Nouvelles tensions sur les marchés, l'euro chute, l'or s'envole

 |   |  346  mots
Malgré le vaste plan d'aide à la zone euro mis en place en début de semaine, la question des déficits publics et des dettes souveraines en Europe continuent d'inquiéter les marchés. Première victime des craintes des investisseurs, la monnaie européenne chute à nouveau pour retomber sous le seuil de 1,25 dollar. L'or bat un nouveau record à 1.250 dollars l'once.

Alors que le plan d'aide européen de 750 milliards d'euros pour sauver la zone euro avait provoqué une vague d'euphorie sur les marchés lundi, on aurait pu penser les craintes des investisseurs apaisées. Il n'en a rien été. Ce vendredi, les inquiétudes sur la situation des finances publiques en zone euro font à nouveau trembler les places financières.

A la Bourse de Paris, l'indice CAC 40 décrochait à 13h40 de 2,45%, le Dax de Francfort de 1,3% et le Footsie de Londres de 2%. En Europe du Sud, l'indice Ibex de la Bourse de Madrid chutait de 3,6% et le PSI de la Bourse de Lisbonne de 2,8%.

Dans la ligne de mire des marchés, la multiplication des plans de rigueur budgétaire dans la zone euro. L'Espagne et le Portugal ont ainsi annoncé des mesures d'austérité drastiques cette semaine, dans le sillage du plan adopté par la Grèce.

Mais les analystes s'inquiètent de l'impact de ces plans de réductions de dépenses sur une croissance économique déjà fragile en Europe. Au premier trimestre, la croissance du PIB de la zone euro s'est élevée à un petit 0,2%.

Retour à la "case départ" pour l'euro

Au-delà des marchés actions, qui ont pu rattraper du terrain grâce à une séance historique lundi (+9,6% pour le CAC 40), les craintes persistantes des marchés ont été palpables sur l'euro. Si la monnaie européenne a bien rebondi lundi à 1,2530 dollar pour un euro, l'embellie aura été de courte durée. Au fil des jours, la devise européenne a continué de dégringoler face au billet vert.

Ce vendredi, l'euro a ainsi plongé sous le seuil de 1,25 dollar, à 1,2445 dollar, son plus bas niveau depuis novembre 2008. C'est surtout largement en dessous du plancher qu'avait touché la monnaie européenne au plus fort de la crise grecque la semaine dernière (1,2518 dollar).

L'or à son plus haut historique

Inquiets, les investisseurs misent sur l'or. Le métal a atteint ce vendredi midi un nouveau record historique à Londres. L'once a franchi les 1.250 dollars, soit plus de 1000 euros, une barre hautement symbolique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2010 à 14:27 :
La Grèce est responsable de ses déficits. Pour exemple, le témoignage de cette fonctionnaire grecque qui a travaillé en tout 22 ans et a pris sa retraite à 45 ans en touchant 14 mois à 1100 euros. Folie pure !
a écrit le 14/05/2010 à 12:17 :
L'argent est une chose mais actuellement il s'agit de dettes donc de l'argent que l'on a pas ! N'oublions jamais que c'est à cause de nous aussi tout ça. Je "veux" une maison, une voiture, une télé géante, un portable, une bonne retraite, la sécu, le RSA,vacances sur des iles, croisières à crédit... "c'est mon droit" ! sans compter les millions qui se prennent pour des dieux de la finance avec des abonnements divers (et qui se fond souvent plumer) ! C'est tout le monde qui est responsable, les états qui n'ont jamais eu le courage d'admettre que tout n'est pas possible, et "nous" toujours à la recherche d'autres choses (bravo la pub qui fait pour le coup bien son travail). Comment tout cela va se terminer est difficile à dire mais une chose est certaine c'est que l'endettement sans fin se termine et comme c'est la seule chose qui nous finances je vois mal comment on va faire ?
a écrit le 14/05/2010 à 11:25 :
C'est la descente sur le roller coaster, apres la frenesie des 5 dernieres annees, la descente vers l'arret va faire mal. Aux USA les 4 grandes banques Bofa, Goldman et Citi notamment recoivent l'argent du TARP a 0% de la part de la FED et elles pretent ce meme argent a l'Etat USA en ajoutant un taux d'interet, incroyable non ?
Malgre la chute de la bourse, les 4 grandes banque US n'ont jamais perdu d'argent ne serait ce qu'un seul jour !! Meme quand le Dow Jones etait a moins 200 points, les 4 banques degageaient du profit, en moyenne 5 millions d'euros par JOUR.
a écrit le 14/05/2010 à 10:17 :
Je me suis toujours dit que je verrais l'épilogue de tout ceci assis sur mon banc, le banc est déja installé !
a écrit le 14/05/2010 à 9:18 :
Voilà le cercle vicieux: les banques ont un "trou" comblé par l' Etat qui a son tour -deux ans plus tard- laisse apparaître un "trou" que les banques comblent en prêtant plus cher à l' Etat son propre argent. Tout est dit.
a écrit le 14/05/2010 à 8:20 :
les spéculateurs veulent le beurre (sauvetage européen de la zone euro) et l'argent du beurre (la croissance économique de la zone euro)

et oui, nous sommes dans un monde capitaliste !
faire du fric encore et toujours plus !

vive la taxe TOBIN !
(voeu pieu)
a écrit le 14/05/2010 à 7:16 :
La monnaie chute à cause de la spéculation, mais pour spéculer il faut de l'argent. La bonne question est: qui prête cet masse d'agent? Les banques comme d'habitude. Qui contrôle les banques contrôle les spéculateurs, mais à quoi bon les paradis fiscaux sont toujours incontrôlables. Peut-être qu'un pays aura assez de courage pour attaquer ce système complétement noyauté.
a écrit le 14/05/2010 à 7:00 :
On se plaignait de l'euro fort ; on se plaint de l'euro "faible" ...Sait-on ce que nous voulons ?
On souhaitait la rigueur ;on se plaint des mesures d'austérité ...Sait-on ce que nous voulons ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :