Semi-conducteurs : Les Pays-Bas prévoient de nouvelles restrictions pour la Chine, rapporte Bloomberg

reuters.com  |   |  245  mots
Le logo d'asml holding est visible au siege de la societe a eindhoven[reuters.com]
(Crédits : Eva Plevier)

(Reuters) - Les autorités néerlandaises prévoient d'appliquer de nouveaux contrôles sur les exportations d'équipements destinés à la fabrication de puces vers la Chine, a rapporté mercredi l'agence Bloomberg, citant des personnes proches du dossier.

La société néerlandaise ASML Holdings NV, leader mondial de la fabrication d'équipements pour semi-conducteurs, a réalisé plus de 2 milliards d'euros de ventes en Chine en 2021.

Cependant, depuis 2018, le gouvernement néerlandais n'accorde plus le licences à ASML pour exporter ses machines les plus avancées vers la Chine, en raison d'applications militaires potentielles.

La ministre néerlandaise du Commerce, Liesje Schreinemacher, avait déclaré le mois dernier que les Pays-Bas étaient en pourparlers avec le gouvernement américain concernant de nouvelles restrictions.

D'après Bloomberg, ces restrictions pourraient intervenir dès le mois prochain, sans préciser ce qu'elles signifieraient pour ASML en termes de volume des ventes en Chine.

"Cette nouvelle ne sera pas une grande surprise pour le marché", a dit Amit Harchandani, analyste chez Citi, en précisant qu'ASML avait indiqué qu'environ 5% de son carnet de commandes était indirectement menacés par les restrictions américaines.

Les perspectives de la société en dehors de la Chine restent solides, a-t-il ajouté.

Le ministère néerlandais des Affaires étrangères, le conseil de sécurité nationale de la Maison blanche et ASML se sont refusés à tout commentaire.

(Reportage Kanjyik Ghosh, version française Lina Golovnya, édité par Kate Entringer)

tag.dispatch();