Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le directeur de la CIA évoque, à Moscou, les cyberattaques imputées à la Russie

reuters.com  |   |  317  mots
Le directeur de la cia evoque, a moscou, les cyberattaques imputees a la russie[reuters.com]
(Crédits : Pool)

par Maria Tsvetkova et Anton Zverev

MOSCOU (Reuters) - Le directeur de la CIA, William Burns, a soulevé auprès de hauts représentants russes lors d'une rare visite à Moscou la question des attaques informatiques imputées par les Etats-Unis à la Russie, ont déclaré mercredi à Reuters trois personnes informées des discussions.

Ce déplacement intervient après le sommet bilatéral tenu en juin dernier en Suisse par Joe Biden et Vladimir Poutine lors duquel le président américain a pressé son homologue russe d'agir contre les cyberattaques menées contre des entreprises et des infrastructure américaines pour réclamer des rançons ('ransomware').

Moscou a alors publiquement accepté de traquer les pirates informatiques, tandis qu'était annoncé le début de consultations entre les deux pays en matière de cybersécurité.

D'après une source proche des services de sécurité russes, dont William Burns a rencontré de hauts représentants, "la cybersécurité a été l'un des sujets" discutés et le directeur de la CIA a présenté des preuves de l'implication de 'hackers' russes dans les attaques informatiques menées aux Etats-Unis.

William Burns, ancien ambassadeur à Moscou et qui maîtrise la langue russe, a rencontré mardi le secrétaire du Conseil de sécurité, Nikolaï Patruchev, ancien directeur du FSB. Il s'est entretenu mercredi avec le directeur des services du renseignement étranger.

Il s'agit à date de la dernière des multiples réunions à haut niveau menées entre Washington et Moscou, montrant la volonté des deux camps de maintenir le dialogue en dépit de leur défiance réciproque et de querelles sur un éventail de sujets qui ont dégradé leurs relations à un niveau sans précédent depuis la Guerre froide.

(Reportage Maria Tsvetkova et Anton Zverev, avec Mark Hosenball à Washington, Gleb Stolyarov, Maxim Rodionov et Alexander Marrow à Moscou; version française Jean Terzian)