La Corée du Nord a tiré un missile balistique ayant survolé le Japon

reuters.com  |   |  680  mots
Un homme regarde un bulletin d'information sur le tir par la coree du nord d'un missile balistique au-dessus du japon[reuters.com]
(Crédits : Kim Hong-Ji)

SEOUL/TOKYO (Reuters) - La Corée du Nord a procédé mardi depuis sa côte Est au tir d'un missile balistique ayant survolé le Japon pour la première fois en cinq ans, poussant les autorités japonaises à demander aux citoyens de se mettre à l'abri et provoquant la suspension de lignes de train dans le nord du pays.

Le tir a été signalé par l'état-major de l'armée sud-coréenne et par les garde-côtes japonais. Le missile a survolé le Japon avant semble-t-il d'échouer dans l'océan Pacifique.

Tokyo a déclaré n'avoir pris aucune mesure de défense pour détruire le missile nord-coréen.

"La série d'agissements de la Corée du Nord, dont les tirs répétés de missiles balistiques, menace la paix et la sécurité du Japon, la région et la communauté internationale, et pose un défi important à l'ensemble de la communauté internationale", a déclaré le porte-parole du gouvernement japonais, Hirokazu Matsuno, au cours d'une conférence de presse succincte.

Il semble s'agir d'un missile balistique à portée intermédiaire, a indiqué l'état-major de l'armée sud-coréenne.

D'après la télévision japonaise TV Asahi, citant une source gouvernementale à Tokyo, la Corée du Nord aurait tiré un missile balistique intercontinental qui se serait échoué en mer à environ 3.000 kilomètres du Japon.

Pyongyang a multiplié cette année les essais de missiles, rendant ses armes davantage opérationnelles et renforçant ses capacités militaires.

La plupart des tirs nord-coréens adoptent une trajectoire en forme de "boucle", s'envolant dans l'espace avant de retomber à proximité de leur site de lancement, sans survoler des pays voisins.

TOLLÉ POLITIQUE

En lançant un missile survolant le Japon, la Corée du Nord a procédé à un test aux conditions plus réalistes, a commenté Ankit Panda, membre du think-tank américain Carnegie Endowment for International Peace.

"Politiquement, c'est compliqué: le missile vole principalement hors de l'atmosphère lorsqu'il survole le Japon, mais c'est évidemment angoissant pour la population japonaise d'être avertie de la possible arrivée d'un missile nord-coréen", a-t-il ajouté.

Il s'agit du cinquième tir nord-coréen en dix jours, dans un contexte de tensions accrues avec la Corée du Sud et les Etats-Unis, lesquels ont mené la semaine dernière des manoeuvres militaires trilatérales avec le Japon.

Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol a qualifié le tir d'"irresponsable" et assuré que Séoul, ses alliés et la communauté internationale apporteraient une réponse ferme.

Corée du Sud et Etats-Unis s'attendent à ce que Pyongyang procède d'ici la fin de l'année à un premier essai nucléaire depuis 2017.

S'exprimant devant des journalistes à Tokyo, le Premier ministre japonais Fumio Kishida a qualifié de "barbares" les actions de la Corée du Nord, indiquant que son gouvernement continuait de recueillir et d'analyser des informations.

Ce tir de missile au-dessus du Japon est "regrettable", a dit pour sa part le principal émissaire des Etats-Unis pour l'est de l'Asie, Daniel Kritenbrink, lors d'un événement virtuel organisé par l'Institut d'études coréennes-américaines.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken ainsi que les ministres des Affaires étrangères du Japon et de la Corée du Sud ont "fermement condamné" le tir d'un missile balistique, a déclaré mardi le porte-parole du département d'État américain, Ned Price.

Le trio a également condamné le mépris de la Corée du Nord pour les multiples résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et ses implications profondément déstabilisantes pour la région.

Antony Blinken a souligné que les États-Unis s'engageaient à défendre la Corée du Sud et le Japon et a réaffirmé l'importance d'une étroite coopération trilatérale pour tenir la Corée du Nord "responsable de son comportement inacceptable".

(Reportage Hyonhee Shin et Josh Smith à Séoul, Chang-Ran Kim et Kantaro Komiya à Tokyo; rédigé par le bureau de Paris, édité par Kate Entringer)

tag.dispatch();