Jonathan Cherki, le traqueur de souris

 |   |  1250  mots
Jonathan Cherki
Jonathan Cherki (Crédits : DR)
À 28 ans, le fondateur de Content Square dirige 50 personnes, et crée des solutions pour optimiser les parcours clients sur les sites marchands. Il est prêt à s'implanter à Londres et en Allemagne.

À l'entendre commenter la croissance de son entreprise, on se dit qu'il est de Marseille. S'il est bien né dans la Cité phocéenne, Jonathan Cherki, fondateur de Content Square, affiche en effet une croissance insolente depuis 2012. Une performance saluée par un classement dans le palmarès Technology Fast 50 de Deloitte en novembre dernier, quelques mois après que l'Institut Gartner a identifié sa technologie comme l'une des quatre plus innovantes au monde dans l'e-commerce.

« Content Square propose quatre solutions Saas, développées en interne, pour aider les e-commerçants à optimiser leurs sites Internet afin d'augmenter leurs ventes en ligne. Nous savons traquer les mouvements de souris de chaque internaute : nous enregistrons les éléments du site qui sont survolés, et pouvons rejouer en vidéo chaque parcours afin d'améliorer l'ergonomie», illustre Jonathan Cherki, d'une voix assurée, où l'on cherche en vain l'accent de sa région natale.

Souriant et pétillant, il énumère en rafale les performances de sa solution :

« Nos clients constatent en moyenne une baisse de 20 % du taux de rebond (i. e. : le nombre d'internautes qui quittent le site après n'avoir vu qu'une seule page, rapporté au nombre de visiteurs total, ndlr), et les e-commerçants vous diront combien c'est important. Nos solutions permettent aussi de multiplier par 1,8 le temps de présence sur le site, et d'augmenter de 20 % à 100 % le taux de transformation. Chaque mois, ce sont 500 milliards de données que nous analysons.»

Un goût prononcé pour la statistique

Passionné de mathématiques, il a donné des cours de soutien à des élèves de 6e jusqu'aux classes prépas. Cette appétance lui ouvre la voie de l'Essec en 2007.

« J'avais le choix de mon avenir : devenir trader, ou suivre le chemin familial.»

Car Jonathan Cherki est fils et petit-fils d'entrepreneurs. Il aurait pu, comme son frère, rejoindre l'entreprise familiale d'import-export de fruits et légumes secs. Mais son projet d'étudiant est devenu son « projet de vie».

«En 2008, il y avait des bannières publicitaires sur tous les sites, mais 90 % des internautes ne cliquaient pas dessus. D'où mon idée de créer des pré-tests, en rémunérant les utilisateurs pour tester des publicités.»

Il fonde donc Web All Win en avril 2008, au sein de l'incubateur Essec Ventures, alors qu'il n'est qu'en première année. Il démarre seul, puis s'entoure de dix stagiaires.

Après trois ans, il a déjà pour clients Les 3 Suisses et Michelin, et une demi-douzaine de distinctions dans les concours dédiés à l'innovation et à l'entrepreneuriat.

En 2011, il est lauréat du Tremplin Entreprise organisé par l'Essec et le Sénat. Laurent Balayre, serial entrepreneur dans le software et investisseur via le fonds Seed4Soft, appartenait au comité de sélection :

« Parmi les 40 candidats, Jonathan était un ovni. Son projet était encore incubé, mais il en parlait comme d'une structure bien établie. Il parlait de ses stagiaires ultramotivés comme de ses salariés. Sa présentation était dynamique, son message clair : "j'ai une solution, du chiffre d'affaires, et j'ai besoin d'un million d'euros pour aller plus loin."»

Trois mois plus tard, Seed4Soft investira 450000 euros dans cet embryon de Content Square. « Ils m'ont apporté des fonds, et trois clients pour évaluer ma solution. C'était simple : si les clients étaient convaincus, ils investissaient. Une offre gagnant-gagnant», souligne Jonathan Cherki.

Cette levée de fonds début 2012 lui permet de doubler son effectif, passant à 10 salariés, et d'opérer un premier pivot, « pour se rapprocher de la caisse enregistreuse» en développant le premier logiciel de suivi des mouvements de la souris de l'internaute. Content Square est né. Le portefeuille clients s'étoffe, mais Jonathan Cherki n'est pas satisfait.

«Nos clients mettaient six mois à mettre en oeuvre nos recommandations. Nous avons réduit ce délai d'implémentation à six jours, puis à l'instantané grâce à une version de page testable en direct.»

Il souhaite tenir compte des spécificités culturelles de chaque marché.

« Un Allemand sur cinq lit les conditions générales de vente, ce que fait rarement un Français. Et si deux visuels suffisent à convaincre un internaute français, un Chinois appréciera d'en consulter une vingtaine.»

Il pousse sa curiosité de « ce qui déclenche l'acte d'achat» jusqu'à analyser la différence de navigation sur un même site, selon que l'utilisateur est un homme ou une femme, gaucher ou droitier...

« L'idée est d'identifier en temps réel le profil du visiteur et de lui proposer une version du site personnaliée.»

Une centaine de clients utilisent les technologies de Content Square : des médias, des banques et des e-commerçants (L'Occitane en Russie, Yves Saint Laurent et Lacoste aux États-Unis, Vente-Privée en Allemagne). Caroline Jacquin, responsable du marketing BtoC de Vente-Privée, apprécie sa capacité d'écoute :

« Jonathan Cherki prend le temps de comprendre nos problématiques. Il a un esprit analytique et un gène commercial. Il ne se prend pas au sérieux, et malgré la croissance rapide de son entreprise, il continue de prendre le temps d'assister à nos réunions.»

Jonathan Cherki est accro au terrain

Quitte, pour ce fêtard père d'un garçon de trois mois, à rallonger les journées de travail.

« Jonathan a l'énergie de cinq hommes en un. Cela se ressent dans sa façon de conduire», sourit Xavier Bentejac, le premier salarié de Content Square.

« Travailler aux côtés de quelqu'un qui est toujours sûr de lui et impliqué à 200% est très motivant. Il est exigeant sur le volume et la qualité du travail de chacun, et très proche de ses équipes, soucieux de leurs problématiques professionnelles comme personnelles.»

Jonathan Cherki ne tarit pas d'éloges sur ses collaborateurs. À la tête de quarante salariés et dix stagiaires, il réfléchit à un moyen de récompenser leur engagement. Depuis 2013, son entreprise est rentable, et il entend poursuivre son expansion à l'international. En janvier, il pitchait au Consumer Electronic Show de Las Vegas puis au NRF Big Show à New York. D'ici six mois, il veut ouvrir des filiales à Londres, en Allemagne, avant les États-Unis en 2016. Son but ? Devenir « leader mondial d'ici trois ou quatre ans».

Pour atteindre son objectif, il est prêt à dribbler sur le terrain du business comme sur la pelouse. Longtemps abonné au Vélodrome, il chausse encore les crampons chaque semaine mais avoue suivre désormais le Paris-SaintGermain, éternel meilleur ennemi de l'OM

« J'aime le beau jeu... et les gagnants.»

Mais sa devise reste celle que l'on clame sur la Canebière : «Droit au but !»

____

MODE D'EMPLOI

Où le rencontrer ? Près de ses bureaux. « Nous sommes avenue Franklin Roosevelt, dans le VIIIe arrondissement de Paris, à l'angle du rond-point des Champs-Elysées.

Envoyez-moi un mail pour prendre un café à partir de 7h30, ou après 20 heures.»

Comment l'aborder ? Énergique et convaincu. « J'aime les gens qui parlent avec leurs tripes, qui défendent une opinion, quelle qu'elle soit. Et aussi, ceux qui veulent faire de grandes choses, sans se mettre de barrière.»

À éviter ! Le flou. « Les gens qui manquent de clarté et de transparence, et ceux qui sont mous, me fatiguent.»

_____

TIMELINE

  • AVRIL 1986 Naissance à Marseille.
  • 2006 Intègre l'Essec.
  • AVRIL 2008 Fonde Web All Win.
  • 2011 Lance Content Square.
  • MARS 2012 Lève 400 000 euros auprès de Seed 4 Soft.
  • AUTOMNE 2014 Recrute 20 personnes.
  • FÉVRIER 2015 Prépare deux premières ouvertures à l'international, au Royaume-Uni et en Allemagne.
  • 2018 Présent aux Etats-Unis, il vise 100 millions de chiffre d'affaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2015 à 10:00 :
Facile d'afficher de grands bilans quand on ne paie pas ses testeurs...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :