Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'Irlande du Nord compte davantage de catholiques que de protestants

reuters.com  |   |  429  mots
Le roi charles iii et la reine consort arrivent pour une visite au chateau de hillsborough[reuters.com]
(Crédits : Pool New)

par Amanda Ferguson

BELFAST (Reuters) - L'Irlande du Nord compte pour la première fois davantage de catholiques que de protestants, montrent les résultats d'un recensement publiés jeudi.

Ce tournant démographique majeur survient un siècle après la création en 1921 de cette nation constitutive du Royaume-Uni avec l'objectif d'y maintenir une majorité "unioniste", pro-britannique et majoritairement protestante, face à la jeune République d'Irlande à majorité catholique.

A l'époque, la population de la province britannique était composée d'environ deux tiers de protestants pour un tiers de catholiques.

Selon les résultats publiés jeudi, 45,7% des personnes interrogées lors du recensement de 2021 s'identifient comme catholiques et 43,5% comme protestantes.

Il y a dix ans, lors du précédent recensement, la part de protestants s'élevait à 48%, passant pour la première fois sous le seuil de 50%, contre 43% pour les catholiques.

Les tensions religieuses en Irlande du Nord remontent au XVIIe siècle, quand des colons protestants venus d'Ecosse et d'Angleterre ont été "implantés" dans le nord-est de l'île d'Irlande afin de renforcer l'autorité de la Couronne britannique.

Les démographes prédisent depuis longtemps que les catholiques, plus jeunes, dont le taux de natalité est plus élevé, pourraient représenter une majorité d'électeurs en Irlande du Nord en une génération, ce qui pourrait favoriser les partisans d'un rattachement de la province à la République irlandaise.

Les résultats du recensement montrent qu'un "changement historique est à l'oeuvre dans cette île", a déclaré Michelle O'Neill, dirigeante du Sinn Fein en Irlande du Nord, devenu en mai dernier le premier parti représenté au parlement provincial.

Le parti nationaliste a jugé qu'ils constituaient une raison de plus pour organiser un référendum sur l'unification irlandaise.

Colum Eastwood, chef de file du SDLP, parti nationaliste modéré, a qualifié quant à lui les résultats du recensement de "moment fondateur dans l'histoire de l'Irlande moderne".

Il n'existe cependant pas de corrélation automatique entre le vote des catholiques et le rattachement à l'Irlande, même si ces derniers sont enclins à voter en faveur des partis nationalistes.

Une minorité importante d'électeurs catholiques et protestants soutiennent le parti de l'Alliance, qui entend dépasser les clivages confessionnels et a doublé le nombre de ses élus aux élections de mai dernier.

Tous les catholiques et protestants ne partagent pas non plus l'opinion majoritaire de leur communauté quant à la question de l'unification, montrent les sondages.

Entre 1968 et les accords de paix de 1998, plus de 3.000 personnes sont mortes dans le conflit nord-irlandais.

(version française Jean-Stéphane Brosse)