Coronavirus : La Chine assouplit les restrictions sanitaires

reuters.com  |   |  570  mots
Les epidemies de covid-19 se poursuivent a pekin[reuters.com]
(Crédits : Thomas Peter)

PEKIN (Reuters) - La Commission nationale de la santé chinoise a présenté mercredi dix nouvelles mesures d'assouplissement de la stricte politique de lutte contre l'épidémie de COVID-19 en vigueur dans le pays, avec notamment un allègement des règles d'isolement dans certains cas et la fin des tests pour les déplacements à l'intérieur des frontières chinoises.

Cette nouvelle série de dispositions reflète l'inflexion la plus significative à ce jour de la politique "zéro COVID-19" en oeuvre depuis trois ans dans le pays, à l'inverse de la stratégie "vivre avec le COVID-19" adoptée dans la plupart des pays du monde.

Avec l'évolution des souches virales, la grande majorité des personnes contaminées par le coronavirus SARS-CoV-2 s'avèrent asymptomatiques ou ne développent qu'une forme légère de COVID-19, a expliqué la Commission nationale de la santé pour justifier ces allègements qui interviennent après plusieurs semaines de vastes mouvements de protestation contre les restrictions à travers le pays.

L'une des principales évolutions réside dans la modification des protocoles d'isolement des personnes contaminées, qui ne seront plus systématiquement isolées dans des centres dédiés.

"Les personnes asymptomatiques et celles souffrant de formes légères de COVID-19 pourront rester isolées à domicile avec une surveillance médicale renforcée, et être transférées dans des hôpitaux désignés à cet effet pour y être traitées si leur état s'aggrave", a fait savoir la commission.

Les nouvelles règles préconisent également de circonscrire plus finement les zones à "haut risque" soumises à confinement après la découverte d'un cas de contamination par le SARS-CoV-2, par exemple à l'échelle d'un immeuble, d'un étage, ou d'un foyer, à la différence des confinements stricts ayant isolé des quartiers entiers avant un premier allègement le mois dernier.

La levée du confinement des zones concernées devra également être effectuée plus rapidement, après cinq jours sans nouvelle contamination dans le foyer potentiel.

Les autorités sanitaires chinoises recommandent également l'abandon des campagnes de dépistage massives à l'échelle régionale au profit de dépistages plus ciblés et moins fréquents ; la fin de l'obligation de présenter un test négatif pour se déplacer d'une région à l'autre - même si les frontières extérieures restent largement fermées - ainsi que la levée de l'obligation de présenter un pass sanitaire pour accéder aux établissements médico-sociaux ou scolaires.

Ces annonces sont rapidement devenues l'un des sujets les plus discutés sur Weibo, le Twitter chinois, de nombreux internautes se réjouissant de pouvoir à nouveau voyager dans le pays, même si certains se sont inquiétés de voir les contaminations se multiplier.

Les analystes ont également accueilli favorablement cette inflexion qui pourrait redonner de l'élan à une économie chinoise dont la croissance a été entravée par la pandémie de COVID-19 et par les restrictions, entraînant la croissance mondiale dans son sillage.

"Ce changement de politique est un grand pas en avant", a estimé Zhiwei Zhang, chef économiste à Pinpoint Asset Management. "Je pense que la Chine rouvrira complètement ses frontières avant la mi-2023", a-t-il noté.

(Reportage Ryan Woo, Bernard Orr, Albee Zhang, Brenda Goh et Ethan Wang ; version française Myriam Rivet, édité par Bertrand Boucey et Tangi Salaün)

tag.dispatch();