LVMH s'offre la parure Bulgari

 |  | 365 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Le géant français du luxe LVMH a annoncé ce lundi prendre le contrôle du joaillier italien Bulgari dans le cadre d'un échange d'actions. En outre, le français lancera une OPA sur les actions des minoritaires. Dans un premier temps de marbre, le marché a finalement bien accueilli l'opération.

LVMH a annoncé le rachat de Bulgari  dans le cadre d'un échange d'actions et d'un rachat des minoritaires du joaillier italien qui valorisent ce dernier à près de 3,7 milliards d'euros, selon les calculs de Reuters. Le géant français du luxe et Bulgari ont précisé dans un communiqué commun que, selon leur accord, LVMH émettra 16,5 millions d'actions en rémunération des 152,5 millions de titres détenus par la famille Bulgari. La société Bulgari étant cotée à Milan, LVMH déposera une offre publique d'achat au prix de 12,25 euros par action sur les titres détenus par les actionnaires minoritaires, conformément à la règlementation boursière italienne. 

Si à l'annonce de l'opération le titre de l'italien a bondi de 60 %, celui du géant français du luxe a, dans un premier temps, mal réagi, avant de se reprendre et terminer en hausse de 1,26 %.

Du coté des analystes, les réactions sont mitigées. "C'est une opération coûteuse mais de grande qualité", estime un trader basé à Paris. Un autre trader parisien considère que "c'est un très belle opération pour les deux, faiblement dilutive avec une dilution de 3% (seulement). LVMH avait un problème de positionnement sur les montres et la joaillerie qui est ainsi résolu."  "C'est cher payé. Mais une opportunité de ce genre, on ne la laisse pas passer', observe de son côté un analyste d'un grand courtier parisien. "C'est cohérent avec la stratégie de LVMH . A la taille de ce groupe, l'impact est limité sur le bénéfice par action."

Avec cette opération, la famille Bulgari deviendra le second actionnaire familial du groupe LVMH , ont précisé le groupe français et la maison italienne. Elle disposera de deux postes au conseil d'administration de LVMH et Francesco Trapani, administrateur délégué de Bulgari, entrera au comité exécutif de LVMH et prendra au second semestre 2011 la supervision de l'ensemble des activités horlogerie et joaillerie du groupe.

LVMH détient par ailleurs une participation de 20% au capital du sellier Hermès, dont la famille considère le groupe dirigé par Bernard Arnault comme un actionnaire indésirable.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :