Wall Street à l'équilibre, Apple et Citigroup en forte baisse

 |   |  573  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Les places américaines évoluent sans tendance marquée ce mardi alors que le groupe la pomme et la banque new-yorkaise reculent très nettement.

Wall Street résiste ce mardi à l'accumulation de mauvaises nouvelles. Après un week-end prolongé en raison du "Martin Luther King Day", les marchés new-yorkais évoluent en effet autour de l'équilibre. Même le Nasdaq ne s'affiche qu'en petite baisse, malgré le poids important occupé par Apple, dont le titre est en forte baisse. Pourtant, les résultats de Citigroup et de Delta Ait Lines ont été inférieurs aux attentes des marchés et l'activité industrielle dans la région de New York a été décevante.

Peu après l'ouverture, le Dow Jones gagnait ainsi 0,14% à 11.803 points, le S&P 500 perdait 0,05% à 1.293 points et le Nasdaq cédait 0,16% à 2.751 dollars.

Sur le front des statistiques, la croissance de l'activité manufacturière dans la région de New York s'est accélérée en janvier, mais moins qu'escompté par les économistes. L'indice "Empire State" de la Réserve fédérale de New York, l'un des premiers indicateurs à donner une tendance sur la situation économique du mois en cours, s'est établi à 11,92 en janvier, contre 9,89 en décembre et 13 attendu par les marchés.

Du côté des valeurs, Apple abandonne 3,33% à 336,88 dollars après l'annonce lundi du congé pris par Steve Jobs pour raison de santé. Aucune raison ni date de retour du fondateur du groupe à la pomme, qui s'était déjà absenté pour six mois en 2009, n'ont été communiquées. Une incertitude qui sera peut-être en partie levée après la clôture lors de la publication des résultats du premier trimestre de l'exercice décalé 2010-2011. En attendant, c'est le directeur général délégué d'Apple, Tim Cook, qui assurera à nouveau l'intérim.

Citigroup chute de 5,07% à 4,87 dollars. La troisième banque américaine par les actifs a fait état ce mardi d'un bénéfice net de 1,3 milliard de dollars au quatrième trimestre, repassant dans le vert après la perte abyssale de 7,6 milliards subie l'an dernier. Mais, par action, ces profits ne représentent que 4 cents alors que le consensus s'élevait à 8 cents. L'établissement new-yorkais a été pénalisé par le repli de l'activité de sa banque d'investissement. Son produit net bancaire, l'équivalent du chiffre d'affaires, affiche ainsi un repli de 6% en rythme séquentiel, à 18,4 milliards de dollars. Bien loin du consensus des marchés, qui tablaient sur 20,6 milliards de dollars.

Toujours au chapitre des résultats, Delta Air Lines (-2,82% à 12,39 dollars) est repassé dans le vert au quatrième trimestre, dégageant un bénéfice net de 19 millions de dollars. Hors exceptionnels, notamment les frais liés à sa fusion avec Northwest, cela représente 19 cents alors que les analystes misaient sur 24 cents. La deuxième compagnie aérienne mondiale a été pénalisée sur la période par l'envolée des cours du carburant. Son chiffre d'affaires a grimpé de 14% sur la période, à 7,79 milliards de dollars. C'est légèrement mieux que le consensus (7,74 milliards).

Enfin, Boeing progresse de 1,23% à 70,93 dollars après avoir communiqué une date pour la première livraison du 787 Dreamliner, dont les vols d'essai avaient dû être interrompus en novembre dernier en raison du déclenchement d'un incendie à bord d'un appareil. Le premier exemplaire du nouveau long-courrier de l'avionneur américain devrait ainsi être livré au troisième trimestre à la compagnie japonaise All Nippon Airways (ANA). Ce nouveau délai ne devrait pas avoir d'impact sur les résultats 2010, a indiqué le groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :