et en ce qui concerne la fiabilité, les voitures japonaises, fabriquées au Japon, n'ont de leçons à recevoir de personne, je pense. Les séries 7 que j'ai possédées coûtaient chers d'entretien et de pannes trop fréquentes.
J'ai possédé aussi une Cadillac Séville STS. Ce n'est pas sportif, c'est le confort absolu ; rien à voir avec une Infiniti qui offre un tempérament plus vif ... Il faut savoir ce qu'on veut. Il y aura des gens contents et d'autres qui ne le seront pas, car tout le monde ne recherche pas forcément la même chose.
Oui, rien n'est parfait en ce monde, surtout pas les voitures, mais il faut tout de même dire qu' en ce qui concerne la consommation, on peut dire ce qu'on veut. Avec cette Infiniti M35h, on a réussi à consommer 18 litres en se bloquant sans doute sur la 1ère et 2de vitesse... Mais ce n'est pas objectif pas plus qu'une consommation de 11 litres ou 12 litres : pendant combien de temps ? Et à quel rythme ? Voyons la réalité, la mienne par exemple : ma façon de conduire ne change pas. C'est moitié ville, moitié route. 3/4 du temps en famille, la consommation moyenne sur 42000 km s'établit à 8,2 litres aux cent, avec 364 chevaux que j'utilise aussi... Avec la Cadillac, pour le même style de conduite, c'était 13,5 litres (moteur Northstar oblige) Avec les BMW série 7, c'était plus de 15 litres... Mais on n'arrête pas le progrès... A quand la berline luxueuse de 500 CV qui consommera réellement 4 litres ?
Je ne sens pas ses à coup dont on parle dans le commentaire.
En ce qui concerne le système audio, je n'ai jamais rien entendu de mieux que dans la Cadillac STS, l'Infiniti est en dessous, pour les sièges chauffants aussi, pour l'éclairage des phares aussi. Quant au coffre, c'est vrai qu'il convient pour deux personnes mais très difficilement pour une famille de 4 personnes qui voyagent. Encore ici aussi, c'est une affaire de choix et de goût.
Dommage que l'essayeur n'ait pas vu que les vide-poches des portes était presque inaccessibles quand elles sont fermées... Pourtant quand on connaît bien la voiture, ça se voit.
En ce qui concerne le mouillé, je conseille à tous ceux qui ont des voitures un peu puissantes de ne pas trop en vouloir, les pneus ne sont pas toujours neufs ou parfaitement adaptés au terrain, à la nature du revêtement... Les voitures de série, quelles qu'elles soient, ne sont pas des formules 1 qui roulent sur piste avec des pneus adaptés aux conditions. On voit trop souvent des voitures "sportives" "super-équipées" finir à la casse à la suite d'un accident. Sans doute qu'il y aura aussi des Infiniti.
Quand à nos amis Canadiens, Suisses et Belges, pour ne citer que ceux-ci qui s'expriment en bon français, ils ne disent que du bien de cette Infiniti M35h. Au Canada, même, des prix de satisfaction, de fiabilité, de sécurité ont été accordés à cette voiture... Mais c'est vrai, les Canadiens ne fabriquent pas de voitures, on pourra dire qu'ils n'y connaissent sans doute rien, surtout quand on n'est jamais allé au Canada. Et de plus, ils n'ont jamais pu rouler dans une 2CV Citroën qui, dit-on, ne pouvait jamais quitter la route... Là aussi c'est une question de choix...
a écrit le 03/11/2013 à 9:59 :
Je ne suis pas d'accord avec cette analyse qui semble partisane.
a écrit le 03/11/2013 à 9:57 :
Je ne suis pas d'accord avec cette analyse qui semble partisane.
a écrit le 04/04/2013 à 17:09 :

Un point de vue par la statistique ..... et non par l'humeur ou le parti pris
http://content.usatoday.com/communities/driveon/post/2012/06/power-quality-study-lexus-1st-jag-leaps-gm-best-us/1
a écrit le 31/03/2013 à 22:34 :
Bref c'est de la merde. Espérons qu'ils ne vont pas rater leur coup avec la compact...
a écrit le 31/03/2013 à 10:15 :
Une limousine pas du tout dans le coup de l'hybride comme toujours. Avec ses 68ch électriques et son V6, une fois de plus l'hybride est pris à l'envers.
C'est tout le contraire qu'il faut faire: un moteur électrique plus puissant que le thermique.
Pourquoi? Tout simplement pour profiter du plaisir sans pareil de l'électrique: puissance et silence.
Un seul constructeur l'a compris: Chevrolet avec la Volt. Son moteur électrique de 151ch et son autonomie de 60km sur batterie vous propulse dans le futur automobile.
Tous les autres sont à côté de la plaque. Ce n'est pas de l'hybride qu'ils font, ce n'est que du greenwashing.
a écrit le 31/03/2013 à 9:48 :
Bonjour,

'allié de Renault" Qu'est-ce cela veut dire?

C'est une technique Renault? Ou Si vous voulez une Renault haut de gamme, achetez Infiniti?

Il vaudrait peut-être ici mieux de rester " neutre "!

Cordialement,,

giantpanda
a écrit le 30/03/2013 à 18:45 :
Le V6 est typiquement le fruit de l'alliance avec Nissan, conçu par les ingénieurs des deux maison mais d'un seul groupe. Auparavant Renault achetait ses gros moteurs sur étagère aux USA de manière discrète. Une avancée certaine en forme de réussite.
Réponse de le 30/03/2013 à 20:53 :
"Corso" vous racontez n'importe quoi ... manifestement vous ne maîtrisez pas votre sujet ...vous faites rire tout le monde !!! Avant Renault construisait ses V6 essence dans les alliances Peugeot-Renault-Volvo et ses V6 diesel chez Isuzu au Japon ... Cette infinity est d'un design de mauvais gout, une laideur et lourdeur sans pareil, toute la "patte " ghosnienne... et les finitions intérieures (assemblages, jeux entre les éléments de la console centrale au niveau du cendrier) sont dignes des voitures des années 90/début 2000 ..
Réponse de le 05/11/2013 à 18:31 :
Mais non, peut-être que Corso raconte n'importe quoi, je n'en sais rien, mais son intervention n'a rien de négatif, elle a de la hauteur. En revanche, sans doute peut-on donner son avis personnel sur cette voiture, mais oser affirmer haut et fort que la voiture est "de mauvais goût" - "une laideur et lourdeur sans pareil", ériger ceci comme valeur absolu, pourquoi pas ; il y a bien des gens qui s'insultent. Une telle affirmation tombe complètement à plat ; elle ne repose sur rien. C'est presque insultant. Il est nécessaire d'examiner les choses avec une autre approche.
Toutes les voitures sont le fruit de longues recherches, à la fois techniques et esthétiques. c'est l'aboutissement d'un travail sérieux de spécialistes et aussi d'artistes reconnus et recherchés qui travaillent sur le design. A ce titre on peut considérer une voiture comme une oeuvre d'art. On l'analyse, on compare, les éléments, on fait une synthèse, et on explique... On ne jette pas aux chiens quelque chose qui plait, même à une minorité. Souvenez-vous de ceux qui, par le passé détruisait des oeuvres d'art car ils les qualifiaient d'"Art dégénéré".
Cette voiture me plait énormément. Heureux sont ceux qui la possèdent. Elle a des lignes très douces, tout en courbes, absolument pas agressive. L'intérieur est un petit écrin. La voiture est racée, discrète, pas de tape-à-l'oeil. Je pense que c'est une ligne d'avant-garde. Les gens se retournent pour la regarder. Ce n'est pas une femme, mais la voiture évoque la féminité dans toute sa noblesse. Qu'on nous présente encore longtemps d'aussi belles choses et nous trouverons peut-être le monde moins négatif.
a écrit le 29/03/2013 à 22:18 :
La marque Infinity connaît des ventes infinitésimales .. voilà une marque bien nommée ... les illustres dirigeants de RenaultNissan ont été bien inspirés !!! avec des plateformes arriérées des Mercedes années 2004, nul doute que Infinity va connaître le même sort que le plouff échec magistral de la Daimler Maybard !!!
Réponse de le 30/03/2013 à 10:00 :
houla avec votre commentaire, on voit immédiatement que vous n'avez aucune connaissance de l'automobile, on peut juste rajoute que otre commentaire est affligeant!
Réponse de le 31/03/2013 à 15:31 :
M. ou Mme infinitésimale, renseignez vous avant d?écrire n'importe quoi !! d'abord ce ne sont pas des châssis mercedes qu'ils utilisent mais bien des châssis propres à nissan.
En Amérique du nord (USA et Canada) ils sont très prisés car ils sont très fiables par rapport aux marques européennes pour un prix moindre que ces dernières.
Réponse de le 04/11/2013 à 14:38 :
La Daimler Maybach est très très chère, voiture de prestige, dont le prix ne se compare pas à Infiniti. La Maybach est réservée à des personnes très fortunées, l'Infiniti est largement accessibles aux gens qui achètent des véhicules moyens chez Audi, Mercedes, BMW. Pour ces trois dernières marques les hauts de gamme sont au double du prix d'une Infiniti ; il ne faut pas s'étonner qu'on puisse trouver un peu mieux... :) En Amérique du nord, il y a des Infiniti, beaucoup plus qu'en Europe... Ce n'est pas un échec magistral, bien au contraire. La Maybach, en Amérique du nord... La connait-on ?
a écrit le 29/03/2013 à 19:23 :
J'ai lu plusieurs fois que le cycle "normalisé" de mesure de la consommation favorisait exagérément les voitures hybrides. Pouvez vous nous expliquer pourquoi ? Chaque tronçon de mesure est commencé avec les batteries chargées et terminé avec les batteries vides ?
Réponse de le 29/03/2013 à 21:23 :
Le cycle normalisé ne prend pas en compte le cout de fourniture de l'énergie électrique qui est donc considérée comme fournie sans consommer

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :