Chine : Les manifestations contre la politique "zéro COVID" s'étendent à l'étranger

reuters.com  |   |  467  mots
Manifestation devant l'ambassade de chine a londres[reuters.com]
(Crédits : Alexander Mak)

par Jessie Pang

HONG KONG (Reuters) - Les manifestations contre les restrictions imposées à la population chinoise dans le cadre de la lutte contre le COVID-19, qui ont provoqué une vague de désobéissance sans précédent en Chine au cours du week-end, se sont étendues lundi à au moins une douzaine de villes dans le monde.

Des dissidents et des étudiants expatriés ont organisé des veillées et des rassemblements, notamment à Londres, Paris, Tokyo et Sydney, selon un décompte Reuters.

Dans la plupart des cas, les manifestations n'ont rassemblé que des dizaines de personnes, mais certaines en ont attiré plus de 100, selon le décompte.

Ces rassemblements sont un exemple rare d'union parmi les Chinois, dans leur pays et à l'étranger, pour contester la politique de Pékin.

Le mécontentement croissant d'une partie de la population chinoise à l'égard de la politique "zéro COVID" s'est transformé en contestation à la suite de la mort de 10 personnes, jeudi, dans l'incendie d'un immeuble résidentiel à Urumqi, dans l'ouest de la Chine. Les manifestants estiment que les mesures de confinement sont en partie responsables de la catastrophe.

Des dizaines de manifestants se sont rassemblés lundi dans le quartier d'affaires la région administrative spéciale de Hong Kong, théâtre de manifestations antigouvernementales en 2019.

"Je pense que c'est le droit normal des gens d'exprimer leur opinion. Je pense qu'ils ne devraient pas supprimer ce genre de droit", a déclaré Lam, un hongkongais de 50 ans.

Des dizaines d'étudiants se sont également rassemblés sur le campus de l'Université chinoise de Hong Kong en mémoire des personnes décédées au Xinjiang, montrent des images vidéo publiées en ligne.

SOUTIEN DE L'ÉTRANGER

ertains manifestants étrangers estiment que c'est à leur tour d'assumer une partie du fardeau que leurs proches ont enduré.

"C'est ce que je dois faire. Lorsque j'ai vu tant de citoyens et d'étudiants chinois descendre dans la rue, j'ai eu le sentiment qu'ils avaient supporté beaucoup plus que nous", a dit Chiang Seeta, l'une des organisatrices d'une manifestation qui a attiré environ 200 personnes à Paris dimanche.

À l'extérieur du Centre Pompidou, certains manifestants ont déposé des fleurs et allumé des bougies pour les personnes tuées dans l'incendie et d'autres ont blâmé le président Xi Jinping et le Parti communiste.

Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré lundi que la Chine n'avait pas connaissance de manifestations à l'étranger demandant la fin de sa politique "zéro COVID".

Les étudiants chinois à l'étranger se sont souvent rassemblés ces dernières années pour soutenir leur gouvernement contre ses détracteurs, mais les manifestations anti-gouvernementales ont été rares.

(Reportage Jessie Pang ; version française Diana Mandiá, édité par Kate Entringer)

tag.dispatch();