Téléchargez
notre application
Ouvrir

Éthiopie : Près de la moitié de la population du Tigré a besoin d'une aide alimentaire, selon le Programme alimentaire mondial

reuters.com  |   |  386  mots
Ethiopie: pres de la moitie de la population du tigre a besoin d'une aide alimentaire, selon le programme alimentaire mondial[reuters.com]
(Crédits : Tiksa Negeri)

NAIROBI (Reuters) - Près de la moitié de la population de la région du Tigré, en Éthiopie, a besoin d'une aide alimentaire après le conflit de deux ans qui a touché le pays et en raison et des difficultés rencontrées par les organisations pour atteindre les zones rurales, a déclaré vendredi le Programme alimentaire mondial (PAM).

Même si l'aide alimentaire a repris après que le gouvernement fédéral a déclaré un cessez-le-feu unilatéral en mars, les taux de malnutrition sont montés en flèche et devraient s'aggraver, a indiqué l'agence des Nations unies dans un étude.

Les services tels que les banques et les télécommunications ont été interrompus dans le Tigré, quelques jours après le retrait de l'armée nationale et des forces alliées il y a un an. Ils n'ont pas encore été rétablis, empêchant la population d'acheter de la nourriture, selon le PAM.

La moitié des femmes enceintes ou allaitantes du Tigré souffrent de malnutrition, ainsi qu'un tiers des enfants de moins de cinq ans, ce qui entraîne des retards de croissance et des décès maternels, selon le rapport.

AIDE ALIMENTAIRE

Dans le Tigré et les régions voisines d'Afar et d'Amhara, également touchées par la guerre, on estime que 13 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire, soit une augmentation de 44% depuis le précédent rapport du PAM publié en janvier.

Les Nations unies ont déclaré que depuis le 1er avril, seuls 1.750.000 litres de carburant sont entrés dans le Tigré, soit moins de 20% des besoins mensuels de la région.

Legesse Tulu, porte-parole du gouvernement, n'a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires de Reuters sur l'insuffisance des livraisons de carburant.

Les espoirs de pourparlers de paix imminents entre le gouvernement du Premier ministre Abiy Ahmed et le Front populaire de libération du Tigré, le parti qui contrôle le Tigré, s'estompent, les deux parties s'accusant mutuellement de ne pas vouloir s'asseoir à la table des négociations.

Les combats ont déplacé des millions de personnes, plongé certaines régions du Tigré dans une situation de famine et tué des milliers de civils.

(Reportage Giulia Paravicini; version française Elitsa Gadeva, édité par Kate Entringer)