Claire Lamberti : « La qualité de l’accompagnement dans l’entreprise est cruciale »

 |   |  357  mots
(Crédits : DR)
RÔLES LGBT+ LEADERS. Ces salariés LGBT+ du secteur privé ou agents du secteur public, non membres d’une instance de direction, contribuent par leur engagement et leur visibilité à une représentation positive des LGTB+. Portrait de Claire Lamberti, Data Factory RH et responsable du développement des compétences chez Orange France

« J'en connais qui ont été licenciés lorsqu'ils ont annoncé leur transition », déclare Claire Lamberti, 53 ans, Data Factory RH et responsable du développement des compétences chez Orange France, à Lyon.

Née femme dans un corps d'homme, elle a effectué la sienne en 2014.

« Je l'aurais fait quoiqu'il arrive, il en allait de ma santé mentale », ajoute-t-elle.

Elle a eu la chance de trouver la qualité d'accompagnement qu'elle souhaitait chez Orange.

« C'est crucial », dit-elle. Elle avait « préparé le terrain », en allant voir d'abord la médecine du travail et l'assistance sociale, puis Mobilisnoo, le réseau LGBT+ d'Orange, qui a organisé les premiers contacts avec l'employeur, sans préciser qui allait effectuer une transition, et enfin, elle a discuté avec la DRH et son manager direct, pour exposer ses conditions...

« Je n'ai pas honte de qui je suis, alors je voulais m'assurer que mon identité réelle apparaisse officiellement », dit-elle.

Et Orange a effectivement annoncé sa transition, changé son adresse mail et son nom sur l'annuaire de l'entreprise, et proposé un accompagnement pour elle et ses collègues.

« Une façon de montrer que l'inclusion concerne tout le monde », précise-t-elle.

L'entreprise a même pris ces dispositions avant son changement légal d'identité, qui n'est intervenu qu'en 2018. Une étape clé « et véritable épreuve, compte tenu des questions du tribunal », se souvient-elle... Entre temps, sa fiche de paie était toujours envoyée à son adresse sous son nom d'origine...

Pas étonnant que Claire Lamberti milite aujourd'hui pour accélérer ce parcours administratif.

Quant à ses coéquipiers, « l'écrasante majorité s'est montrée enthousiaste », certains lui avouant même que sa transition les avait fait réfléchir sur la question, universelle, de l'identité...

Aujourd'hui, Claire Lamberti est heureuse. Heureuse de travailler chez Orange, qui va éditer un guide LGBT+ à partir de documents déjà rédigés par Casino et Volvo, en enrichissant les aspects transidentité et en ajoutant un chapitre sur le recrutement de transidentitaires.

« L'entreprise peut faire évoluer les mentalités et les stratégies de recrutement, en montrant que nous sommes tout simplement des gens qui ont des compétences », conclut-elle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :