Examen des budgets nationaux par Bruxelles : la souveraineté des Etats ne sera pas remise en cause

 |   |  176  mots
Günther Oettinger, le commissaire allemand à l'Energie, a assuré ce vendredi que Bruxelles n'entend pas remettre en cause la souveraineté des Etats membres de l'Union en matière budgétaire.

En Allemagne comme en France, une partie de l'opinion publique et de nombreux élus ont vivement réagi à la proposition du commissaire européen finlandais Olli Rehn d'examen en amont par Bruxelles des budgets nationaux. A en croire son collègue allemand Günther Oettinger, commissaire européen à l'Energie, il n'est pas question pour la Commission Européenne d'atteindre à la souveraineté des Etats membres de l'Union.
Dans un entretien accordé à la Deutschlandfunk Radio, Günther Oettinger a notamment réfuté toute possibilité pour Bruxelles d'exiger que telle ou telle taxe soit relevée ou que telle ou telle dépense soit réduite. "Nous ne touchons pas au droit souverain sur les budgets" a-t-il expliqué. Réagissant notamment aux propos du ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, pour qui la politique budgétaire est au coeur des droits fondamentaux des parlements nationaux, Günther Oettinger a répondu: "Il peut se rassurer", car les parlements nationaux continueront de décider quelles mesures doivent être prises pour respecter les règles budgétaires de l'UE.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2010 à 11:37 :
le titre est quand même exceptionnel ! on commence à placer le mot "Etats" au lieu de "Pays". ca me fait penser aux Etats aux Etats-Unis. l'Union Européenne avance à grand pas avec cette crise.

comme aux Etats-Unis on aura un homme politique pour chaque Etat de la zone euro et on aura un représentant de la zone mais ça c'est déjà un peu le cas. tout ca va se renforcer. et bien sûr des mesures au niveau européen qui seront appliqués en douceur dans les Etats européens.

joli transition ! on s'en rappellera de cette crise dans la construction de l'Union Européenne. laissons le temps et les efforts faire leur travail et peut être qu'un jour on fêtera le 8Mai 1950 comme la journée européenne dans chaque etat.
a écrit le 16/05/2010 à 7:59 :
Cela veut dire que l'Union continue à n'exister que sur le papier et ne constitue à mon avis qu'une association de commerçants !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :