Téléchargez
notre application
Ouvrir

La création d'un passeport vaccinal européen divise les Vingt-Sept

reuters.com  |   |  433  mots
La creation d'un passeport vaccinal europeen divise les vingt-sept[reuters.com]
(Crédits : Dado Ruvic)

par Francesco Guarascio

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne travaille actuellement à la création d'un certificat de vaccination, intitulé "Vaxproof", qui pourrait permettre de rétablir les voyages entre pays membres mais ce plan divise les Vingt-Sept.

La question est débattue pendant des mois, mais n'a pour l'instant abouti à aucun compromis en raison des craintes liées aux réticences d'une partie de l'opinion publique et aux questionnements sur la protection de la vie privée.

L'exécutif européen cherche à mettre en place un système de reconnaissance mutuelle d'un certificat prouvant que son détenteur a été vacciné contre le nouveau coronavirus et ne doit donc pas subir de tests lors de son arrivée dans un autre pays, ont expliqué deux fonctionnaires européens informés sur la question.

La Commission doit publier la semaine prochaine une nouvelle série de recommandations afin de renforcer la coordination de la lutte contre le coronavirus, mais on ignore pour l'instant si des propositions détaillées sur le certificat "Vaxproof" seront incluses.

Une porte-parole de la Commission a déclaré lors d'une conférence de presse organisée ce vendredi qu'il était important que les 27 membres de l'Union européenne disposent d'un certificat de vaccination commun à tous, mais a insisté sur le fait que les discussions étaient toujours en cours à ce sujet.

Un des fonctionnaires a déclaré, sous le sceau de l'anonymat, que le certificat ne nécessiterait pas la création d'une nouvelle base de données européenne contenant des renseignements personnels, mais qu'un certain niveau de partage était inévitable.

La question sera examinée par les dirigeants de l'UE lors du conseil européen par visioconférence de jeudi prochain.

De nombreux États membres de l'UE soutiennent ce plan, en particulier ceux dont l'économie dépend énormément du secteur touristique, comme la Grèce et Malte, ont expliqué des responsables européens au fait des discussions internes.

Mais d'autres, comme les Pays-Bas, se montrent plus prudents.

"Il ne s'agit pas d'un refus catégorique, mais notre Parlement craint que ces certificats ne finissent par être utilisés pour déterminer si les gens ont l'autorisation de voyager ou non", a déclaré un diplomate néerlandais, ajoutant qu'il pourrait également devenir une manière détournée de rendre la vaccination obligatoire.

De nombreuses voix s'inquiètent que la vaccination obligatoire - ou toute mesure qui pourrait y conduire de façon indirecte - ne fasse qu'augmenter le scepticisme vis-à-vis du vaccin.

(version française Laura Marchioro, édité par Jean-Stéphane Brosse)