Le bitcoin, symptôme de la finance malade ?

 |   |  1478  mots
L’ébullition autour du bitcoin soulève au moins une problématique réelle, déjà évoquée parmi les raisons de l’engouement : celle de la faible innovation, au moins en apparence, du secteur bancaire.
L’ébullition autour du bitcoin soulève au moins une problématique réelle, déjà évoquée parmi les raisons de l’engouement : celle de la faible innovation, au moins en apparence, du secteur bancaire. (Crédits : reuters.com)
Devenue incontournable, la monnaie virtuelle peut-elle vraiment perdurer ? Pas si sûr, même si elle soulève une problématique majeure : la difficulté d'innover dans le secteur bancaire...

Le bitcoin fait partie de ces sujets qui font rapidement basculer dans le registre passionnel. Etre pour ou contre, prédire son triomphe ou son échec suscite des réactions souvent irrationnelles, d'un côté comme de l'autre. Fin 2013, après un billet très négatif sur la monnaie électronique pour son blog du New York Times, Paul Krugman déchaîna tellement de réactions virulentes qu'il consacra un nouveau texte à celles-ci. Même un habitué du clivage marqué et des « clashs » publics peut ainsi être surpris par la virulence des échanges autour du bitcoin… Qui a atteint un sommet ces derniers mois, entre recherche peu scrupuleuse de son (ses) mystérieux créateur(s) et faillite de la plateforme MtGox.

 

La monnaie des technophiles 

Trois facteurs peuvent expliquer ce qui déchaîne défenses acharnées et critiques féroces. Tout d'abord, le bitcoin est adulé par une grande partie des technophiles. Indiscutablement ingénieux et sophistiqué dans sa construction décentralisée, avec ses mécanismes de cryptographie, de gestion et de validation des transactions et d'évolution de la quantité de bitcoins en circulation, il a suscité l'adhésion de beaucoup d'experts et de passionnés. 

Car il y a l'unité de compte dont il est souvent question, avec son cours très volatile et ses places de marché, et le Bitcoin, protocole et réseau « peer-to-peer ». La conception du second force à tout le moins le respect des spécialistes et semble porteur de promesses qui le font parfois comparer à Internet.

 

Une connexion intime avec la crise 

La seconde raison est liée à la dimension libertarienne de la « monnaie » virtuelle. Au sens où il est ici question de s'affranchir totalement des banques centrales et autant que possible des Etats. Dont beaucoup, dans la planète bitcoin, se défient quand ils n'y sont pas carrément hostiles. On trouve là une population hétérogène allant de vrais criminels à de sincères amoureux de la liberté, en passant par des populations plus ou moins loufoques qui voient la Federal Reserve et ses homologues comme des oppresseurs des libertés économiques individuelles.

La crise a d'ailleurs une très intime connexion avec le bitcoin. Bien sûr, il y a beaucoup à dire sur les politiques de taux nuls et d'instruments quantitatifs utilisés à grande échelle. Ceux qui se sentent à tort ou à raison pénalisés ou inquiets des conséquences de ces mesures sont autant de partisans potentiels d'une monnaie dont l'un des arguments de vente est la quantité prédéterminée et la protection qu'elle apporterait contre l'inflation.

 

Merci la méfiance ?

Troisième facteur, l'agacement d'une grande partie de l'opinion, pour ne pas dire davantage,  à l'égard des établissements financiers. Non seulement ils sont désignés à la vindicte populaire comme responsables et coupables de la crise - en oubliant la part qu'y ont pris de nombreux acteurs publics. Mais leur résilience globale et le sentiment d'une faible propension au changement irritent au plus haut point, à l'heure des ruptures technologiques et de la concurrence exacerbée dans de nombreux secteurs. Ce qui ne peut bien sûr que rendre très sympathique pour beaucoup une innovation promettant de bousculer comme jamais les acteurs traditionnels de la finance.

Pour puissantes que soient ces motivations, valident-elles l'intérêt et l'avenir promis par certain au bitcoin ? Rien n'est moins sûr, car il faut à la fois identifier des besoins et apprécier la qualité de l'offre proposée par cet instrument (ainsi que par ses concurrents présents ou à venir).

Et en l'espèce, il y a matière à douter. A commencer par la réalité des besoins souvent invoqués.

 

Pour l'instant, un atout marketing 

En premier lieu, il faudrait que cette alternative à des instruments qui remplissent déjà ces fonctions de moyens d'échange et de réserve n'ait pas plus de faiblesses. Or elles sont nombreuses. Il y a déjà les questions de sécurité du bitcoin, notamment les risques de piratage ou de défaillance, comme ce fut le cas pour la plateforme MtGox, et tout simplement le vol, la perte ou l'altération d'un disque dur, qui peut être sans retour pour votre portefeuille virtuel.

Plus encore, le  bitcoin peut certes être adopté de manière médiatique par telle ou telle enseigne, voire, pourquoi pas, de plus en plus de marchands physiques et en ligne. Tant qu'il n'est pas très utilisé, ça ne coûte pas cher et peut s'apparenter à du simple marketing. Mais s'il devenait significatif dans le volume des ventes, alors les marchands répercuteraient bien sûr les coûts de transaction et de couverture attachés.

 

Un instrument spéculatif ? 

Surtout, il faudra toujours en passer par les devises officielles, sauf à imaginer que les Etats acceptent le paiement des salaires et de toute autre assiette de prélèvements obligatoires (TVA comprise…) en bitcoins. Ce qui est évidemment plus qu'improbable. Dès lors, le bitcoin ne serait qu'un circuit de plus dans les transactions économiques, de et à partir des devises existantes. Il ne pourrait jamais prétendre être un instrument englobant à lui seul toutes les opérations réalisées par un individu ou une entreprise pendant un laps de temps important. Devoir convertir en permanence en ou depuis le bitcoin limite fortement la promesse d'une monnaie électronique.

Il y a pire. Non seulement tous les Etats vont bien sûr exiger de conserver la connaissance et le contrôle des principaux flux économiques, donc obtenir au moins que ces flux soient exprimés ou convertis en devises des pays ou zones concernées. Mais de surcroît, certains souhaitent déjà que les gains sur le bitcoin soient considérés comme ceux d'un simple actif financier, et non comme l'appréciation d'une devise de conversion utilisée pour des transactions. Ce qui réduirait sensiblement l'avantage de l'outil… Et le ramène à ce qu'il est en fait aujourd'hui pour l'essentiel : un instrument très spéculatif qui attire d'autant plus les convoitises que sa quantité limitée par construction (les fameux 21 millions de bitcoins) rend sa rareté cette fois éminemment inflationniste pour ce qui est de son cours dans les devises traditionnelles. D'où la motivation de tous ceux qui veulent voir leur pactole actuel fructifier, qui participe beaucoup du « buzz » autour de l'instrument.

 

Une problématique plus vaste 

On pourrait ajouter à cette liste d'autres faiblesses à ce qui reste néanmoins une forme de prouesse technique, comme le processus de « mining » et la consommation d'énergie associée qui pourrait être de plus en plus forte. Mais en fait, comme l'avait observé récemment Robert Shiller, il n'y a tout simplement pas de rôle d'échange ou de réserve à remplir par le bitcoin qui ne le soit déjà convenablement par les monnaies existantes. Pas de nouveau service ou d'économies très substantielles associées à cet outil. Et c'est bien le plus gros problème du bitcoin : il fait face à tous les obstacles déjà décrits sans que son utilité soit étayée par autre chose qu'une tendance « geek ».

Pour autant, l'ébullition autour du bitcoin soulève au moins une problématique réelle, déjà évoquée parmi les raisons de l'engouement : celle de la faible innovation, au moins en apparence, du secteur bancaire. Un sentiment d'autant plus fort que les acteurs semblent immuables. Les nouveaux venus n'en sont généralement pas, étant en quasi-totalité des marques d'établissements très installés. Les tarifs réels semblent ne pas baisser, ou alors les prestations en souffrent beaucoup. Un ressenti renforcé par l'impression d'être plus ou moins prisonnier de sa banque.

 

Des réglementations qui nuisent à la concurrence ? 

Quelle que soit la part de réalité dans cette perception, il y a bien une lourde contrepartie à la régulation de plus en plus forte du secteur financier - souvent pour de bonnes intentions. Ces régulations agissent en effet comme des barrières à l'entrée particulièrement efficaces. On le voit avec le crowdfunding, encore tout petit et déjà sous le coup de réglementations plus ou moins favorables à son développement.

Qui pourrait, comme les offres de finance de détail en ligne, se retrouver lui aussi happé par les acteurs bancaires traditionnels, les autres ne parvenant pas à avoir la taille suffisante pour supporter la charge des régulations. Si celles-ci sont parfois fondées, elles peuvent aussi s'avérer très nuisibles à la concurrence. Une concurrence soutenue qui aurait déjà dû accoucher de solutions de transfert d'argent partout dans le monde, pour tous et dans toutes les devises, pour des coûts à peu près nuls, dans la plus grande simplicité. Une partie de ce que les monnaies électroniques comme le bitcoin voudraient aujourd'hui apporter.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2018 à 15:09 :
Bonjour, j'aurai voulu savoir qu'elles sont les problèmes économiques qui ont mené à la création de crypto-monnaies ?
Si vous avez une idée.
a écrit le 11/05/2014 à 13:02 :
A quoi sert ce truc? ça saute aux yeux que c'est une arnaque à gogos. Faire la promo du bitcoin n'est pas très responsable !
a écrit le 11/05/2014 à 1:54 :
le bitcoin peut etre facilement volé et piraté...
ben le vol de numero de carte bleue c'est quand meme un sport tres répandu !

certain parle meme du btc comme moyen de sécuriser les transfert d'argent !
les btc peuvent etre facilement volé, mais il peuvent aussi etre tres facilement protéger tres efficacement !
avec un brainwallet, vos bitcoins sont protégés au fond de votre tete uniquement ! ils ne sont plus en ligne, ni nul part , personne ne pourra vous les pirater !!!
a écrit le 11/05/2014 à 1:48 :
le bitcoin l'argent du blanchiment ?
la totalité des btc représentent quelques milliards de $
hsbc paye à elle seule 2 000 000 de $ juste pour que l'état renonce à son accusation de blanchiment.....
l'échelle n'est pas comparable !
les banques restent les 1ere interlocutrice des mafieux
a écrit le 11/05/2014 à 1:45 :
les marchands qui se sont mis aux btc ont vu leurs ventes augmenter de 10%...
pour un cout de mise en place dérisoire..
Réponse de le 21/06/2016 à 18:10 :
Hello,
Source?
a écrit le 10/05/2014 à 19:41 :
chercher les actionnaires derriere la presse pour mieux comprendre les articles hostile
est républicain ( crédit mutuel derriere ) juste pour exemple que des articles hostile
on parle de crash mais pas des 10 000% que le bitcoin à pris depuis les début
dit non au protocle bitcoin c'est dire non à internet en 1990 ou l'email ...
internet email = protocole
bitcoin litecoin vous permet d'investir dans l'email de l'argent ;)
on invente pas un protocole chaque matin ^^ un protocole c'est mis à jour bitcoin ou litecoin vont évolué
a écrit le 10/05/2014 à 15:54 :
C'est dommage que le bitcoin ne soit pas un sujet plus approfondi et débattu dans les médias. Au fond, c'est très intéressant et beaucoup moins simple que les raccourcis des 20h...
a écrit le 10/05/2014 à 13:40 :
Comme la mafia et le crimes organisé ont infiltré les plus haut niveaux de la pyramide, ils leur faut bien une monnaie comme le bitcoin pour mettre de l'huile a ces petits malheureux. Pour les ploucs, ça restera le dollar.
a écrit le 10/05/2014 à 10:05 :
Cet article comme tout ce qui sort de la presse mainstream passe à coté du vrai sujet ... Enfin en parle sans en parler quoi comme d'habitude ... Deja 1 : les banques et les politiques sont responsables de la crise parce que c est les mêmes personnes ... 2 : le Bitcoin c est quoi au final ? C est le retour à l etalon or ... Sauf que là c est un etalon bitcoin ... Une masse monetaire finie qu on ne peut pas diluer multiplier comme ca été fait avec le dollar depuis la fin de Bretton Woods pour moi c est simple c est un etalon Or bis ... Et ca evidemment les banques centrales surtout la FED et les banksters et les mafia des etats corrompus ils n en veulent pas bien sur ... Car fini les magouilles
Donc oui c est une reaction à la crise le Bitcoin , un ras le bol des gens par rapport à ce qui se passe depuis les années 70 en effet ... Et evidemment il y a eu des abus des utilisations frauduleuses etc ... Mais le vrai sujet n est pas là ... le vrai sujet c est que toutes les autorites financieres ont perdu le peu de credibilite qui leur restaient en 2008 ... VOILA
Réponse de le 10/05/2014 à 10:31 :
Il n'y a aucun doute.
Réponse de le 10/05/2014 à 11:18 :
Pas sûr de comprendre cette critique. C'est justement ce que vous dites que je retrouve dans l'article - pour une fois ! - et qui me plaît ! A savoir que le système financier et les banques centrales sont très responsables de la situation. D'où l'attrait du Bitcoin. Donc, avez vous bien lu cette tribune ?
Réponse de le 11/05/2014 à 23:23 :
J ai bien lu oui
J ai dit que l article parle du vrai probleme sans l expliciter clairement pour eviter d en parler justement
A savoir qu on mette fin a cette monnaie qui ne vaut plus rien qui est le dollar et qu on revienne à une monnaie d echange internationale non manipulable soit sous la forme d un dollar or soit sous la forme du bankor comme Keynes voulait au depart ou sous une autre forme
Le vrai problème de fond c est qu une monnaie de reserve et d echange international ne peut etre à la fois une monnaie de reserve et une monnaie nationale
Nous vivons l echec de cela avec les multiples crises qui se succedent de plus en plus vite
Ce qui est annonciateur de la fin proche du dollar monnaie de réserve
Et le Bitcoin n est qu une forme de reponse spontanee donc beaucoup desorganisee
à l echec du dollar outrageusement manipule par les USA au detriment du reste du monde depuis la fin de Bretton Woods
D ailleurs il est interessant de mettre en parallele les deboires soudains du Bitcoin avec les moyens de la NSA et les revelations de Snowden
Pour moi c est signe
Le bitcoin a ete decredibilise pas par hasard ... mais volontairement ...
a écrit le 09/05/2014 à 23:14 :
Merci pour cet article équilibré et non partisan, c'est suffisamment rare pour être relevé...
a écrit le 09/05/2014 à 19:40 :
Comme utilisation, par exemple le paiement avec beaucoup moins de frais de transactions (qui du coup passent de 3% à 1% voire 0.1%), c'est largement apprécié de nombreux commerçants.

L'article est pas très informé ...
Réponse de le 09/05/2014 à 21:25 :
Ben j'ai l'impression que c'est justement ça qui est dit: si lzs banques se bougeaient, ça coûterait pas 3 % !!!
a écrit le 09/05/2014 à 18:41 :
OK, ça sert à rien, on a bien compris...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :