Téléchargez
notre application
Ouvrir

La crise du coût de la vie entraîne une augmentation "stupéfiante" de l'extrême pauvreté, selon le PNUD

reuters.com  |   |  306  mots
La crise du cout de la vie entraine une augmentation stupefiante de l'extreme pauvrete, selon le pnud[reuters.com]
(Crédits : Andrew Biraj)

LONDRES (Reuters) - La crise mondiale du coût de la vie entraîne 71 millions de personnes supplémentaires dans l'extrême pauvreté dans les pays les plus pauvres, montre un rapport publié jeudi par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

Achim Steiner, administrateur du PNUD, a déclaré qu'une étude portant sur 159 pays en développement avait montré que la hausse du prix des matières premières cette année frappait déjà certaines régions comme l'Afrique subsaharienne, les Balkans ou l'Asie.

Le PNUD a appelé à l'action, souhaitant que les pays riches étendent l'initiative de suspension du service de la dette (DSSI), mise en place pour aider les pays pauvres pendant la pandémie de coronavirus.

"La crise du coût de la vie fait basculer des millions de personnes dans la pauvreté, voire la famine, à une vitesse vertigineuse", a déclaré Achim Steiner. "Et la menace d'une augmentation des troubles sociaux grandit de jour en jour."

Des institutions comme les Nations unies, la Banque mondiale ou le Fonds monétaire international ont fixé des seuils de pauvreté: dans les pays à faible revenu, il est défini comme un pouvoir d'achat de 1,90 dollar (1,86 euro) ou moins par personne et par jour. Dans les pays à revenu intermédiaire inférieur, ce pouvoir d'achat par personne et par jour est fixé à 3,20 dollars et dans les pays à revenu intermédiaire supérieur, il est fixé à 5,50 dollars.

Selon le rapport, la crise actuelle du coût de la vie pourrait avoir fait basculer 51 millions de personnes supplémentaires dans l'extrême pauvreté, sous le seuil de 1,90 dollar par jour, et 20 millions de personnes supplémentaires sous le seuil des 3,20 dollars par jour, ce qui porterait le total mondial à un peu plus de 1,7 milliard de personnes.

(Reportage Marc Jones; version française Camille Raynaud)