Les femmes, la politique et les entreprises

 |   |  289  mots
DR
DR (Crédits : DR)
Agnès Bricard, la présidente de la Fédération des Femmes Administrateurs, a choisi la journée du 8 mars pour inviter les Françaises à réfléchir et débattre sur leur place en politique et dans les entreprises.

Créée le 3 juillet 2012, la Fédération des Femmes Administrateurs organise ce vendredi 8 mars, sa première manifestation d'envergure. Née de la volonté, après l'adoption des lois Copé-Zimmermann en faveur de la parité au sein des conseils d'administration dans les entreprises et celle de François Sauvadet qui impose aux entreprises publiques (les EPN) de parvenir à 40 % de femmes dans les CA d'ici 2018, cette fédération rassemble près de 2000 femmes, hauts-fonctionnaires énarques, juristes, avocates, huissières et experts comptables. Leurs objectifs pour cette année 2013 visent à permettre une meilleure mixité des femmes issues de l'administration comme celles des entreprises, de démontrer le rôle positif du capital féminin en matière de compétitivité, l'amélioration de la parité dans les professions libérales et l'importance d'une action coordonnée au niveau européen. 
A l'invitation d'Agnès Bricard, la première présidente de cette Fédération, les auditeurs et les auditrices vont pouvoir débattre sur la place des femmes en politique et leur promotion dans les entreprises, de 15 h à 17 h, au Conseil Supérieur des Experts Comptables (19 rue Cognac-Jay, 75007 Paris). Les personnes présentes pourront dialoguer notamment avec Marie-Jo Zimmermann, député et co-auteur de la loi sur la parité du 27 janvier 2011, Christine Fabresse, directrice du développement des Caisses d'Epargne au sein de la BPCE et Jean-Louis Debré, Président du Conseil Constitutionnel, qui présentera son dernier ouvrage « les femmes qui ont réveillé la France ». L'objectif de cette rencontre est d'échanger sur les difficultés auxquelles les femmes sont confrontées en tant que chefs d'entreprise, la relation au pouvoir, les problèmes de gouvernance, mais aussi l'épineuse question des sources de financement.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :