Fleur Pellerin au Web12' : "mon grand projet est de créer un quartier digital à Paris"

 |   |  344  mots
Fleur Pellerin au Web12'
Fleur Pellerin au Web12' (Crédits : @jibees pour LeWeb2012)
Dans le cadre des rencontres de LeWeb12', la ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Economie digitale, Fleur Pellerin, a notamment défendu son projet de "Silicon Valley" parisienne. Un nouveau pôle de compétitivité censé favoriser la croissance de start-up innovantes et attirer les investisseurs qui rencontre déjà une vive concurrence, de Londres à Moscou.

Débat de femmes pour évoquer les "écosystèmes" les plus favorables à l'expansion de l'économie digitale. A côté de la ministre française en charge des PME, de l'innovation et de l'économie digitale, Fleur Pellerin, la Russe Katia Gaika, l'une des directrices du "cluster" de Skolkovo, au sud de Moscou, et son homologue à Londres, Joanna Shields.

Une Silicon Valley parisienne

L'occasion pour la ministre française de défendre son "grand projet" du moment: le quartier digital parisien. Avec le directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, Jean-Pierre Jouyet, elle a d'ailleurs lancé officiellement ce mardi une mission pour visant à créer cette "Silicon Valley" parisienne. Le but? Rassembler au même endroit, dans la capitale française, des start-up, des centres de recherche, des écoles et tenter ainsi d'attirer de plus grosses entreprises.

Compétition mondiale

Pour défendre l'attractivité française, elle a notamment évoqué le cas de l'école des Gobelins, dont les étudiants son nombreux désormais à travailler dans la Silicon Valley. La "vallée" était décidemment le modèle lors de cette discussion. Même si elle a mis en garde contre le risque du "copié collé". Une position ardamment défendue par Joanna Shields, qui rappelait que "chaque ville à ses attraits et sa saveur particulière". Et la concurrence est rude puisque celle-ci affirmait vouloir faire de son "cluster", le plus "attractif au monde". Une volonté de compétitivité partagée par son homologue russe qui mettait elle aussi en avant le haut niveau de qualification de la main d'oeuvre, héritée selon elle de la période soviétique.

Plus largement, sur l'implication du secteur public pour soutenir les petites entreprises innovantes, Fleur Pellerin a affiché une ligne plutôt libérale. ?Les fonds privés sont plus à même de détecter et soutenir les PME les plus performantes que le secteur public?, a-t-elle ainsi affirmé.

>> Suivez les interventions EN DIRECT et le résumé des débats sur notre blog Tendances web

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2013 à 12:05 :
Il faut le faire à proximité de nos écoles et bassins d'emplois d'ingénieurs donc pas Montpellier ni Bordeaux. Par contre Saclay n'est pas la seule possibilité : Grenoble, Toulouse ou Rennes sont possibles aussi...
a écrit le 05/12/2012 à 17:42 :
Le meilleur endroit : les Champs Elysées, sinon le plus près possible de son ministère.
a écrit le 05/12/2012 à 17:32 :
Que de grosses fautes d'orthographe !!!!!!!!
a écrit le 05/12/2012 à 14:57 :
En bon français, "Digital" se traduit par NUMÉRIQUE. C'est une erreur de copier ce que l'on croit être un exemple de réussite chez autrui et d'ignorer sa spécificité.
a écrit le 05/12/2012 à 14:47 :
Encore Paris avec ses coûts pour se loger pb de transport et se refus politique de développer les autres points de la France. Mais il est vrai que cette ministre sortie de nos écoles S.po et l'EAN, de plus en plus ringardes et de plus en plus mal quotées, qui n'a jamis intégrée une entreprise voufrait nous afire croire qu'elle a une vision sur les pôles de compétivités. Il faut également lui payer un billet pour aller voir le pôle de Sophia Antipolis dans le sud qui est déjà dans l'innovation et l'économie digitale avec un cadre de travial plus proche de la Silicon Valley . Ras le bol de payer des impôts pour toujours favoriser Paris et sa région au détriment du reste de la France.
a écrit le 05/12/2012 à 13:11 :
cela veut dire quoi,: un quartier où l'on touche du doigt ou que l'on montre du doigt : digital

pourvu que ce ne soit pas se fourrer le doigt dans ..l' oeuil !!!
a écrit le 05/12/2012 à 11:50 :
bravo le rédaction !!
Dans les 4 premières lignes de l'article, déjà deux fautes d'orthographe
a écrit le 05/12/2012 à 11:12 :
proposons plutot la region nantaise pour un tel projet, paris étant inabordable à beaucoup de jeunes avec peu de moyens. En plus avec le tgv c'est quasiment plus proche de la capitale que certaines banlieues et bientot nous aurons un aeroport international digne de ce nom
a écrit le 05/12/2012 à 11:06 :
Elle croit peut être au Père Noél,
Avec toutes les attaques sur les entreprises et les investisseurs, ce n'est pas avec du vinaigre qu'on attire les mouches !!!
En 1976 on parlait déjà de la route 128 sur le plateau de Saclay et pour le grand Paris Huchon réclame 10 milliards supplémentaires ( de quoi faire un EPR)
Décidement on a des ministres Moulins à Vent : Montebourg, Duflot ;.. totalement incompétents
a écrit le 05/12/2012 à 10:29 :
Pas compliqué... Allez vois vos collegues de Bercy et demandez leur de baisser les charges fiscales et administrative.... Et tout le monde viendras...
a écrit le 05/12/2012 à 10:02 :
Quel rêve de fonctionnaire coupé des réalités... Avec le taux d'imposition français, aucun entrepreneur ne veut rester dans ce pays !!! Ce gouvernement est rempli de personnes totalement coupées des réalités, qui n'ont jamais travaillé.
a écrit le 05/12/2012 à 9:50 :
"" Gobelins, dont les étudiants son nombreux désormais à travailler dans la Silicon Valley"" <- ca prouve que les etudiants sont intelligents et ont compris que la france numerique n'a aucun avenir pour eux !
a écrit le 05/12/2012 à 9:49 :
elle court avec un boulet au pied !!!!!!!!!!!!! attirer des investisseurs qui n'ont pas le droit de gagner d'argent, des chefs d'entreprises qui se feront confisquer leur travail a 75% plus le reste, motiver des salaries qui vont soit travailler 35 heures, soit feront le reste a cote sans etre remunere ni par stock options, ni par interessement participation, y a du challenge !!!!!!!
a écrit le 05/12/2012 à 9:47 :
Une bonne manière de laisser son empreinte et de passer à la postérité
a écrit le 05/12/2012 à 9:34 :
Une excellente idée d'énarque mais c'est tout.
Une idée qui ne rapportera qu'à une énarque mais pas aux créateurs imaginatifs.
Moralité: il faut ouvrir la chasse à l'énarcouillocrate deux jours par semaine
a écrit le 05/12/2012 à 9:28 :
Encore Paris!!! c'est scandaleux. L?activité économique se concentre déjà dans cette ville, et c'est un cauchemar pour s'y loger, surtout pour les jeunes (c'est mon cas).
a écrit le 05/12/2012 à 8:36 :
çà veut dire quoi ? Pourquoi Paris ? Pourquoi tout au même endroit ? Encore une usine à gaz
a écrit le 05/12/2012 à 8:31 :
Les prix a la silicon valley sont exorbitants. Mais le plus interessant est que c est un veritable piege pour les start-up et les jeunes qui ont des idées nouvelles. Vous avez 100% de chance de vous faire voler vos innovations, vos brevets. Ils ne pensent qu a ca. La meme chose a Paris ?
a écrit le 05/12/2012 à 7:29 :
Elle n'a rien compris, notre ministre. La silicon Valley a été créée dans un lieu situé à 1h d'un grand centre urbain, San Francisco, prés d'une grande université, là où le foncier n'était pas encore hors de prix. Car le high tech n'a nul besoin de s'installer en plein centre ville, où l'immobilier est hors de prix.
Je pense que le "grand projet" en question est, en vérité, un grand projet à la gloire de Mme Pellerin. Point barre!
a écrit le 05/12/2012 à 5:32 :
il faut d'urgence nommer une commission pour évaluer les différents sites disponibles!
a écrit le 05/12/2012 à 3:51 :
Ouhouh y a quelqu un? Car cela existe deja. Ainsi n a t-elle jamais entendu parler du Camping et la Cantine, deux structures complémentaires créées par l'association Silicon Sentier dans le but de booster l'économie numérique?
Ce qui manque a Paris c est une ambiance plus positive. Pour l heure, mieux vaut s?installer a Berlin, a New York et a Londres. Quant a Moscou, beaucoup de créateurs quittent la ville suite a la lourdeur bureaucratique et administrative.
a écrit le 05/12/2012 à 3:27 :
Très mauvaise idée Paris, c'est pas Paris l'avenir de la France c'est bien dans une ville du sud qui peux bien attirer des génies du monde entier ou il y a une meilleure qualité de vie sans avoir à payer des prix désorbitent pour les loyer, sans parler du trafic monstre ou les gens perd une partie de leur vie dans les bouchons.
La Silicon Valley na pas été créée à NY pour mémoire cher madame Pellerin
Réponse de le 05/12/2012 à 6:40 :
Enfin un commentaire de vrai bon sens! bien sûr qu'il ne faut pas installer ce centre numérique à Paris pour toutes les bonnes raisons évoquées dans le message précédent.Mais les élites parisiennes veulent tout attirer à eux! ce n'est pas comme çà qu'on va développer les régions, surtout au sud!!
Réponse de le 05/12/2012 à 10:34 :
Montpellier est une ville plus qu'attractive pour se gerne de projet
Réponse de le 05/12/2012 à 10:48 :
@ M92: Possible, mais Mme Pellerin veut faire une carrière politique sur Paris...
Réponse de le 05/12/2012 à 13:49 :
C'est bien cela le problème avec les politiciens des gouvernements en France, le pouvoir de Paris à toujours eu une vision de la ville Parisienne comme centre de la France est même du monde.
a écrit le 05/12/2012 à 2:11 :
Et bien parce que Paris est pratiquement toute fibrée par un tas de fournisseurs internet. Donc il est très facile de mettre en place son projet en faisant un deal avec l'un d'eux. Même si cela coutera quelques millions et que le fournisseur retenu sera ....... Orange/France Télécom.
a écrit le 04/12/2012 à 22:15 :
Qu elle le fasse entre Montpellier et Perpignan ou entre Biarritz et Bordeaux, des régions ou il fait bon vivre mais ou il manque du travail.
a écrit le 04/12/2012 à 21:53 :
Et pourquoi à Paris? t'es ministre des français, pas des parisiens. Sort de ton monde.
Réponse de le 04/12/2012 à 22:42 :
parce que les acteurs du secteur vont la ou se trouve les investisseurs et visibilité,a Paris ils viennent pas en province , c est comme ca
Paris est engagé dans une compétition mondiale!
,
Réponse de le 05/12/2012 à 11:26 :
Enfin un commentaire intelligent, oui Paris est déja bien servie (normal pour une capitale), mais quand tu joue dans la compétition internationale, la France c'est Paris, pas Biarritz, suffit de regarder le nombre de "boites aux lettres" d'entreprises sur Paris, et de comparer avec la réalité des bureaux occupés. Paris devient une marque, comme le Louvre, la Sorbonne et autres... et Paris attire même si il fait moche et qu'on perd 3h par jours dans les transports
a écrit le 04/12/2012 à 21:43 :
Fleur a plein d'argent gratuit à claquer (pas le sien évidemment, le vôtre), alors elle a des grands projets super coûteux qui aboutiront à des coquilles vides, vides comme nos porte-monnaie, projets dont vous n'avez rien à faire évidemment. Merci, Fleur ! Quel génie ! Quelle générosité ! Quel sens de l'intérêt général ! Heureusement que vous êtes là pour faire prendre conscience du bien commun aux misérables vermisseaux que nous sommes !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :