Sortir du placard !

 |   |  547  mots
Jean-Christophe Tortora, président de La Tribune.
Jean-Christophe Tortora, président de La Tribune. (Crédits : DR)
À l'occasion de la journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, le 17 mai, La Tribune s'engage contre toutes les discriminations dans l'entreprise.

Vous trouverez, peut-être, inhabituel qu'un journal économique comme La Tribune affiche les couleurs de l'arc-en-ciel ce vendredi 17 mai, qui est aussi la Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie. Et pourtant, nous ne sommes pas le seul média à nous engager pour cette cause. Depuis 2013, notre confrère le Financial Times publie avec OUTstanding une liste de rôles modèles LGBT+ dans des entreprises du monde entier.

Le poids des mots, sans le choc des photos

Vous serez peut-être choqués par la une de La Tribune de cette semaine. Et pourtant, demandez-vous pourquoi . Nous avons délibérément choisi le poids des mots, sans le choc des photos. Pour ENCourager un changement des mentalités et aider ceux qui le souhaitent à « sortir du placard ». Notre espoir, par cet artifice de communication (*), est que chacun et chacune prenne conscience de la violence, parfois seulement verbale, souvent aussi physique, que subissent au quotidien certaines et certains de ses collègues, uniquement du fait de leur orientation sexuelle. Fallait-il continuer à rester indifférents, à laisser penser que la presse économique française n'a rien à dire face la forte augmentation (+ 34%) des actes anti-LGBT ? Nous ne nous appelons pas La Tribune par hasard. Ce journal, dont l'ADN est l'économie et la finance, ne peut pas faire comme si ces discriminations n'existaient pas dans le monde du travail.

En donnant avec cette édition spéciale, une « tribune » à celles et ceux qui souffrent de ne pas oser tout simplement dire devant la machine à café le lundi matin avec qui ils ou elles ont passé le week-end, nous voulons rappeler que l'entreprise aussi doit défendre les valeurs de la République et que c'est la responsabilité de ses managers d'en faire un principe d'action au quotidien.

--

UNE Hebdo H292

[Notre édition spéciale "LGBT en entreprise", en kiosques le 17 mai]

--

En partenariat avec L'Autre Cercle et Radio France

Pour réaliser ce numéro, La Tribune est engagée aux côtés de L'Autre Cercle, une association de défense des droits LGBT+, et de Radio France. Dans ce numéro, nous rendons visibles 60 rôles modèles, dirigeants, dirigeantes LGBT+ et alliés en entreprise qui ont accepté de témoigner ainsi de leur volonté que l'entreprise soit vraiment un lieu d'inclusion des différences.

Car que l'on ne s'y trompe pas. Si nous avons choisi une communication forte, ce n'est pas pour faire un « coup de pub » mais parce que nous souhaitons promouvoir une banalisation de ce sujet trop souvent tabou dans les entreprises. Ce n'est pas la première fois que notre journal s'engage : nous l'avons fait pour défendre la diversité et l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. Partager l'économie, comme l'indique notre signature, c'est partager aussi un socle de valeurs et de libertés.

Chacun a le droit d'être soi. Vous l'aurez bien compris, c'est à cela bien sûr que La Tribune vous ENCourage. Faut-il vraiment le préciser... En tout cas, voilà qui est fait !

___

(*) À titre exceptionnel, c'est Frank Tapiro, ancien publicitaire et aujourd'hui consultant créatif, qui « signe » la une de La Tribune de cette semaine. Engagé à nos côtés dans le combat contre toutes les discriminations, il a signé une tribune dans nos colonnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2019 à 13:01 :
Bon ben moi je veux bien sortir du placard si le mec de la photo me file son 06 pour un rencard, il est canon ;-)
a écrit le 17/05/2019 à 10:25 :
@citoyen ordinaire: évidemment le but n'est pas de s'étaler sur sa vie privée, mais au travail comme ailleurs, il arrive de parler un peu de sa vie...
Tout le monde parle dans l'entreprise a minima de sa vie privée, ne serait ce que pour raconter à ses collègues ses vacances ou son week end lors du café du matin.
Assez spontanémment on évoque son conjoint(e) ou ses enfants si on en a.
Je pense que les homos veulent juste ne pas être forcés de mentir ou être condamnés au silence.
Un collègue qui ne dit absolument rien sur sa vie, sans même s'étaler, passera au mieux pour quelqu'un de mystérieux, au pire pour quelqu'un de snob.
a écrit le 17/05/2019 à 0:53 :
Chapeau La Tribune !
Non pas qu’il faille absolument mettre en avant les homos et assimilés, mais en effet, les homos que j’ai côtoyés professionnellement ont souvent été discriminés malgré leur discrétion à ce sujet.
Il est de bon ton de rappeler que chacun est comme il est, peu importe sa sexualité, son éducation, ses croyances et ses certitudes.
Le principal étant d’être tolérant et heureux les uns avec les autres.
a écrit le 16/05/2019 à 19:18 :
Je suis désolé mais je trouve ce débat inutile car au sein d’une entreprise : l’employeur n’a pas à mettre le nez dans la vie privée de ses employés.

C’est pour ça qu’il est conseillé de ne pas mettre trop de photos et écrire sa vie comme un roman sur Facebook , linkedin , Instagram ... ou ailleurs

Votre vie vous appartient, et elle est privée et l’employeur ça le regarde pas si vous kiffez Max , Maxime ou Charlotte...

C’est connu pour être heureux ( se) il faut cultiver son jardin privée .

Et encore un conseil , au travail faut rien raconter sur sa vie privée ça regarde personne .

Faites comme ça après vous vous sentirez mieux , mettez des limites claires entre travail et votre vie , ne mélangez pas tout , vous vous sentirez mieux .

Cordialement
Réponse de le 17/05/2019 à 10:31 :
Vous n'avez jamais dit à vos collègues que vous êtes marié ou que vous avez une femme? Ni si vous avez des enfants?
Parce que si on vous suit on ne devrait rien dire du tout sur sa vie privée ;)
a écrit le 16/05/2019 à 17:47 :
Quel noble combat, et quel courage ! Car c'est vraiment dans les entreprises, et pas dans les "quartiers", que les homos, trans et autres sont mal traités.

D'ailleurs il n'y a qu'à voir dans les médias et le show-biz : ils sont encore loin d'être à 100%.
Bravo La Tribune, enfin un combat à votre mesure !
Réponse de le 16/05/2019 à 18:20 :
Quel courage !
Ne vous inquiétez pas , les gosses des quartiers ne mètreront jamais les pieds dans les entreprises car ils resteront dans leurs ghettos et créeront une épicerie du coin ou une entreprise de bâtiment , car ils ne sont pas les bienvenus dans les beaux quartiers .
a écrit le 16/05/2019 à 13:37 :
Je pense qu'internet est en train, enfin, de nous apprendre, à l'opposé de notre système politique et économique à qui ont doit encore toute cette peur de l'autre, que la richesse est dans la diversité, dans la différence, dans la complexité et la pluralité.

Si on remonte à l'évolution humaine, l'autre, l'inconnu, celui qui ne se comportait pas pareil, celui qui n'avait pas les us et coutumes en commun ne pouvait qu'être un ennemi. Si l'apparence prend une place si importante dans notre cerveau ce n'est pas pour rien.

ET nous ne pouvons pas compter sur les classes dominantes pour nous rendre plus raisonnables puisque pour eux la doctrine "diviser pour régner" est vitale donc tant que l'on a des ennemis imaginaires en tête, venant seulement de notre propre subconscient, ben au moins on les laisse tranquille hein ! Puis vu l'état déplorable dans lequel elles sont en plus vaut peut-être mieux pas...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :