La Bourse de Paris plonge vers les 3500 points

 |   |  491  mots
Le marché est pénalisé par le recul du secteur financier et par des inquiétudes avant les décisions monétaires des banques centrales cette semaine.

La Bourse de Paris a accéléré sa baisse pour s'afficher à ses plus bas depuis deux mois. A mi-séance, le CAC 40 chute de 2,2% à 3.558 points. Le marché est pénalisé par le recul du secteur financier et par des inquiétudes avant les décisions monétaires des banques centrales cette semaine.

La tendance est identique pour les autres places européennes. Le Footsie à Londres est passé sous les 5.000 points, tandis que le Dax de Francfort perd 2%.

A Paris, c'est donc parmi les valeurs financières que se concentrent les plus fortes baisses du CAC 40. Les publications de résultats des banques européennes ont commencé avec ce matin une déception pour UBS. La banque suisse a dévoilé une perte nette deux fois plus importante que prévu. Le titre perd d'ailleurs plus de 8% à la Bourse de Zurich.

Pour ce qui concerne la place parisienne, Société Générale décroche de 5,53% à 43,07 euros. C'est le plus fort recul du CAC. Crédit Agricole chute de 4,7% à 12,74 euros. Dexia plonge de 4,31% à 5,24 euros. BNP Paribas perd 4,2% à 50,92 euros. Et Axa cède 4,03% à 16,21euros. Sur le SBF 120, Natixis ne fait pas exception et lâche 5,7% à 3,64 euros.

Les valeurs cycliques subissent aussi de nombreux dégagements. En particulier le secteur automobile, qui pâtit d'une dégradation de la recommandation de JP Morgan en Europe. Peugeot abandonne 3,11% à 22,46 euros. Michelin cède 2,6% à 50,34 euros, et Renault -2% à 29,97 euros.

Pour les autres valeurs cycliques, ArcelorMittal chute de 3,3%, Vinci de 2,35% et Alstom de 2,3%.

Alcatel-Lucent fait toujours les frais de la défiance des investisseurs depuis la publication de ses résultats la semaine dernière. Le titre recule de 2,14% à 2,51 euros.

Pour sa part, EADS parvient à limiter ses pertes et baisse moins que le marché : -1,67% à 12,66 euros. Airbus, la filiale du groupe aéronautique, a remporté un contrat d'un milliard de dollars auprès de la compagnie Air New Zealand pour 14 A320.

Le secteur défensif résiste également et affiche les baisses les plus limitées. EDF, L'Oréal et Pernod Ricard reculent de 1,3%. Essilor ne perd que 0,24%.

Carrefour et PPR font encore mieux puisqu'ils parviennent à se hisser dans le vert. PPR gagne 0,31% à 75,20 euros. Carrefour progresse de 0,24% à 29,53 euros.

Sur le SBF 120, l'autre distributeur, Casino, est aussi légèrement dans le vert. +0,11% à 54,92 euros.

A l'inverse, Areva décroche. Le certificat d'investissement recule de 5,43% à 343,30 euros. Les autorités de sûreté nucléaire de la France, de la Grande-Bretagne et de la Finlande ont critiqué la sécurité du système de contrôle des réacteurs EPR. Areva va donc revoir ses plans.

Sur les marchés pétroliers, les cours du brut sont aussi en nette baisse. Le baril de WTI évolue à 77,19 dollars. Le baril de Brent de la mer du Nord s'échange lui contre 75dollars73.

Côté devises, l'euro perd également du terrain pour passer sous 1,47 dollar. 1 euro vaut désormais 1,4646 dollar.

(Flash boursier également disponible en vidéo sur votre site latribune.fr)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2009 à 11:22 :
Comme si les plans d'aide aux banques n'avaient servi à pas grands choses, seul le consommateur pourra réellement faire repartir la machine, mais pas avec l'aide de l'argent public, sinon c'est le serpent qui se mord la queue.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :