L'homme d'affaires russe Prigojine reconnaît pour la première fois son lien avec le groupe paramilitaire Wagner

reuters.com  |   |  342  mots
Photo d'archives d'evgeny prigozhin assistant vladimir poutine lors d'un diner au restaurant cheval blanc aux alentours de moscou[reuters.com]
(Crédits : Pool New)

LONDRES (Reuters) - L'homme d'affaires russe Evgueni Prigojine a reconnu lundi pour la première fois publiquement avoir fondé le groupe Wagner en 2014, alors qu'il avait jusqu'à présent constamment démenti tout lien avec cette société paramilitaire privée.

Le groupe, composé d'anciens combattants des forces armées russes, est ou a été actif en Libye, en Syrie, en République centrafricaine et au Mali, entre autres pays.

Le service de presse de l'entreprise de restauration d'Evgueni Prigojine, Concord, a publié ses déclarations sur le réseau social VKontakte en réponse à une demande d'un site d'information russe sur les raisons pour lesquelles il avait cessé de nier ses liens avec Wagner.

"J'ai nettoyé moi-même les vieilles armes, j'ai trié les gilets pare-balles moi-même et j'ai trouvé des spécialistes qui pouvaient m'aider pour cela. À partir de ce moment, le 1er mai 2014, un groupe de patriotes était né, qui a ensuite été appelé le bataillon Wagner", a déclaré Evgueni Prigojine.

"Je suis fier d'avoir pu défendre leur droit de protéger les intérêts de leur pays", a-t-il ajouté.

Concord a confirmé à Reuters que la déclaration était authentique.

Evgueni Prigojine, surnommé le "cuisinier de Poutine" en raison des contrats de restauration de sa société au Kremlin, est visé par des sanctions des Etats-Unis et de l'Union européenne pour son implication dans Wagner.

Américains et Européens l'accusent également d'avoir financé une "ferme à trolls" connue sous le nom d'Internet Research Agency qui, selon Washington, a tenté d'influencer les élections américaines.

Evgueni Prigojine a par le passé poursuivi en justice des médias, notamment le site Bellingcat, le site d'information russe Meduza et la station de radio Echo de Moscou, aujourd'hui fermée, pour avoir évoqué ses liens avec Wagner.

Cette société paramilitaire a été créée après l'annexion de la Crimée par la Russie et le début du soutien russe aux séparatistes du Donbass dans l'est de l'Ukraine.

(Reportage Reuters ; version française Federica Mileo)

tag.dispatch();