Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'Etat veut apaiser le conflit Veolia-Suez, pas de "précipitation"

reuters.com  |   |  261  mots
L'etat veut apaiser le conflit veolia-suez, pas de precipitation[reuters.com]
(Crédits : Pool New)

PARIS (Reuters) - L'Etat souhaite apaiser les relations entre Veolia et Suez et réaffirme son souhait d'éviter toute "précipitation" sur ce dossier, a-t-on déclaré samedi dans l'entourage de Bruno Le Maire.

Alors qu'une réunion à Bercy devait avoir lieu avec les acteurs du dossier, qui voit Veolia tenter de racheter Suez et ce dernier opposer un refus catégorique, le ministère a indiqué que des discussions avaient eu lieu à la place de la rencontre envisagée.

"Il y a eu de multiples échanges ce matin entre les équipes du ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance, les équipes de Veolia et de Suez, l'objectif restant de trouver un terrain d'entente et de mettre fin au conflit entre ces deux grandes entreprises industrielles françaises", a-t-on dit dans l'entourage de Bruno Le Maire.

"L'Etat ne fera rien dans la précipitation", a également répété Bercy.

Veolia a annoncé vendredi qu'il allait relever son offre de rachat de l'essentiel de la participation d'Engie au capital de Suez et qu'il maintenait son projet de prise de contrôle de l'ensemble du groupe malgré les obstacles mis en place pour faire échouer l'opération.

Veolia propose d'acquérir dans un premier temps 29,9% du capital de Suez détenus par Engie - dont l'Etat est le premier actionnaire avec 24% du capital - à un prix pour le moment fixé à 15,50 euros par action avant une offre sur le reste du capital de son concurrent, une proposition dont il a fixé la date limite de validité au 30 septembre.

(Benjamin Mallet)