Ukraine : Un rapport de l'Onu détaille 441 exécutions de civils au début de la guerre

reuters.com  |   |  545  mots
Photo d'une poupee dans un cimetiere[reuters.com]
(Crédits : Zohra Bensemra)

par Michael Shields

ZURICH (Reuters) - Les troupes russes ont tué au moins 441 civils aux premiers jours de l'invasion de l'Ukraine, conclut un rapport publié mercredi par le Haut-Commissariat aux droits de l'homme (HCDH) des Nations unies, qui recense des faits perpétrés dans plusieurs dizaines de communes et des exécutions sommaires susceptibles selon lui de constituer des crimes de guerre.

Le bilan humain total dans les oblasts de Kyiv, Tchernihiv et Soumy est probablement bien plus élevé, précise le HCDH dans ce rapport qui porte sur la période allant du 24 février, premier jour de l'invasion, au début du mois d'avril, lorsque les troupes russes se sont repliées de ces trois régions.

"Les actes en question ont été commis par des forces armées russes qui contrôlaient ces zones et ils ont conduit à la mort de 441 civils (341 hommes, 72 femmes, 20 garçons et huit filles)", détaille le document.

"Il existe des éléments solides indiquant que les exécutions sommaires documentées dans le rapport constituent le crime de guerre d'homicide intentionnel", a déclaré le haut-commissaire aux droits de l'homme de l'Onu, Volker Türk, dans un communiqué.

Le HCDH, par l'intermédiaire de la Mission de surveillance des droits de l'homme des Nations unies en Ukraine, a rassemblé des preuves dans 102 villes et villages au total.

Les ministères russes des Affaires étrangères et de la Défense n'ont pas répondu dans l'immédiat à des demandes de commentaires.

Moscou a nié à plusieurs reprises s'en prendre délibérément à la population civile depuis le début de ce que les autorités russes appellent "l'opération militaire spéciale" en Ukraine.

Kyiv et ses alliés occidentaux dénoncent de leur côté une invasion visant à prendre le contrôle d'une partie au moins du territoire de l'Ukraine.

Au 4 décembre, le HCDH avait recensé 6.702 morts civils.

Le rapport publié mercredi se limite aux régions contrôlées par les troupes russes dès les premiers jours du conflit en raison de "la prévalence d'allégations de meurtres de civils dans ces trois régions" et de la capacité du Haut-Commissariat à vérifier et documenter des décès après le retrait des troupes russes.

Une commission de l'Onu avait conclu en octobre que les troupes russes étaient responsables d'une grande majorité des violations des droits humains durant les premiers jours de la guerre.

Les observations faites sur un nombre important des corps recensés par le nouveau rapport suggèrent que les victimes ont été tuées intentionnellement, précise le HCDH.

Sur 100 décès ayant fait l'objet d'une enquête approfondie, 57 sont classés comme des exécutions sommaires, dont 30 concernent des personnes en détention au moment de leur mort.

Les 43 autres cas sont ceux de civils tués alors qu'ils se déplaçaient à pied, à vélo ou en véhicule motorisé.

"La plupart des victimes ont été prises pour cible alors qu'elles se rendaient à leur travail, qu'elles amenaient de la nourriture à d'autres, qu'elles rendaient visite à des voisins ou des proches, ou qu'elles tentaient de fuir les hostilités", ajoute le rapport.

(Reportage Michael Shields, version française Marc Angrand, édité par Kate Entringer)

tag.dispatch();