Téléchargez
notre application
Ouvrir

Berlin songe à nationaliser l'ex-filiale de Gazprom en Allemagne

reuters.com  |   |  306  mots
Une illustration montre un gazoduc devant des drapeaux allemands et russes[reuters.com]
(Crédits : Dado Ruvic)

par Christian Kraemer et Tom Käckenhoff

(Reuters) - Le gouvernement allemand envisage de nationaliser Sefe, ex-filiale du russe Gazprom en Allemagne, afin de lui éviter la faillite, a-t-on appris jeudi de deux sources proches du dossier, au lendemain de l'annonce de la nationalisation d'Uniper, premier importateur de gaz du pays.

Ces sources ont toutefois déclaré qu'aucune décision n'avait été prise concernant l'ancien Gazprom Germania, dont le projet de nationalisation a été évoqué en premier par le journal Der Spiegel.

Des porte-parole du ministère de l'Economie et de l'autorité de régulation du secteur de l'énergie en Allemagne ont dit que des discussions étaient en cours au sujet de l'avenir de Sefe. L'ex-filiale allemande de Gazprom n'avait pas de commentaire à formuler dans l'immédiat.

Les livraisons de gaz russes à l'Europe étant quasiment taries à la suite des sanctions européennes contre la Russie en raison du conflit en Ukraine, l'Allemagne s'efforce de trouver des sources alternatives d'approvisionnement énergétiques.

Les autorités fédérales allemandes ont déjà pris le contrôle opérationnel et commercial de Gazprom Germania en avril pour garantir les approvisionnements en gaz du pays.

Pour les experts du secteur, une nationalisation est désormais probable mais risque de prendre plusieurs semaines.

Avec la nationalisation d'Uniper, l'Allemagne a déjà injecté au moins 40 milliards d'euros dans ses trois principaux importateurs de gaz russe.

Nettement moins dépendante du gaz russe, la France a pour sa part néanmoins décidé de nationaliser EDF en vue de garantir la sécurité de ses approvisionnements énergétiques sur fond de crise de l'énergie dans toute l'Europe, accentuée par la guerre en Ukraine.

(Reportage Christian Kraemer, Rachel More et Tom Käckenhoff, rédigé par Madeline Chambers et Kirsti Knolle, version française Bertrand Boucey, édité par Kate Entringer)