Acheter de l'Apple ne coûte pas cher ... en Bourse. Enfin, si on le compare à Google

Un temps déchue de son titre de première capitalisation boursière mondiale, qu'elle a finalement repris à Exxon Mobil, Apple se paie moins de 10 fois ses bénéfices quand Google, qui cote à ses plus hauts niveaux historiques, se traite sur des multiples de valorisation deux fois plus élevés.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Est-ce qu?Apple est bon marché ? Un iPhone est généralement plus cher qu?un smartphone sous Android, idem pour les tablettes. Mais qu?en est-il de l?action ? Apple avait perdu il y a quelques semaines son titre de première capitalisation boursière mondiale, repris par Exxon Mobil. Titre repris de justesse ce jeudi (les deux valeurs sont au coude à coude et dépassent 400 milliards de dollars). Depuis qu?elle a touché courant septembre les 700 dollars, le plus haut niveau de son histoire, elle a subi une glissade quasi ininterrompue, de l?ordre de 40% (428 dollars ce jeudi à la mi-séance), retombant à ses cours de janvier 2012. Or dans le même temps, comme un reflet de l?ascension irrésistible de son système d?exploitation Android sur le marché des smartphones, l?action Google vole de record en record, flirtant avec les 835 dollars : elle a grimpé de plus de 35% en un an. La fin de l'enquête antitrust contre Google aux Etats-Unis sans sanction début janvier a levé une épée de Damoclès. Depuis son introduction en Bourse il y a 8 ans et demi, le titre a été presque multiplié par 10.

L?équivalent de deux Facebook les sépare
Certes, le géant de l?Internet, qui pèse 275 milliards de dollars, vaut encore quelque 120 milliards de moins que la firme à la pomme : c?est l?équivalent de deux Facebook d?écart. Mais en termes de ratio de valorisation, le fameux rapport cours/bénéfice ou PER, Apple a rarement été si peu chère : moins de 10 fois ses profits (et même 8 fois pour les bénéfices de l?année prochaine), contre 25 fois pour Google (15 fois l?an prochain). Même Microsoft est plus cher (15 fois sur les 12 derniers mois, ce qui correspond à la moyenne du S&P 500). Selon Fortune, Apple aurait été à une occasion moins chère : en décembre 2000 (soit avant la sortie de l?iPod).

L?agence Bloomberg relève que cet écart de valorisation entre Apple et Google n?a jamais été aussi large depuis juin 2005, moins d?un an après l?introduction en Bourse de Google et deux ans avant que les deux frères ennemis n?entrent en concurrence frontale dans le mobile avec le lancement de l?iPhone (juin 2007) et celui d?Android (annoncé en novembre 2007). Cet écart signifie tout simplement que les investisseurs croient davantage dans les perspectives de croissance de Google, bien placé au carrefour du Web et du mobile, que dans celles d?Apple. Autre indicateur si besoin : Google est devenue la valeur préférée des fonds de pension américains au quatrième trimestre 2012, dépassant Apple, et celle des hedge funds aussi (devant NewsCorp), selon un rapport de Citigroup, publié ce jeudi, qui passe en revue les portefeuilles des 50 fonds les plus actifs pour identifier les actions les plus fréquemment détenues.

Le cap des 1.000 dollars désormais en vue pour Google
Cet écart de valorisation est cependant assez classique entre constructeur de « hardware » et éditeur de logiciels ou de services, même si Apple évolue de plus en plus vers le « software » (iTunes, App Store, iCloud, etc). Samsung, le partenaire clé de Google dans le mobile, devenu le symbole de la réussite d?Android, présente d?ailleurs des ratios équivalents à ceux de son rival californien (9 fois). Apple a définitivement besoin d?un nouveau produit vraiment innovant. Le nouvel iPhone 5 et l?iPad mini, même s?ils se vendent bien, n?ont pas époustouflé ni les consommateurs ni les investisseurs.

Pendant ce temps, Google alimente le buzz sur ses lunettes futuristes de réalité augmentée Google Glass. Toujours pas d?iTV ni d?iPhone « low-cost », peut-être une iWatch, le marché s?impatiente. Certains blâment Tim Cook, le successeur de Steve Jobs, pour son manque de charisme et tout simplement de génie. Toutefois, l?action Apple n?est pas encore retombée au niveau d?avant-Steve Jobs, soit autour de 370 dollars au moment du décès du cofondateur du groupe. L?analyste d?UBS, Steve Milunovitch, qui réaffirme ce jeudi matin son conseil d?achat sur Apple avec un objectif de cours de 600 dollars, recommande au groupe plus de transparence, plus de dialogue avec Wall Street : il remarque qu?Apple n?a pas organisé de traditionnelle réunion annuelle avec les analystes « sell-side » (courtiers) depuis 2003?

La veille, trois analystes avaient abaissé leurs estimations et leurs objectifs de cours, Barclays s?attendant par exemple à ce que les nouveaux produits ne sortent qu?au second semestre, sans effet sur le cours de Bourse d?ici là. L?objectif médian des brokers demeure à 600 dollars et les trois quarts continuent de conseiller d?acheter. Il y a un an, certains analystes prédisaient qu?Apple atteindrait les 1.000 dollars, soit une capitalisation de mille milliards de dollars, courant 2014. Désormais, c?est à Google que l?on prédit le même avenir radieux : il lui suffit de s?apprécier encore de 25% et sa valeur dépasserait alors 340 milliards...
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 08/03/2013 à 12:20
Signaler
Lettre à Mme le Pen : http://librepolitique.wordpress.com

le 08/03/2013 à 15:28
Signaler
Totallement hors sujet mais pas mal du tout....

à écrit le 08/03/2013 à 10:06
Signaler
Les gens ne sont plus près à surpayer des téléphones qui ne font que des mises a jour mineures le tout sur une obsolescence programmée très insidieuse chez Apple. De plus Apple est une marque qui a désormais une image veille et ringarde auprès des je...

à écrit le 08/03/2013 à 1:22
Signaler
Eh oui, le Nasdaq ne donne pas satisfaction... ils n'arrivent pas à le faire monter autant que le DJ. Pourtant ce n'est pas faute d'avoir tout fait pour ça. Le seul problème c'est que maintenant un paquet de fonds et de banques centrales ont du Apple...

le 08/03/2013 à 10:23
Signaler
Je comprends pas votre histoire de bulle et de maintient de l'indice... Google est dans le DJ et Apple dans le Nasdaq... pas de rapport sur l'indice!

le 08/03/2013 à 14:48
Signaler
Oui Marvin, c'est tout à fait exact. Mais il existe une corrélation forte. Il y a de nombreux articles sur le sujet dans la presse américaine. Un tour sur Zero Hedge devrait vous aider. Voici quelques liens intéressants me semble-t-il: http://www.z...

le 10/03/2013 à 4:28
Signaler
C'est bien la premiere fois que je m'amuse a repondre a des commentaires d'un article. Car quand je vois de telles... ******** colportees sans aucune reflexion ou analyse, et qu'en plus vous vous permettez de citer zerohedge comme source (a peu pres ...

le 24/04/2013 à 9:04
Signaler
Toi t'as tout compris et en même temps t'as rien compris... v'la le paradoxe... est-ce que penser c'est réfléchir ? Ah mais c'est vrai que se "voir avec du recul" a part a Ego le matin ça ne rapporte rien... bref... un froid cyborg de la finance qui ...

à écrit le 08/03/2013 à 0:02
Signaler
Apple est une marque, Google c'est internet...

le 08/03/2013 à 11:13
Signaler
Google n'est pas une marque ?

à écrit le 07/03/2013 à 21:21
Signaler
passés !!! Qui ne préjugent rien du futur !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.