Les résultats annuels de Bolloré sont dopés par le transport et la logistique

 |   |  605  mots
(Crédits : Reuters)
L'an dernier, le groupe diversifié a doublé son profit net part du groupe à 669 millions d'euros contre 321 millions d'euros un an plus tôt.

Le groupe a profité d'une forte progression des résultats des activités transport et logistique, qui bénéficient d'un bon niveau d'activité dans le monde et des développements réalisés notamment en Asie et en Afrique. Les chiffres du conglomérat ont également été tirés par la très bonne performance de l'activité logistique pétrolière, à la faveur de la hausse des prix et des volumes des produits pétroliers.

Dans le secteur du Transport et de la Logistique, le chiffre d'affaires progresse de 9 %. Il bénéficie de la progression du transit et de l'activité logistique, soutenue notamment par la bonne activité des plateformes de Roissy et de Singapour. La reprise d'activité en Côte d'Ivoire, pénalisée par la crise politique au début de l'exercice 2011 et le dynamisme des terminaux portuaires en Afrique ont contribué au chiffre d'affaires de ce pôle. Pour Bolloré, l'Afrique est incontestablement une terre de prédilection pour ses principaux investissements.

Une croissance fortement rentable

Quant au pôle distribution d'énergie, l'activité s'est appréciée de 11 %, en raison de l'augmentation combinée des prix et des volumes des produits pétroliers. En données brutes, intégrant LCN (Les Combustibles de Normandie) acquis en février 2011, la hausse est de 14 %. A noter que, le groupe est le deuxième distributeur français de fioul avec 14% de parts de marché. Au final, le chiffre d'affaires s'est apprécié de 20% à 10,2 milliards d'euros et de 9 % à périmètre et taux de change constants, l'an passé.

La croissance du groupe est également fortement rentable avec un Ebitda qui s'est apprécié 50% à 750 millions d'euros et un résultat opérationnel qui a progressé de 39% s'est établi à 407 millions d'euros en 2012. Le dynamisme africain et asiatique mais aussi l'amélioration des résultats des médias et la contribution d'Havas ont permis d'amortir les dépenses importantes consacrées au stockage d'électricité (batteries, véhicules électriques) et au lancement d'Autolib'. Le ratio d'endettement net sur fonds propres, en nette amélioration à 26 % contre 46 % à fin 2011, bénéficie de la forte augmentation des capitaux propres qui atteignent 7,260 milliards d'euros. Le groupe va proposer le versement d'un dividende de 3,10 euros par action.

Une valeur à conserver

Le conglomérat a réorienté ces derniers mois sa stratégie de développement dans les médias en cédant les deux chaînes de télévision numérique terrestre qu'il détenait à Vivendi. Cette opération payée en actions lui a permis de devenir le premier actionnaire de Vivendi, à hauteur de 5% du capital. Par ailleurs, Havas a modifié sa structure financière grâce au succès de son opération de rachat d'actions (OPRA) réalisée l'an dernier. La part de Bolloré actionnaire principal du groupe est passée de moins de 33% à près 38% du capital d'Havas. C'est un secret de Polichinelle, Vincent Bolloré souhaite créer un grand groupe de médias. Sera-t-il le fruit d'une union Vivendi/Havas ? Par ailleurs, le dernier point d'activité de Bolloré confirme la bonne marche des affaires du groupe alors qu'il pourrait bénéficier d'une croissance à deux chiffres de ses activités en Afrique pendant les dix prochaines années et que sa division batterie pourrait être mieux valorisée par le marché... Bolloré couvre plus de 40 pays actuellement, ce qui rend le groupe peu sensible aux risques géopolitiques. Fondamentalement, cette valeur se paye.... 31 fois ses bénéfices attendus pour 2013. Ce qui est cher en soi mais nous sommes d'avis à conserver pour le coté dossier typique de « fond de portefeuille ».

Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :