L'Allemagne arrête 25 suspects accusés de vouloir préparer un coup d'Etat

reuters.com  |   |  653  mots
Des membres et des partisans presumes d'un groupe d'extreme droite ont ete arretes lors de raids en allemagne[reuters.com]
(Crédits : Tilman Blasshofer)

par Miranda Murray

BERLIN (Reuters) - Les autorités allemandes ont annoncé l'arrestation, ce mercredi, de 25 membres d'un groupe d'extrême droite soupçonnés de préparer un coup d'Etat et une attaque armée contre le Bundestag.

Le parquet allemand a déclaré que ce groupe était inspiré par les théories conspirationnistes de QAnon et des Reichsbürger (citoyens du Reich), une mouvance qui ne reconnaît pas la légitimité des institutions de la République fédérale et défend le rétablissement de l'empire allemand.

Le complot prévoyait d'installer un ancien membre de la famille royale allemande, identifié sous le nom de Henri XIII, comme dirigeant du futur Etat tandis qu'un autre suspect, Rüdiger v.P., commandait la branche armée, a précisé le ministère public.

Il a ajouté que Henri XIII, qui utilise le titre de prince et vient de la maison princière Reuss, laquelle a régné sur certaines régions d'Allemagne orientale, avait pris contact avec des représentants en Russie pour s'assurer de leur soutien, sans que rien ne prouve que cette requête ait été accueillie positivement par les intéressés.

"Cela semble être un problème interne à l'Allemagne. Il ne peut être question d'une quelconque interférence de la Russie", a réagi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

La ministre allemande de l'intérieur, Nancy Faeser, a déclaré que les investigations avaient permis "d'entrevoir l'abîme de la menace terroriste" émanant de la mouvance des Reichsbürger, ajoutant que l'Etat fédéral savait comment se défendre contre ces "ennemis de la démocratie".

Un soldat en service actif appartenant aux forces spéciales et plusieurs réservistes figurent parmi les suspects, a dit à Reuters un porte-parole des services de renseignement militaires. Le militaire est membre de la force d'élite KSK (Kommando Spezialkräfte) de l'armée de terre, réorganisée ces dernières années après plusieurs incidents en relation avec l'extrême droite et des groupes néo-nazis.

PERQUISITIONS

Des perquisitions ont été menées par plus de 3.000 membres des forces de sécurité dans 11 Länder. Les suspects ont été arrêtés dans le Bade-Würtemberg, dans la Hesse, en Bavière, à Berlin, en Saxe et Basse-Saxe, en Thuringe ainsi qu'en Autriche et en Italie, a précisé le parquet.

Les enquêteurs soupçonnent plusieurs suspects d'avoir préparé une attaque du Bundestag, la chambre basse du Parlement, à Berlin à l'aide d'un petit groupe armé, a encore indiqué le parquet.

Les personnes arrêtées sont également accusées d'avoir préparé, depuis la fin novembre 2021, plusieurs autres actions telles que le recrutement de nouveaux membres, principalement dans les rangs de la police et de l'armée, a-t-il ajouté.

Les suspects comparaîtront mercredi et jeudi devant un tribunal fédéral qui décidera de leur maintien ou non en détention provisoire.

En août 2020, des centaines de manifestants avaient envahi les marches du Reichstag, le bâtiment du Parlement, certains brandissant des drapeaux d'extrême droite, en marge de manifestations contre les restrictions sanitaires anti-Covid.

Selon les services de renseignement intérieurs allemands, la mouvance des Reichsbürger rassemble environ 21.000 personnes, dont environ 5% sont considérés comme des extrémistes de droite.

Quelque 2.100 Reichsbürger sont prêts à recourir à la violence pour atteindre leurs objectifs, ont estimé les services dans leur rapport annuel en 2021.

La maison Reuss a déjà pris ses distances avec Henri XIII, le décrivant comme un homme confus obsédé par des théories du complot, selon les médias. Elle n'a pas immédiatement répondu mercredi à une demande de commentaire.

La monarchie allemande a été abolie il y a un siècle, lors de la proclamation de la République de Weimar en 1919.

(version française Jean-Stéphane Brosse, édité par Kate Entringer)

tag.dispatch();