Téléchargez
notre application
Ouvrir

Sanofi va conditionner plus de 100 millions de doses du vaccin Pfizer d’ici la fin de l’année

reuters.com  |   |  340  mots
Sanofi va conditionner plus de 100 millions de doses du vaccin pfizer d’ici la fin de l’annee[reuters.com]
(Crédits : Benoit Tessier)

PARIS (Reuters) - Sanofi va fournir plus de 100 millions de doses du vaccin contre le COVID-19 mis au point par Pfizer et BioNTech d'ici à la fin de l'année, annonce son directeur général dans un entretien publié mardi par Le Figaro.

Comme le laboratoire français a pris du retard dans le développement de ses propres vaccins, il a décidé de se rapprocher de son confère américain "pour se rendre utile dès à présent" et un accord a été conclu mardi, précise Paul Hudson.

"Nous allons utiliser notre usine de Francfort en Allemagne pour conditionner le produit qui nous sera fourni par Pfizer-BioNTech à partir du mois de juillet (...) Nous devrions pouvoir fournir plus de 100 millions de doses d'ici la fin de l'année, qui seront destinées à l'Union européenne et donc en partie à la France", poursuit-il.

Sanofi poursuit néanmoins ses propres travaux sur un vaccin à protéines recombinantes, une technologie qui nécessite plus de temps, explique Paul Hudson. "Nous avons quelques mois de délais supplémentaires, mais nous sommes confiants. Nous avons réussi en neuf mois ce qui nous aurait pris 2 à 5 ans en temps normal ! Je suis très fier du travail accompli."

"Nous obtiendrons les premiers résultats sur le dosage et l'efficacité en mai, après quoi nous pourrons entamer notre phase 3 (test à grande échelle sur des dizaines de milliers de personnes, NDLR). Nous visons une mise sur le marché pour le dernier trimestre de l'année", ajoute Paul Hudson.

Sanofi a annoncé à la mi-décembre que le candidat vaccin développé en collaboration avec GlaxoSmithKline (GSK) ne serait pas disponible avant le quatrième trimestre 2021, après un essai clinique dont les résultats n'ont pas été satisfaisants pour les personnes les plus âgées.

Les deux laboratoires, qui étaient déjà en retard dans la course au vaccin, tablaient au départ sur une mise sur le marché au début du deuxième semestre 2021.

(Matthias Blamont, Jean-Stéphane Brosse et Jean-Philippe Lefief)