Zelensky en visite surprise à Londres, attendu mercredi soir à Paris

reuters.com  |   |  747  mots
Visite du president ukrainien volodymyr zelenskiy au royaume-uni[reuters.com]
(Crédits : Pool)

par Elizabeth Piper et Muvija M

LONDRES (Reuters) - Le président ukrainien Volodimir Zelensky est arrivé mercredi à Londres pour une visite surprise, son deuxième voyage connu à l'étranger depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine il y a près d'un an, obtenant de Rishi Sunak de nouvelles promesses, avant de se rendre plus tard à Paris pour y rencontrer ses homologues français et allemand.

Volodimir Zelensky a rencontré le Premier ministre Rishi Sunak et s'est adressé à la Chambre des communes pour demander "des avions de combat pour l'Ukraine. Des ailes pour la liberté".

Accueilli par Rishi Sunak sur les marches du 10,Downing Street, Volodimir Zelensky a remercié la Grande-Bretagne pour son soutien "dès les premiers jours de l'invasion à grande échelle".

Peu avant son arrivée, la Grande-Bretagne avait annoncé son intention d'élargir aux forces aériennes et maritimes ses programmes de formation de l'armée ukrainienne - afin notamment de permettre aux pilotes de maîtriser à l'avenir des "appareils sophistiqués aux normes Otan".

Si Londres ne s'est pas engagé à fournir d'avions à Kyiv, cette décision pourrait permettre de convaincre les pays réticents à l'envoi d'appareil par crainte d'une escalade du conflit.

La Grande-Bretagne a également promis d'accélérer la livraison de matériel militaire à l'Ukraine, dans le cadre d'un "investissement de long terme dans son armée".

L'Ukraine "fera tout son possible et l'impossible pour que le monde nous fournisse des avions modernes afin de former et protéger les pilotes qui nous protégeront", a dit Volodimir Zelensky aux députés britanniques dans le Westminster Hall de Londres.

Rishi Sunak à déclaré ensuite devant les députés que la Grande-Bretagne apporterait à l'Ukraine le soutien dont elle a besoin "pour assurer une victoire militaire décisive sur le champ de bataille cette année".

Le chef de l'Etat ukrainien va également être reçu par le roi Charles III et rencontrer des soldats ukraniens actuellement en formation au Royaume-Uni.

Volodimir Zelensky est par la suite attendu en fin de journée à Paris, où il rencontrera le président français Emmanuel Macron ainsi que le chancelier allemand Olaf Scholz, a indiqué l'Elysée.

Olaf Scholz, qui s'est montré plus prudent que d'autres dirigeants occidentaux en matière de livraisons d'armes, avait déclaré aux députés à Berlin qu'il était préférable que les décisions concernant les armes soient coordonnées en coulisses, plutôt qu'annoncées séparément dans une "compétition publique".

Un diplomate européen a quant à lui confirmé que Volodimir Zelensky se rendrait jeudi à Bruxelles, où se déroulera un sommet de l'Union européenne.

NOUVELLES SANCTIONS CONTRE LE KREMLIN

Le Royaume-Uni s'est chargé de former quelque 10.000 soldats ukrainiens au cours des six derniers mois et compte en former encore 20.000 cette année, selon Downing Street.

Des militaires ukrainiens sont arrivés la semaine dernière en Grande-Bretagne pour apprendre le maniement des chars d'assaut Challenger 2 promis par Londres à l'Ukraine.

Le gouvernement britannique a jusqu'ici refusé de livrer des avions de combat à Kyiv mais le ministre de la Défense, Ben Wallace, a laissé entendre que cette position pourrait changer.

Le gouvernement de Rishi Sunak a également annoncé de nouvelles sanctions contre les "élites militaires russes et du Kremlin", dont six entités fournissant des équipements militaires tels que des drones pour l'opération d'invasion.

Ces sanctions visent aussi huit individus et une entité liés à des réseaux financiers qui permettent de préserver la richesse et le pouvoir des dignitaires du Kremlin.

"L'Ukraine a montré que (Vladimir) Poutine n'allait pas mettre fin à son invasion tyrannique. Il a répondu en frappant aveuglément des zones civiles et des infrastructures cruciales à travers le pays", a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly. "Nous ne pouvons pas le laisser parvenir à ses fins. Nous devons renforcer notre aide."

Londres a déjà imposé depuis le début de la guerre en Ukraine, il y a près d'un an, des sanctions contre des centaines d'individus et d'entités russes.

Volodimir Zelensky ne s'est rendu qu'une fois à l'étranger depuis le début de la guerre d'invasion russe en février 2022. C'était en décembre dernier à Washington, où il a rencontré le président américain Joe Biden et a pris la parole devant les élus du Congrès.

(Reportage Muvija M, version française Jean-Stéphane Brosse et Kate Entringer, édité par Blandine Hénault)

tag.dispatch();