La Chine multiplie les avances vis à vis de l’ASEAN

 |   |  392  mots
Singapour, capitale économique de l'ASEAN
Singapour, capitale économique de l'ASEAN (Crédits : © )
Coopération renforcée, croissance du commerce bi-latéral et des investissements croisés: la Chine veut faire des pays d'Asie du Sud-Est des partenaires privilégiés dans les années qui viennent... Par notre contributeur Charles-Edouard Bouée, consultant spécialiste des marchés asiatiques.

Le Premier ministre Li Keqiang a prononcé un discours très important, le 5 septembre dernier, à l'occasion du Sommet Chine-ASEAN qui se déroulait dans la ville de Nanning, capitale de la région autonome du Guangxi, dans le sud du pays. Il a réaffirmé notamment que la Chine "donnera la priorité à l'ASEAN dans ses relations avec sa périphérie" (ce qui n'est pas sans rappeler la notion de royaumes tributaires, le statut dont jouissait les pays d'Asie du sud dans la Chine impériale), indiquant aussi l'intention de Pékin d'approfondir encore davantage son partenariat stratégique avec l'ASEAN, " afin de sauvegarder la paix et la stabilité de la région, y compris dans la mer de Chine du Sud."

Le rôle majeur de la Chine dans l'Asie du Sud-Est

Faisant allusion aux "2 000 ans de liens entre la Chine et les pays d'Asie du sud-est, au travers de la route maritime de la soie", il a plaidé pour un approfondissement des accords de libre échange entre la Chine et l'ASEAN, concernant notamment de nouvelles baisses de droits de douane et la disparition des barrières non tarifaires et une plus grande ouverture en matière d'investissements croisés. Il a indiqué l'intention de Pékin de conclure des accords à long terme en matière de produits agricoles, et d'ouvrir davantage le marché chinois aux produits de pays membres de l'ASEAN.

L'objectif de la Chine est de porter à 1 500 milliards de dollars les échanges bilatéraux et à 150 milliards de dollars le montant des investissement croisés d'ici 2020. Il a bien sur insisté sur la nécessité d'accélérer les discussions sur la mise en place du Partenariat économique régional (RCEP) afin d'en faire un équivalent du Partenariat Trans-Pacifique (dont les Etats-Unis et le Japon sont parties prenantes). Li Keqiang souhaite élargir la coopération financière de la Chine et de l'ASEAN mais aussi la coopération en matière d'infrastructures terrestres et maritimes. Enfin, la Chine a décidé de faire de 2014, "l'année des échanges amicaux entre la Chine et l'ASEAN" pour investir également le champs culturel. Pékin va offrir 15 000 bourses à des étudiants de l'ASEAN au cours des trois à cinq ans qui viennent… On ne saurait mieux exprimer le rôle majeur que la Chine entend jouer en Asie du sud-est dans les prochaines années… 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :