Pétrole : le prix du baril tombe au plus bas depuis 2009

 |   |  173  mots
Les prix du pétrole brut ont chuté de plus de 30% depuis juin 2014.
Les prix du pétrole brut ont chuté de plus de 30% depuis juin 2014. (Crédits : reuters.com)
Le Brent a atteint un plus bas depuis cinq ans, à 67,53 dollars. Il est pénalisé par la décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de ne pas réduire son plafond de production.

Le cours du pétrole continue de battre des records à la baisse. À Londres, le Brent pour livraison en janvier 2015 a atteint un plus bas depuis octobre 2009, à 67,53 dollars, tandis que le "light sweet crude" (WTI) coté à New York est tombé au plus bas depuis juillet 2009, à 63,72 dollars.

Statu quo à 30 millions de barils par jour

Le prix du baril est pénalisé par la décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), jeudi 27 novembre, de ne pas réduire son plafond de production. Celui-ci a été reconduit à 30 millions de barils par jour. Alors que les prix du pétrole brut ont chuté de plus de 30% depuis juin, en raison d'une offre surabondante et d'une demande affaiblie, les pays de l'Opep devaient trancher entre une baisse de leur plafond de production collectif, figé depuis trois ans.

La nouvelle avait aussitôt entraîné une nouvelle dégringolade des prix du brut, la référence américaine de l'or noir passant même sous la barre des 70 dollars pour la première fois depuis 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2014 à 22:39 :
Le bonheur des uns c’est le malheur des autres, vous n’imaginez pas les conséquences negatives de la baisse de prix de pétrol portées au budget de mon pays Angola pour l’année economique 2015!
a écrit le 01/12/2014 à 22:37 :
Le bonheur des uns c’est le malheur des autres, vous n’imaginez pas les conséquences negatives de la baisse de prix de pétrol portées au budget de mon pays Angola pour l’année economique 2015!
a écrit le 01/12/2014 à 21:52 :
Du moment que les usa sont le 1er producteur, mais aussi le 1er consommateur du pétrole, ce ceux eux les bénéficiaires et de la chute et de la hausse des prix. Les autre pays sont out.
a écrit le 01/12/2014 à 14:48 :
Cela va donner un coup de frein aux partisans irresponsables de la transition énergétique. D'autre part la banque européenne devrait en profiter pour faire marcher la planche à billet pour faire de la relance, car l'argument de l'euro fort pour contrer le prix du pétrole n'a plus de sens. Hélas la lourdeur de l'UE va encore nous faire rater le coche de la reprise.
a écrit le 01/12/2014 à 12:56 :
La baisse du prix du baril est une occasion inespérée pour basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique.
Réponse de le 01/12/2014 à 14:59 :
Vous ne trouvez pas que la fiscalité sur l'énergie es déjà trop forte, le baril a perdu 30% et le litre à la pompe n'a baisser que de 10 cents !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :