LVMH, actionnaire d'Hermès "pacifique" mais pas "passif", clame Bernard Arnault

Abordant, lors de la présentation de ses résultats annuels, le conflit qui l'oppose à la direction d'Hermès, Bernard Arnault a également insisté sur sa volonté d'être un actionnaire "actif" mais non "activiste".
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

Quand il est sûr de son fait, Bernard Arnault n'est pas homme à renoncer. A l'occasion de la présentation de ses résultats, le PDG de LVMH l'a de nouveau démontré en défendant sa stratégie dans le dossier Hermès.

"Nous n'envisageons pas de sortir de cette entreprise, nous y sommes, et nous y sommes de manière positive et pacifique", a-t-il assuré aux journalistes qui l'interrogeaient. Et d'ajouter : "j'espère que cette volonté tout à fait constructive pour cette marque sera reconnue par ses actionnaires actuels et son management. Ne comptez pas sur nous pour être agressifs (...) "Nous sommes un actionnaire pacifique, ce qui ne veut pas dire que nous serons un actionnaire passif. Nous serons actifs, mais nous ne serons jamais un actionnaire activiste".

"Il faut arrêter cette guerre"

Précisant que le niveau de la participation de LVMH dans le capital d'Hermès atteignait 20,21%, Bernard Arnault a répondu aux derniers propos de Partick Thomas, le gérant d'Hermès qui lui reproche d'avoir pris un poids trop important dans le capital de l'entreprise : "je crois qu'il faut arrêter cette guerre. Il n'existe aucune compatibilité entre nous (...) Nous pouvons leur apporter des avantages au niveau stratégique et opérationnel, sans autre contrepartie que notre présence d'actionnaire (...) Une des raisons pour laquelle nous avons décidé d'être actionnaire c'est pour en assurer la pérennité dans son système de fonctionnement actuel".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 04/02/2011 à 14:05
Signaler
La position de BA ne tient pas. La technique employée est usée, elle a déjà été utilisée. Ce qu'on attend c'est la position de l'AMF concernant le ramassage des titres Hermès via des contrats d'options modifiés juste avant leur échéance, même si la l...

le 21/09/2011 à 14:15
Signaler
Si sa position est ce qu'il dit publiquement, alors elle tient parfaitement. Ce n'est rien d'autre que de la langue de bois. Si ses buts étaient aussi limpides qu'il le prétend, BA n'aurait pas occulté son action prédatrice, qui n'est sans doute pas...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.