Téléchargez
notre application
Ouvrir

Quelque 9,6 millions de décès dû au cancer en 2018, selon un rapport CIRC

reuters.com  |   |  367  mots
Quelque 9,6 millions de deces du au cancer en 2018, selon un rapport circ[reuters.com]
(Crédits : Denis Balibouse)

LONDRES (Reuters) - Le cancer provoquera le décès de 9,6 millions de personnes en 2018, soit un homme sur huit et une femme sur onze, annonce mercredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Dans son rapport GLOBOCAN étudiant les taux de prévalence et de mortalité des différents types de cancer, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence spécialisée de l'OMS, estime que 18,1 millions de nouveaux cas de cancer vont se déclarer cette année.

Ce chiffre représente une forte hausse par rapport aux conclusions du précédent rapport, en 2012, qui avait comptabilisé 14,1 millions de nouveaux cas et 8,2 millions de décès annuels.

Le nombre de personnes vivant avec un cancer diagnostiqué depuis moins de cinq ans est estimé à 43,8 millions.

Le CIRC, basé à Lyon, rappelle que le poids croissant de la charge du cancer (qui combine les nouveaux cas, la prévalence et le nombre de décès) est dû à la fois à des facteurs socio-économiques et à l'accroissement et au vieillissement des populations.

Le rapport note dans les économies émergentes un glissement des cas de cancers liés à la pauvreté et aux infections vers des cancers associés à des modes de vie et de consommation plus caractéristiques des pays développés.

Le cancer du poumon, dû principalement au tabac, demeure le plus meurtrier dans le monde mais aussi celui qui présente, avec le cancer du sein, le plus de nouveaux cas. On devrait totaliser pour chacun de ces cancers quelque 2,1 millions de nouveaux cas cette année.

Viennent ensuite le cancer colorectal (1,8 million en 2018), puis ceux de la prostate et de l'estomac.

"Ces chiffres montrent qu'il reste beaucoup à faire pour lutter contre la hausse alarmante de la charge du cancer dans le monde mais aussi que la prévention a un rôle décisif à jouer", relève le directeur du CIRC, Christopher Wild, dans un communiqué accompagnant la publication du rapport.

L'agence de l'OMS appelle en conséquence les Etats à mettre en place de toute urgence des politiques de prévention et de dépistage plus efficaces.

(Kate Kelland; Tangi Salaün pour le service français, édité par Danielle Rouquié)