Allemage : Ouverture du procès de l'ancien patron de Wirecard

reuters.com  |   |  422  mots
L'ancien president du directoire de wirecard  markus braun, et ses avocats, alors que s'ouvre le proces du fondateur du groupe a munich[reuters.com]
(Crédits : Lukas Barth)

par Jörn Poltz

MUNICH (Reuters) - Le procès du fondateur et ancien président du directoire de Wirecard s'est ouvert ce jeudi à Munich, deux ans après le spectaculaire effondrement du groupe allemand de paiements électroniques, dans un scandale qui a éclaboussé la sphère politique allemande et terni la réputation financière du pays.

Markus Braun, 53 ans, en détention depuis son arrestation en 2020, dément tout détournement de fonds et se présente comme victime de fraudes réalisées à son insu.

Il se retrouve sur le banc des accusés avec deux autres anciens dirigeants de Wirecard: Stephan von Erffa, ancien chef comptable de la fintech allemande et Oliver Bellenhaus, ancien dirigeant d'une filiale du groupe à Dubaï, devenu un témoin clé pour l'accusation après s'être rendu aux autorités allemandes en 2020.

Les trois hommes sont entre autres accusés de fraude et de manipulation de marché et encourent des peines pouvant aller jusqu'à 15 ans de prison s'ils sont reconnus coupables.

Un quatrième suspect, Jan Marsalek, ancien bras droit de Markus Braun soupçonné d'être au coeur de cette fraude présumée, est quant à lui en cavale depuis 2020 et fait l'objet d'un mandat de recherche international.

Le procès, qui se déroule dans une nouvelle salle d'audience, la plus grande de Munich - une salle souterraine sécurisée dans l'enceinte de la prison de Stadelheim - doit se tenir au moins jusqu'en 2024.

Fondé en 1999 et basé à Aschheim, dans la banlieue de la capitale bavaroise, Wirecard a progressé jusqu'à intégrer en 2018 l'indice phare de la Bourse de Francort, le Dax.

Sa capitalisation a dépassé plus de 23 milliards d'euros à un certain stade, avant que le groupe ne dépose le bilan en juin 2020, dans le sillage de la découverte d'un trou de 1,9 milliard d'euros dans ses comptes, laissant ses créanciers face à une dette de près de quatre milliards d'euros.

Cet effondrement a mis dans l'embarras des dirigeants politiques - dont l'ancienne chancelière Angela Merkel et son ministre des Finances de l'époque Olaf Scholz, qui lui a depuis succédé à la chancellerie - qui avaient affiché leur soutien à l'égard du groupe alors qu'il envisageait une acquisition en Chine, notamment.

Les autorités de régulation allemandes ont également subi le contrecoup de cette affaire, à la suite de laquelle le patron de la BaFin, le gendarme boursier allemand, a démissionné.

(Reportage Matthias Williams, version française Myriam Rivet, édité par Blandine Hénault)

tag.dispatch();