EDF : Le gouvernement a choisi un nouveau patron, annonce "imminente", dit Le Maire

reuters.com  |   |  456  mots
Photo d'archives d'un drapeau portant le logo d'edf[reuters.com]
(Crédits : Pascal Rossignol)

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a choisi la personne qui dirigera EDF en remplacement de l'actuel PDG Jean-Bernard Lévy, a déclaré mardi le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, ajoutant que la nomination était "imminente".

"Tout ça est une affaire de procédures (...) Nous avons la personne", a-t-il dit sur France Inter en réponse à une question sur le sujet.

Bruno Le Maire a également laissé entendre que les postes de président du conseil d'administration et de directeur général pourraient être séparés désormais à la tête de l'électricien.

"Nous avons toujours eu comme doctrine avec le président de la République de séparer le poste de président du poste de directeur général. Je ne vois pas pourquoi cela ne serait pas le cas pour EDF", a-t-il dit.

L'Etat a lancé début juillet le processus de succession de Jean-Bernard Lévy, dont le mandat devait initialement s'achever en mars 2023. Bruno Le Maire avait alors souhaité que la nouvelle direction soit opérationnelle dès la rentrée.

Le gouvernement prévoit de renationaliser à 100% EDF, afin de lui permettre d'engager des chantiers "ambitieux", comme le renouvellement du parc nucléaire national.

Luc Rémont, responsable des opérations internationales chez Schneider Electric, devrait prendre la direction générale d'EDF, ont déclaré des sources à Reuters.

Le quotidien Les Echos a indiqué lundi que Claude Imauven, le président d'Orano, spécialisé dans le retraitement du combustible nucléaire, était donné favori pour la présidence du groupe.

Une source au sein d'EDF a fait valoir que le parcours et la formation de ce dernier, passé notamment par Polytechnique et l'Ecole des Mines, lui offraient un certain avantage.

Laurence Parisot, ancienne présidente du Medef et actuelle présidente de la banque Citi en France, est également pressentie pour le poste, selon plusieurs sources.

EDF et Schneider Electric n'ont pas souhaité faire de commentaire tandis qu'Orano n'a pas pu être joint dans l'immédiat.

Quelle qu'elle soit, la prochaine équipe dirigeante sera confrontée à une multitude de difficultés au sein du groupe français sur fond de crise de l'énergie en Europe.

La majorité des réacteurs du parc nucléaire français sont arrêtés pour des opérations de maintenance ou des problèmes de corrosion, ce qui contribue à maintenir les prix de l'électricité à des niveaux record alors que l'Europe cherche à se passer du gaz russe et que la France, habituellement plus gros exportateur d'électricité de la région, est devenue importatrice nette.

(Rédigé par Laetitia Volga avec Dominique Vidalon, Elizabeth Pineau et Leigh Thomas, édité par Jean-Stéphane Brosse)

tag.dispatch();