Le rouble a perdu un quart de sa valeur en un mois

 |   |  303  mots
La monnaie russe a ainsi perdu 26% face à l'euro et 27% face au dollar en seulement un mois.
La monnaie russe a ainsi perdu 26% face à l'euro et 27% face au dollar en seulement un mois. (Crédits : reuters.com)
La monnaie russe a brutalement chuté lundi 1er décembre face au dollar et à l'euro. Elle a perdu plus d'un quart de sa valeur en un mois, plombé par la baisse des prix du pétrole et par les sanctions économiques occidentales.

Non seulement le rouble a perdu le quart de sa valeur en un mois mais, depuis le début de l'année, la monnaie russe a chuté de plus de 40% face à l'euro et de plus de 60% face au dollar.

Lundi noir

Lundi, l'euro est monté jusqu'à 64,76 roubles pour un euro, après avoir atteint un niveau record de 66,50 roubles. Le billet vert s'établissait à 17h heure française à 51,83 roubles pour un dollar, après être monté dans la journée à 53,29 roubles. Le rouble a ainsi perdu 5,25% de sa valeur face à l'euro et 4,91% face au dollar.

Dans le même temps, l'index RTS libellé en roubles a chuté de 1,64% à la Bourse de Moscou.

Sanction occidentales et chute du pétrole

Alors que l'économie russe est frappée de plein fouet par les sanctions de l'UE et Washington, qui accusent Moscou de soutenir militairement les séparatistes en Ukraine, la chute des prix du pétrole accélérée par la décision de l'Organisation des pays exportateurs du pétrole (Opep) de maintenir son objectif de production, est devenue fatale au rouble.

La monnaie russe a ainsi perdu 26% face à l'euro et 27% face au dollar en seulement un mois.

"Une croissance fatiguée et pas de nouveaux vecteurs du développement économique, pas d'investissements, et ajoutez les sanctions et la baisse des prix du pétrole, voilà comment on atteint des taux où un dollar vaut plus de 50 roubles et où un euro s'échange à plus de 60 roubles", a expliqué à l'AFP Evgueni Nadorchine, analyste en chef chez AFK Systema.

"En Russie, plus de la moitié des recettes du budget sont liées à l'exportation du pétrole", rappelle pour sa part l'experte Christina Chpilevskaïa du centre d'analyse indépendant Investcafe, en estimant que le rouble "comme hypnotisé, suit l'or noir" dans sa chute.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2014 à 18:43 :
Je n uis pa
a écrit le 02/12/2014 à 23:42 :
DANS TOUS LES PAYS LE NATIONALISME FAIS BEAUCOUP DE MAL ? LES DIRIGENT QUI SUIVENT CETTE VOIE LA ON TORD? L AVENIR EST DANS LA NEGOSIATION POUR LE COMMERCE EQUITABLE DES MATIERES PREMIERE???
a écrit le 02/12/2014 à 13:51 :
Sous l'effet des sanctions de l'occident....qui a orchestré la baisse artificielle et momentanée du pétrole et du gaz..Attendons la suite, la Russie n'a pas dit son dernier mot et n'a pas la mémoire courte...
a écrit le 02/12/2014 à 12:36 :
L’article plutôt superficiel, tandis qu’il y a des choses intéressantes. 1. Si on divise l’agrégat monétaire M1 (argent liquide+comptes courants) par la somme des réserves de change de la Russie, on obtient 36 roubles par dollar (sur le marché déjà 52). __ 2. Le bilan commercial reste très positif et supérieur à la fuite des capitaux, malgré la forte augmentation de la dernière. ___ 3. Aucun mécanisme de contrôle non monétaire des flux des devises n’est pas activé. Une précision : ils existent et ont été utilisés dans les années 90 et 2000. ___ 4. Les agrégats M1 et M2 baissent en cours de 2014, un choix de politique monétaire extrêmement étrange dans une économie stagnante. ___ Les conclusions : A. s’il y avait une volonté de stabiliser le rouble, cela aurait été réalisé même sans dépenser énormément des réserves de change. B. L’absence de cette volonté peut signifier soit une politique du maintien des bénéfices des exportateurs et peut-être de la production locale, soit une politique de déstabilisation Le dernier cas est tout à fait possible. Je dis depuis un bon moment : la Russie n’est pas une monarchie de Poutine, mais un conglomérat des clans oligarchiques avec ses intérêts.
a écrit le 02/12/2014 à 11:57 :
Poutine de la valeur du rouble, il s'en fout. La richesse de la Russie, ce sont ses matières premières et le Monde en a ou en aura besoin un jour. Le temps travaille pour la Russie, et les Russes, ils sont patients.
a écrit le 02/12/2014 à 10:21 :
A voir combien de temps les Russes vont encore supporter les conséquences désastreuses pour leur économie des provocations belliqueuses de rase motte Poutine...
Réponse de le 02/12/2014 à 12:41 :
A voir aussi, combien de temps l'Europe va supporter les conséquences désastreuses des sanctions en retour (pour le plus grand bonheur des USA) !
Réponse de le 02/12/2014 à 12:47 :
@Benedetto: 1) Poutine n'est pas immunable ou éternel. 2) c'est peut-être une chance pour la Russie de développer son économie interne au lieu d'importer tous ces produits étrangers qui pourraient être fabriqués au pays :-)
a écrit le 02/12/2014 à 9:19 :
Un monnaie vivante ça bouge, la notre est dans le coma!
Réponse de le 02/12/2014 à 9:30 :
c'est certain, le rouble bouge bien!
a écrit le 02/12/2014 à 8:32 :
Moscou, qui a trop excité un sentiment ultranationaliste au sein sa population, ne peut plus reculer, ne rappellera pas ses hommes et rapatriera pas ses armes, pour ne pas perdre la face. Pas de solution dans le Donbass à court terme. Joyeux Noël!
Réponse de le 02/12/2014 à 12:18 :
Le problème que les fachos à Kiev ne sont pas imaginaires et ne s'intéressent pas à la paix. Depuis le début du conflit les autorités ukrainiennes n’ont montré la moindre volonté de résoudre le conflit par les négociations et n’ont tenu aucune promesse signée. Je vous le dis comme quelqu’un qui a lu toutes les propositions pseudo-paisibles de Kiev. De plus la majorité absolue des rebelles sont locaux.
Réponse de le 02/12/2014 à 12:43 :
1. La majorité absolue des rebelles sont locaux. 2. Depuis le début du conflit les autorités ukrainiennes n’ont montré la moindre volonté de résoudre le conflit par les négociations et n’ont tenu aucune promesse signée. Je vous le dis comme quelqu’un qui a lu toutes les propositions pseudo-paisibles de Kiev.
Réponse de le 03/12/2014 à 12:28 :
@Ex-moscovite: désolé, mais c'est quand même l'Ukraine qui défend l'intégrité de son territoire. Les Ukarianiens ne osnt pas (compte tenu de mon expérience) des gens intéressants, mais faut pas non plus raconter n'imprte quoi pour justifier l'injustifiable :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :