Téléchargez
notre application
Ouvrir

Maracineanu met en garde le PSG, soupçonné de discrimination

reuters.com  |   |  514  mots
Psg: la ldh saisit la justice pour discrimination[reuters.com]
(Crédits : Charles Platiau)

PARIS (Reuters) - La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, s'est dite consternée jeudi après les révélations de Mediapart quant à des pratiques de recrutement discriminatoires au Paris Saint-Germain, prévenant que s'ils sont avérés, les faits exposent le club de football à des sanctions disciplinaires voire pénales.

"Je veux exprimer ma consternation suite aux révélations parues aujourd'hui dans les médias", écrit Roxana Maracineanu dans un communiqué conjoint avec la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa.

"Si ces faits de discrimination sont avérés, ils sont passibles de sanctions disciplinaires voire pénales. On ne peut pas tolérer que des personnes soient identifiées, recrutées selon leur couleur de peau ou leur origine", ajoute-t-elle.

La ministre demande par ailleurs à la Fédération française de football et à la Ligue de football professionnel "d'examiner ce dossier dans les plus brefs délais" et ajoute que "l'Etat se réserve la possibilité de donner toutes suites utiles à cette affaire".

La Ligue des droits de l'homme (LDH) a annoncé jeudi qu'elle saisirait le procureur de la République d'une plainte relative à un "fichage ethnique" de jeunes recrues du club de football, après ces révélations.

Selon le site d'information Mediapart, qui s'appuie sur des documents tirés des fuites les plus récentes des "Football Leaks", le PSG aurait demandé jusqu'au printemps 2018 à des recruteurs de renseigner "l'origine" des joueurs observés selon quatre catégories : "Français", "Maghrébin", "Antillais", "Afrique noire".

En 2014, le directeur de la cellule recrutement du club dans tout le pays sauf en Ile-de-France, aurait défendu lors d'une réunion une vision ethnique de la composition de l'équipe, justifiant un recrutement discriminatoire, selon un compte rendu obtenu par Mediapart.

LE PSG ÉVOQUE UNE "INITIATIVE PERSONNELLE"

Ces propos auraient déclenché des protestations au sein du club mais en dépit d'une convocation du recruteur par la direction, il n'aurait écopé d'aucune sanction.

Le PSG a reconnu et condamné jeudi l'existence de tels formulaires dans un communiqué et assuré que "la direction générale du club n'avait jamais eu connaissance d'un système de fichage ethnique au sein d'un département recrutement ni eu en sa possession un tel formulaire".

"Le Paris Saint-Germain confirme que des formulaires avec des contenus illégaux ont été utilisés entre 2013 et 2018 par la cellule de recrutement du centre de formation, dédiée aux territoires hors Ile-de-France. Ces formulaires ont été institués à la seule initiative personnelle du responsable de ce département", écrit le club.

Dans un communiqué, la LDH déclare qu'"un tel système (...) est profondément raciste et discriminatoire".

"Ces pratiques si elles sont confirmées tombent sous le coup de la loi", poursuit l'association. "C'est pourquoi la Ligue des droits de l'homme (LDH) a décidé de saisir le procureur de la République d'une plainte contre ce fichage ethnique des jeunes recrues du PSG afin d'en sanctionner les coupables et les responsabilités du club."

(Jean-Baptiste Vey et Julie Carriat, édité par Elizabeth Pineau)