L'Ukraine accuse la Russie d'agir comme lors de la famine de 1932

reuters.com  |   |  804  mots
Une femme place une bougie devant un monument aux victimes de l'holodomor[reuters.com]
(Crédits : Valentyn Ogirenko)

par Dan Peleschuk

KYIV (Reuters) - L'Ukraine a accusé samedi la Russie de recourir aux mêmes tactiques "génocidaires" que celles de Joseph Staline alors que le pays commémore la famine qui a fait des millions de morts durant l'hiver 1932-1933 à la suite des réquisitions imposées par le dirigeant soviétique.

La journée du souvenir de l'"Holodomor", la famine des années 1930 en Ukraine, intervient cette année alors que le pays est confronté par des températures hivernales à de vastes pannes d'électricité dues aux bombardements russes sur ses infrastructures énergétiques dans le cadre de ce que Moscou qualifie d''"opération militaire spéciale", lancée en février.

"Jadis ils ont essayé de nous détruire par la faim, maintenant par l'obscurité et le froid", a écrit le président ukrainien Volodimir Zelensky sur la messagerie Telegram. "On ne peut pas nous briser."

En novembre 1932, Joseph Staline a ordonné la saisie de toutes les céréales et de tout le bétail dans les fermes nouvellement collectivisées d'Ukraine, y compris les semences destinées à la récolte suivante. Dans les mois suivants, des millions d'Ukrainiens sont morts de faim.

"Les Russes paieront pour toutes les victimes de l'Holodomor et répondront des crimes d'aujourd'hui", a écrit Andriy Yermak, chef de l'administration présidentielle ukrainienne, sur la messagerie Telegram.

Des millions d'Ukrainiens restent privés d'électricité à la suite des intenses bombardements russes cette semaine, a déclaré vendredi soir Volodimir Zelensky.

La Russie dément prendre les civils pour cible et a déclaré jeudi que l'Ukraine pouvait "mettre fin aux souffrances" de sa population en acceptant ses exigences.

MACRON ACCUSE LA RUSSIE D'"INSTRUMENTALISER LA FAIM"

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a déclaré samedi dans un communiqué que Moscou ressuscitait les tactiques des années 1930.

"Au 90e anniversaire de l'Holodomor de 1932-1933 en Ukraine, la guerre d'agression génocidaire de la Russie poursuit le même objectif que lors du génocide de 1932-1933 : l'élimination de la nation ukrainienne et de son Etat", a-t-il dit.

"Le récit politique et idéologique de l'ère stalinienne, en particulier la présentation d'un soi-disant 'Occident hostile' et la négation de l'existence de l'Ukraine en tant qu'Etat indépendant, est activement reproduit aujourd'hui", a-t-il ajouté.

Le président russe Vladimir Poutine a en partie justifié l'offensive militaire lancée le 24 février en Ukraine par ce qu'il considère comme une volonté de l'Occident d'intégrer ce pays dans son giron, ce qui constituerait selon lui une menace pour la Russie.

Présent ce samedi à Kyiv en compagnie de son homologue lituanienne Ingrida Simonyte, le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, a lui aussi effectué un rapprochement historique entre la situation actuelle et celle de l'Union soviétique des années 1930, à laquelle appartenait l'Ukraine.

"Aujourd'hui, le monde est confronté à une nouvelle famine artificielle", a-t-il dit. "Nous oeuvrons ensemble pour garantir un approvisionnement total de l'Ukraine aux pays d'Afrique et d'Asie."

Malgré le conflit en cours, l'Ukraine et la Russie sont parvenues en juillet à un accord sous l'égide de l'Onu et de la Turquie afin de permettre les exportations de céréales ukrainiennes via la mer Noire. Cet accord vient d'être reconduit pour quatre mois.

SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

En présence de Mateusz Morawiecki, d'Ingrida Simonyte, du Premier ministre belge Alexander de Croo et de la présidente hongroise Katalin Novak, Volodimir Zelenskiy a organisé ce samedi à Kyiv un sommet international consacré à la sécurité alimentaire mondiale et aux exportations agricoles ukrainiennes.

Dans le cadre de ce sommet, Volodimir Zelensky a annoncé avoir levé 150 millions de dollars auprès de plus de 20 pays et de l'Union européenne pour exporter des céréales vers des pays comme l'Éthiopie, le Soudan, le Sud-Soudan, la Somalie et le Yémen.

"Nous prévoyons d'envoyer au moins 60 navires depuis les ports ukrainiens vers les pays les plus menacés par la famine et la sécheresse", a dit le président ukrainien.

Dans un message vidéo diffusé au cours de ce sommet, Emmanuel Macron a promis 6 millions d'euros d'aides supplémentaires pour les exportations de céréales ukrainiennes, vitales pour l'approvisionnement de nombreux pays d'Afrique et d'Asie.

Le président français a lui aussi rappelé le souvenir de "l'immense tragédie" de la famine des années 1930.

"D'hier à aujourd'hui, la nation ukrainienne montre sa détermination et force notre admiration", a dit le président français. "La guerre d'agression de la Russie contre l'Ukraine (...) menace le monde d'une crise alimentaire."

"La Russie continue d'instrumentaliser la faim comme moyen de pression et l'alimentation comme arme de guerre", a-t-il accusé.

(Reportage Dan Peleschuk, avec Alan Charlish à Varsovie, version française Bertrand Boucey et Kate Entringer)

tag.dispatch();