Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le centre-gauche en force à l'issue des élections municipales

reuters.com  |   |  305  mots
Le centre-gauche en force a l'issue des elections municipales[reuters.com]
(Crédits : Pool)

ROME (Reuters) - La coalition de droite au pouvoir en Italie sort affaiblie du second tour des élections municipales, qui a vu le centre-gauche s'imposer dimanche dans une série de villes traditionnellement acquises au centre-droit.

Les électeurs étaient appelés aux urnes dans 65 villes, dont 13 capitales régionales et provinciales. Le taux de participation était faible, 42% des quelque deux millions d'électeurs concernés (sur neuf millions).

Au premier tour, le 12 juin, le centre-droit avait remporté 10 des 26 capitales régionales ou provinciales sur les 976 municipalités en jeu lors de ce scrutin partiel.

A moins d'un an des élections législatives, ces municipales au système majoritaire à deux tours sont considérées comme un bon test pour les partis nationaux qui comptent leurs divisions et éprouvent ainsi la solidité de leurs alliances.

Le Parti démocrate s'est emparé de la majorité des chefs-lieux dans les duels de second tour : notamment Parme, Alessandria et Monza, dans le Nord, et Catanzaro, dans le Sud.

"Ce résultat nous renforce pour l'avenir, dans la construction d'un bloc de centre-gauche qui sera gagnant également au niveau national, lors des élections de l'année prochaine", a déclaré dimanche le chef du Parti démocrate italien Enrico Letta, qui s'est dit très satisfait de ce "résultat extraordinaire".

L'ancien footballeur Damiano Tommasi, épaulé par le parti démocrate et le Mouvement Cinq-Etoiles (M5S), a remporté la victoire à Vérone, bastion du bloc conservateur depuis 15 ans.

La star du football a profité de la décision de la coalition de droite composée de Forza Italia présidé par Silvio Berlusconi (centre-droit), Frattelli d'Italia (extrême droite) et la Ligue (droite souverainiste dirigée par Matteo Salvini) de ne pas soutenir le même candidat.

(Reportage Giulia Segreti ; version française Dagmarah Mackos, édité par Sophie Louet)