Sondage : pour deux Français sur trois, l'information économique est incompréhensible

 |  | 450 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Selon le sondage TNS Sofres réalisé par la Banque de France pour les JECO 2012, les Français sont assez lucides sur leur faible niveau de connaissance en économie. Et seuls un sur trois juge l'information économique "compréhensible". Dans leur sagesse, ils estiment à 82% que le niveau de la dette est inquiétant et pour relancer l'économie, réclament une hausse des petits salaires, plus de recherche et d'innovation et une baisse des impôts.

Nuls en économie, les Français ? En tout cas, ils sont 59% à reconnaître avoir un niveau de connaissance moyen, 22% assez faible et 10% très faible, selon le nouveau sondage TNS Sofres réalisé par la Banque de France pour l'ouverture des journées de l'Economie 2012 à Lyon. Une autoévaluation qui confirme ce que l'on savait déjà : en 2011, une étude du Codice, le comité pour le développement de l'information économique à qui Bercy a depuis coupé les vivres, faute de résultat tangibles sans doute, les Français avaient obtenu une note de 8,3 sur 20 à un test d'evaluation composé de questions basiques sur leurs connaissances en la matière.

L'économie, cela reste donc encore très compliqué pour une majorité de Français et c'est doute lié à la manière dont elle est enseignée ou pas enseignée dans la plupart des cas.
Autre référence stable dans le temps, 6 Français sur 10 porte un jugement sévère sur l'information économique qui leur est donnée et seulement 37% la juge "compréhensible". La complexité de la crise, de ses causes et de ses conséquences, et des réponses multiformes à y apportée continue de creuser un fossé entre la majorité des citoyens et les élites censées le lui expliquer. Journalistes et économistes, venus en nombre participer cette année encore aux Jeco à Lyon, ont encore du pain sur la planche. Ces résultats expliquent cependant certainement le succès de cette manifestation populaire et ouverte à tous et dont l'ambition est de démocratiser l'Economie.

Le sondage de la Banque de France apporte quelques autres enseignements intéressants. D'abord la grande sagesse des Français qui se disent à 82% inquiets du niveau des déficits et de la dette publique. Ils ressentent durement la crise economique puisqu'un tiers des sondés disent rencontrer des difficultés actuellement. Et si on leur donnaient le pouvoir, ils estiment que les mesures les plus efficaces pour relancer la croissance serait dans l'ordre : d'augmenter les petits salaires (55%), de stimuler l'innovation et la recherche et baisser les impôts. Sans surprise, le renforcement de l'intégration européenne comme tente de le faire le gouvernement Hollande pour mettre fin à la crise de l'euro ne séduit que 13% d'entre eux... Mais, ce qui est cohérent avec l'angoisse sur la dette, seuls 3% croient que la solution consiste à augmenter la dépense publique.
Le sondage converge donc assez bien avec la politique économique du gouvernement, à la question de la hausse des salaires près. Il faut dire que les Français ont aussi tendance à surestimer l'inflation avec un ressenti majoritaire d'une hausse des prix supérieure à 3% alors qu'elle n'est en réalité que de 2% !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2012 à 17:36 :
Tout est dit dans le titre : "l'information économique est incompréhensible".
L'information est donc mal transmise, tout simplement.
Car l'économie, c'est en fait très simple... Il n'y a qu'une règle à comprendre, et que l'on perd trop souvent de vue : ne pas dépenser plus que ce que l'on gagne.
C'est une règle universelle : celle de l'équilibre en toute chose.
Tout le reste n'est qu'outils financiers et langage complexifiés qui nous éloignent tout bonnement de l'essentiel.
a écrit le 18/11/2012 à 21:06 :
L'économie , surtout en période de crise , est très difficile à comprendre par les français , , même s'ils font appel à leur simple bon sens ! N'entendent-ils pas tout et son contraire de tous ceux qui prétendent savoir ?? Que dire alors de la plupart de nos pseudo "dirigeants" , plus préoccupés des multiples avantages financiers payes par nous ,( et surtout de leur réelection ) que de la France
a écrit le 12/11/2012 à 15:32 :
pour piger un seul moyen lire MARX . tout le reste c'est du bla bla
a écrit le 10/11/2012 à 10:48 :
Cela explique les résultats de nos dernières élections
Réponse de le 10/11/2012 à 11:01 :
JE corrige : cela explique le résultat des 4 dernières élections présidentielles et législatives.

François
a écrit le 10/11/2012 à 10:16 :
Quel tissu de bêtises... Donc "seuls 3% (des F.) croient que la solution consiste à augmenter la dépense publique" mais somme toute "le sondage converge assez bien avec la politique économique du gouvernement", ben voyons ! Etonnant que seulement 6 F. sur 10 portent un avis négatif sur l'information économique qu'ils reçoivent avec des commentaires comme celui-ci. M. Mabille, à Lyon il y a les bouchons, et la bouffe ça au moins les F. connaissent, faites-nous donc une p'tite revue gastro de la capitale française du goût.
a écrit le 10/11/2012 à 8:55 :
L'information économique est devenue, inutilement, de plus en plus complexe et, ou parce que; virtuelle; qui connaissait le mot "titrisation" avant le déclenchement de la crise?
Réponse de le 15/11/2012 à 21:52 :
0 avis : je vous comprends ! j'étais dans une banque et je reconnais que le langage des financiers est incompréhensible pour la plupart de nos citoyens avec tous ces outils qui nous ont amené à la plus grosse crise depuis 1945 - ils ont ainsi crée un tas d'instruments via les produits dérivés dignes des sorciers.....
a écrit le 10/11/2012 à 7:13 :
Comme pour tout le reste. Vous pensez que les français sont outillés aujourd'hui pour comprendre ce qui les entoure? Le niveau des étudiants aujourd'hui est lamentable. Je sais que ce n'est pas bien vu de le dire, mais c'est un fait. Bien sûr que c'est une généralité et que des exceptions existent, mais les bases les plus élémentaires ne sont plus maîtrisées. La question n'est pas de la volonté ni de la capacité, mais de la qualité de l'enseignement. D'ailleurs quand on explique que la mission de l'Ed Nat c'est la socialisation et le vivre ensemble au détriment de la transmission de connaissances, tout est dit. Comment dès lors peut-on espérer simplement une démocratie active? Quand on conjugue ça avec le bombardement de rengaines collectivistes, de biais keynésiens et de centralisme bureaucratique qui font qu'on a en permanence des chiffres faux, des raisonnements biaisés, comment voulez-vous qu'ils s'y retrouvent?
Réponse de le 10/11/2012 à 8:59 :
Heureusement nous avons vos lumières sur le sujet! Plus c'est 'complexe' et plus c'est facile de raconter des bobards!
Réponse de le 10/11/2012 à 11:00 :
@ simple citoyen
Quelle belle analyse : si la formation en économie est mauvaise c'est que l'enseignement est mauvais car on présente toutes les théories économiques, y compris celles qui sont fausses erronées et trompeuses : c'est notamment le cas des théories keynésiennes.
Il faut donc réformer les programmes et surtout pratiquer une censure systématique de tous les travaux , études et recherches qui pourraient avoir des conclusions keynésiennes car elles sont forcément fausses, et ce d'autant plus que les chiffres donnés sont manipulés. Les vrais statistiques, Simple Citoyen lui il les connaît ! Il a tout compris et c'est cela la VRAIE science : le dogmatisme aveuglant !
Comme le dit Grincheux, l'article est trop optimiste sur le niveau réel de certains à comprendre le raisonnement scientifique quand on lit ce genre de commentaire.
François

a écrit le 09/11/2012 à 23:52 :
Quand on sait que Nathalie Arthaud est professeur de ........ devinez , tout est dit, j'aimerai bien le croire lorsqu'elle dit que pendant son cours, elle est tout a fait objective, mais bon, je suis prêt à mettre ma main à couper que ce n'est pas le cas !!!!
Elle doit prêcher le communisme dans son cours, d'une manière directe ou indirecte !
J'ai des amis communistes, ils l'assume et surtout assume leur subjectivité pour tout ce qui économie.

a écrit le 09/11/2012 à 23:43 :
Simplement, ça veut dire économiser, ne pas gaspiller, optimiser, ne pas emprunter de l'argent pour satisfaire son tube digestif, mais uniquement pour investir, et créer une valeur ajoutée.
Ça veut dire aussi tout simplement du bon sens, après, la nature donne du bon sens à une personne sur trois d?après ce que j'ai compris
Réponse de le 10/11/2012 à 9:35 :
Pour satisfaire votre tube digestif d'emprunter pas, demandez l'aumône! et pour créer une valeur ajouté, investissez vous dans le travail!
a écrit le 09/11/2012 à 23:19 :
Il suffit de lire les commentaires sur les articles de la Tribune pour se rendre compte que ce sondage est optimiste...
a écrit le 09/11/2012 à 23:09 :
A lire tous ces commentaires je crois qu'il serait bon que les français sortent un peu et arrêtent de s'auto dévaluer. Si on pose la même question dans n'importe quel pays on aura à peu près le même résultat. Et combien d'entre nous parlent savamment de leur voiture sans avoir la moindre connaissance en mécanique ?
a écrit le 09/11/2012 à 21:29 :
L'information en France, c'est pas fait pour informer, mais pour manipuler :-)
a écrit le 09/11/2012 à 19:07 :
Dans le tas, il y en a combien qui ne savent ni lire et écrire?
a écrit le 09/11/2012 à 18:32 :
En clair: mes "économies" ont-elles à voir avec leur "ECONOMIE"? De même mon "budget", auquel je m'évertue à éviter des correctifs, a-t-il à voir avec leur "BUDGET" comblé de rustines et dont l'éxécution est bouclée dans la plus grande discrétion?
a écrit le 09/11/2012 à 17:50 :
Que tout le monde se rassure, chez nos politiques c'est encore pire. En revanche ils sont doués pour le mensonge et le détournement de fond public, voire le traffic d'influence et la corruption internationale, voire la perversion.
a écrit le 09/11/2012 à 16:12 :
92 % des français pense donc avoir une connaissance, et donc une compréhension, moyenne entre moyenne et nulle ..ce qui explique surement pour une bonne part qu'il soit si facile de les faire prendre fait et cause pour des mesures stupides ou dangereuses, et la difficultés à en faire admettre d?autre , douloureuses mais vertueuses. Explique aussi la facilité à les orienter vers de fausses pistes démagogiques..et aussi pourquoi on a le sentiment que les "méchants " capitalistes gagnent si souvent : à défaut de tout savoir, il en savent toujours plus que le quid, et le combat en devient inégal...La pédagogie et la connaissance sont pourtant les armes les plus efficaces d'un peuple qui devrait être capable de faire des choix les plus éclairés possibles..a qui porfite donc le crime de la démagogie et l'obscurantisme économique ???
Réponse de le 09/11/2012 à 19:45 :
Là où vous vous trompez, et que LA QUESTION est trompeuse, est qu'elle peut s'interpréter comme : "AI-JE toutes les bonnes informations pour me faire une idée COMPLETE de la REALITE". Et là, évidemment, non. Pour avoir étudié l'économie, soit, différents courants de pensée dont aucun ne détient la vérité ultime, car l'économie est ... humaine, je peux vous affirmer qu'un économiste peut être comparé à un dignitaire quelconque d'une église majoritaire sur terre. Rien de plus. Et, manque de chance, rien de moins.
a écrit le 09/11/2012 à 15:20 :
je ne sais pas si les français y comprennent quelque chose à l'économie, mais une chose est certaine, les économiste n'y comprennent probablement rien, au vu de la situation du monde .........

la seule chose que l'on remarque: la ou ça produit il y a encore, et même pas toujours, de la croissance.... la ou il y a matière première, il peut y en avoir si tant est que ce ne soit pas détourner, et pour le reste, on survit grâce à l'endettement des états, quoi fait la fortune ds banques .....

pour le reste, à part baisser les salaires et supprimer ou presque la sphère publique, les économiste n?apportent pas vraiment de solution......
Réponse de le 09/11/2012 à 22:58 :
Propos typique d'un type qui n'y connait rien ou qui agit par dogmatisme , l'economie est cernable , elle est mathématique, elle est statistique au final elle est composée d'une multitude de cycle qu'il faut s'efforcer de comprendre. Votre discours est typique du bidochon qui bouffe et qui veut continuer à bouffer, abstraction de toutes autres considérations.
Finalement vous etes l'archétype du mouton à tondre.
Réponse de le 10/11/2012 à 10:49 :
@ at
Le dogmatisme n'est pas là où vous pouvez le croire. Vos affirmations montrent que votre appréciation très personnelle de l'économie est biaisée et inquiétante.
Si l'économie était aussi simple que cela, et que les élites économiques auraient tout compris, pourquoi donc y a t-il des difficultés économiques ? Tout simplement parce que l'économie et une science sociale et que par essence même, la compréhension de mécanismes complexes et en interaction vont donner lieu à de multiples explications, théories et interprétation. Un économiste qui affirme tout savoir et tout expliquer n'est pas un économiste.... C'est lui qui est prisonnier de dogmatisme personnel. Alors vouloir affirmer que tout est mathématique et statistique est l'illustration parfaite du propos de l'article : la connaissance économique a encore des progrès à faire parmi la population, et pas forcément parmi ceux qui affirment ne rien savoir, mais surtout pour ceux qui pensent avoir tout compris
François
a écrit le 09/11/2012 à 15:06 :
Apprendre l'économie ou la comptabilité à l'école est une nécessité ! La majorité des gens n'y comprennent rien, même nos politiques. Ils confondent chiffre d'affaire et bénéfices, ne comprennent pas les charges qui sont prises sur leur salaire etc.
Réponse de le 09/11/2012 à 17:53 :
Mettons une caméra dans les écoles françaises, le prof parle, les étudiants sont ailleurs sur le web.
a écrit le 09/11/2012 à 15:04 :
En quand bien même nous en avons eu des cours, de cette matière, chacun se rend compte qu'il suffit JUSTE d'une décision politique pour changer toute une situation...
a écrit le 09/11/2012 à 14:33 :
Comme si on ne le savais pas deja... Il faudrais peut-etre commencer par apprendre les bases au primaire pousser le niveau au college et lycée, et bien sur rendre tout cela obligatoire... Mais que je suis bete! Il faudrais d'abord que les profs y comprennent quelque chose eux-meme!
Réponse de le 09/11/2012 à 15:11 :
Ils faudrait aussi que les économistes y connaissent quelque chose. C'est loin d'être une science exacte. Quand on vois E Cohen par exemple, pas étonnant que l'on y comprenne plus rien. Il m'a bien fait rire dans une émission, il affirmait que l'acier et l'aluminium ne sont plus des secteurs stratégiques, mais les composant électroniques oui. Je lui souhaite bon courage pour faire un blindé ou un avion sans ces matériaux.
Réponse de le 09/11/2012 à 17:57 :
C'est peut être une question de diversité des approvisionnements.
a écrit le 09/11/2012 à 14:18 :
Pour comprendre l'economie en general il faut connaitre l'anglais ou l'allemand .En Allemagne l'economie tout le monde sait de quoi il est question, les journalistes allemands sont tres competents savent expliquer avec des mots simples appuyes de graphiques truculents a l'appui et si ils font des erreurs ils sont licencies. Apprenez l'anglais ou l'allemand vous serez eblouit par l'efficience germanique ne resterez plus longtemps ignorants .
a écrit le 09/11/2012 à 13:50 :
C'est déjà bien de le reconnaître.
a écrit le 09/11/2012 à 13:26 :
Ils faut dire aussi que les français ne font pas beaucoup d'efforts pour comprendre ! Ils se contentent généralement de ressortir des phrases toutes faites...
a écrit le 09/11/2012 à 13:26 :
Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a demandé au Conseil des experts économiques, les "sages", de réfléchir à des propositions de réformes économiques pour la France, craignant un décrochage de la deuxième économie de la zone euro
a écrit le 09/11/2012 à 13:20 :
les français assez lucides sur leur faible connaissance en économie ,mais en accord avec la politique du gouvernement...tout est dit
a écrit le 09/11/2012 à 13:05 :
Une inflation à 2 ou 3 pour-cents que l'on surestimerait la bonne blague!!!! Et les 10 pour cents annuels d'augmentation des compagnies d'assurance, et l'augmentation pharaonique des prix de l'immobilier largement encouragée par les politiques ......!!!!! Si les français sont nuls en économie et le reconnaissent, nos politiciens le sont encore plus mais ne le reconnaissent pas !!!!!
a écrit le 09/11/2012 à 12:55 :
Philippe Mabille, relisez-vous!
"6 Français sur 10 porte (!) un jugement sévère sur l'information économique qui leur est donnée et seulement 37% la juge (!) "compréhensible". La complexité de la crise, de ses causes et de ses conséquences, et des réponses multiformes à y apportée (!!) continue de creuser un fossé entre la majorité des citoyens et les élites censées le lui expliquer. " "Et si on leur donnaient (!!!) le pouvoir,[..]"
Et j'en passe...
Réponse de le 09/11/2012 à 13:37 :
Et j'ajouterai , de quel économie parlons nous ? celle des marchés ?. Je pense que la majorité des ménagères de 50 ans en connaissent plus en économie que les guignols que l'on voit parader à la télévision telle les Cohen (Elie et Daniel) qui n'ont pas vu la crise arriver et dont les discours on radicalement changé depuis (il n'y a cas regarder les vidéos de ce qu'ils disaient avant la crise), voir également la paire de pseudo conseillés tel les Alain Minc et Attali qui n'ont jamais su gérer leurs propres affaires. Ou les journalistes soit disant économiques tel que l'Englet ou Eric Leboucher qui sévissent toujours.....
Réponse de le 09/11/2012 à 16:18 :
pas faux...suffit de voir la différence de points de vue souvent, entre eux et les chefs d'entreprises qui sont sur le pont, ou encore entre les financier de marchés, qui travaillent sur les bourses, et ceux d'entreprises : une note de synthèse faite par un analyste boursier ou par un chargé d?affaires de capital investissement, sur la même cible, c?est souvent le jour est la nuit...raison de plus pour éduquer les gens : aujourd?hui, l?économie, c?est trop sérieux pour être confier aux seuls économistes !
a écrit le 09/11/2012 à 12:26 :
je suis titulaire d'un bac scientifique, avec une spécialisation mathématique ... je n'ai jamais reçu un cours d'économie avant mon entrée à l'université ... il y a quand même un manque !
Réponse de le 09/11/2012 à 12:49 :
et oui

apres on a tous compris
Réponse de le 09/11/2012 à 12:51 :
Erreur (à moins que cela ait changé): à l'école primaire, "prix de vente moins prix d'achat égale bénéfice". D'accord, c'est un peu limité, mais on ne me préparait pas pour l'ENA.
Réponse de le 09/11/2012 à 13:51 :
Prix de vente moins prix d'achat = bénéfice? On dirait du Florent Pagny.
a écrit le 09/11/2012 à 12:19 :
Bon en gros on est dans la M... mais personne ne le dit franchement, ce qui serait reconnaitre que nos gouvernements ne servent à rien, un peu quand certains de nos chefs inutiles sont en congés et que malgré leur absence, tout fonctionne correctement LOL.
a écrit le 09/11/2012 à 11:57 :
Evidemment que c'est incompréhensible pour ceux qui n'ont pas fait d'études dans une branche Eco !!! Il serait peut-être bien d'envisager ENFIN l'enseignement de l'Economie dès le collège...Ca me semble même impératif !
Réponse de le 09/11/2012 à 12:50 :
oui

et a nos deputé aussi*
Réponse de le 09/11/2012 à 13:51 :
Si l'économie était aussi simple que cela, et que les élites économiques auraient tout compris, pourquoi donc y a t-il des difficultés économiques ?
Tout simplement parce que l'économie et une science sociale et que par essence même, la compréhension de mécanismes complexes et en interaction vont donner lieu à de multiples explications, théories et interprétation. Un économiste qui affirme tout savoir et tout expliquer n'est pas un économiste.... Et pourtant on en rencontre tous les jours, notamment dans les réactions à l'actualité dans ce journal. Souvent parce que certains considèrent que la seule théorie valable est la théorie libérale .... les dogmes ont la vie dure ...
Alors de là à penser qu'enseigner l'économie dès le collège permettrait de mieux la comprendre, il y a un manifestement un erreur majeure d'appréciation qu'il faut contester. Tout au plus serait-il envisageable d'éveiller à la culture économique. Pas davantage.

François

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :