Téléchargez
notre application
Ouvrir

La France ne peut continuer de s'écarter de l'Allemagne sur la dette, selon la Cour des comptes

reuters.com  |   |  394  mots
La france ne peut continuer de s'ecarter de l'allemagne sur la dette, selon la cour des comptes[reuters.com]
(Crédits : Christian Hartmann)

PARIS (Reuters) - Les finances publiques de la France ne peuvent plus continuer de s'éloigner de celles de pays dont l'endettement est plus faible, comme l'Allemagne, sans menacer la zone euro, a prévenu jeudi la Cour des comptes, appelant le gouvernement à contrôler davantage les dépenses alors que de nouvelles mesures de lutte contre l'inflation vont être présentées au Parlement.

Dans son rapport annuel sur les perspectives pour les finances publiques, la Cour estime que la prévision gouvernementale d'un déficit budgétaire de 5% du produit intérieur brut (PIB) cette année est vulnérable face aux risques sanitaires et géopolitiques pesant sur la croissance et alimentant l'inflation.

Cela pourrait avoir pour conséquence de fragiliser l'objectif du gouvernement de voir la dette publique, attendue à 112% du PIB cette année, commencer à baisser en 2026, ce qui est déjà plus tardif que les autres pays de la zone euro hautement endettés, note la Cour des comptes.

La France "ne peut pas continuer de s'écarter des pays au taux d'endettement nettement plus faible comme l'Allemagne. En effet, ces divergences représentent un risque significatif au sein d'une zone monétaire unique", est-il écrit dans le rapport, publié le jour même où le gouvernement examine un nouvel ensemble d'aides aux ménages français face à la flambée de l'inflation.

Galvanisés par les résultats des élections législatives du mois dernier qui ont privé le président Emmanuel Macron d'une majorité absolue de députés à l'Assemblée nationale, les partis d'opposition entendent apporter des amendements importants au projet de loi gouvernemental, avec pour effet d'accroître le coût pour les finances publiques.

La Cour des comptes estime à près de 50 milliards d'euros le coût du nouvel ensemble d'aides envisagées face à l'inflation, qui s'ajoutent à des mesures déjà en place comme le plafonnement des prix de l'électricité et du gaz. Le gouvernement entend financer une partie de ces mesures via des recettes fiscales meilleures qu'attendu cette année.

Dans son rapport, la Cour appelle à une meilleure maîtrise des finances dans la future programmation budgétaire pluriannuelle attendue à l'automne prochain et se prononce en faveur d'une réforme des retraites, rejetée avec vigueur par l'opposition de gauche.

(Reportage Leigh Thomas, version française Jean Terzian, édité par Bertrand Boucey)