L'Onu vote en faveur d'une saisine de la CIJ sur les obligations climatiques des États

reuters.com  |   |  427  mots
Le siege des nations unies a new york[reuters.com]
(Crédits : Carlo Allegri)

WASHINGTON (Reuters) - L'Assemblée générale des Nations unies a voté mercredi une résolution demandant à la plus haute juridiction mondiale de définir les obligations des États en matière de lutte contre le changement climatique, un avis juridique qui pourrait inciter les pays à prendre des mesures plus strictes et à clarifier le droit international.

La résolution historique demandant un avis consultatif à la Cour internationale de justice (CIJ) a été présentée à l'Assemblée générale des Nations unies après une campagne de quatre ans menée par la République de Vanuatu et a été adoptée par consensus.

Le Premier ministre du Vanuatu, Ishmael Kalsakau, a déclaré que la résolution et l'avis consultatif "auront un impact puissant et positif sur la manière dont nous abordons le changement climatique et protégeons les générations actuelles et futures".

"Ensemble, nous enverrons un message fort et clair, non seulement dans le monde entier, mais aussi dans le futur : ce jour-là, les peuples des Nations unies, par l'intermédiaire de leurs gouvernements, ont décidé de mettre de côté leurs différences et de travailler ensemble pour relever le défi majeur de notre époque", a-t-il déclaré devant l'Assemblée générale.

Un avis consultatif de la CIJ, organe judiciaire de l'Onu, ne serait contraignant dans aucune juridiction, mais pourrait étayer les futures négociations sur le climat en clarifiant les obligations financières des pays en matière de changement climatique, en aidant les États à réviser et à améliorer les plans climatiques nationaux soumis à l'Accord de Paris, ainsi qu'en renforçant les politiques et les législations nationales.

"Un tel avis aiderait l'Assemblée générale, l'Onu et les États membres à prendre les mesures climatiques plus audacieuses et plus fortes dont notre monde a désespérément besoin", a déclaré mercredi le secrétaire général des Nations unies, António Guterres.

Le Vanuatu et d'autres pays vulnérables sont déjà aux prises avec les graves conséquences du réchauffement climatique. La nation insulaire du Pacifique Sud a été frappée par des cyclones, notamment deux de catégorie 4 ce mois-ci qui ont obligé 10% de sa population à se réfugier dans des centres d'évacuation.

La CIJ pourrait mettre environ 18 mois à rendre un avis consultatif, les pays devant soumettre leurs contributions au cours de l'année prochaine.

(Reportage Valerie Volcovici, version française Gaëlle Sheehan et Nathan Vifflin, édité par Kate Entringer et Blandine Hénault)