Le chômage en hausse pour le deuxième mois consécutif

 |   |  343  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)

La situation de marché du travail s'est dégradée en juin pour le deuxième mois consécutif, « imposant une mise en oeuvre la plus rapide possible [des mesures pour l'emploi] adoptées au Parlement début juillet », sur l'apprentissage notamment, a indiqué un communiqué du ministère du Travail. Le nombre de demandeurs d'emploi n'exerçant aucune activité (catégorie A) a en effet progressé de 1,3 % en juin (soit de 33.600 personnes) et de 1,5 % en un an, s'établissant à 2,72 millions de personnes. Il avait déjà progressé de 0,7 % en mai, après une décrue lors des quatre premiers mois de l'année. La France métropolitaine compte désormais 4,1 millions de demandeurs d'emploi exerçant ou non une activité (catégories A, B, C), soit 0,6 % de plus qu'il y a un mois et 4 % de plus qu'il y a un an.

Seniors au plus mal

Le nombre de demandeurs d'emploi de moins de 25 ans augmente sur le mois (+ 1,4 %) de même que celui des plus de 50 ans (+ 2 %). Mais alors que la situation des jeunes s'est améliorée en un an (? 4,4 % du nombre de demandeurs d'emploi), celle des seniors va de mal en pis (+ 13 %). La montée du chômage en juin n'est cependant pas une surprise. Indicateur avancé du marché du travail, l'emploi intérimaire a marqué le pas en mai (? 1,2 % sur le mois) tout en restant en hausse de 9,8 % sur un an. Le taux d'intérim dans la construction a été le seul à augmenter ce mois-là, l'industrie et le tertiaire enregistrant des baisses respectives de 0,5 % et de 3,2 %. Le secteur des administrations publiques, enseignement, santé humaine et action sociale et celui des transports et entreposages ont enregistré les plus fortes contractions, jusqu'à 6 %. Seul le marché du travail des cadres affiche pour l'heure son dynamisme. L'Apec (Association pour l'emploi des cadres) a enregistré 140.000 offres d'emploi au deuxième trimestre, soit 70 % de plus que lors du même trimestre 2010. Cela risque toutefois de ne pas suffire à sauver la croissance de l'économie au deuxième trimestre, déjà annoncée en fort ralentissement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :