Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les adhérents des Tories majoritairement opposés à l'accord de Brexit

reuters.com  |   |  358  mots
Les adherents des tories majoritairement opposes a l'accord de brexit[reuters.com]
(Crédits : Pool New)

LONDRES (Reuters) - La majorité des adhérents du Parti conservateur de la Première ministre britannique Theresa May sont opposés à l'accord de Brexit négocié par Theresa May avec l'Union européenne, selon un sondage YouGov publié vendredi, à moins de 90 jours de la sortie programmée de la Grande-Bretagne de l'UE.

Alors que le divorce entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne est fixé au 29 mars à 23h00 GMT, Theresa May n'a toujours pas réussi à faire ratifier par son Parlement l'accord de retrait négocié avec Bruxelles et entériné fin novembre par les chefs d'Etat et de gouvernement européens.

D'après l'enquête d'opinion menée par YouGov pour un centre d'étude politique dépendant de l'administration publique, 59% des adhérents du Parti conservateur sont opposés à l'accord de Brexit négocié par Theresa May. Seuls 38% d'entre eux se disent favorables à cet accord.

Plus de la moitié des 1.215 adhérents des Tories interrogés ont dit penser que les termes de l'accord ne respectaient pas le résultat du référendum de 2016 sur le Brexit.

Ce sondage a été conduit du 17 au 22 décembre, soit quelques jours après que Theresa May a dû renoncer in extremis au vote prévu à la Chambre des Communes, faute de majorité.

Les débats aux Communes reprendront la semaine prochaine et le vote doit avoir lieu dans la semaine du 14 janvier.

La Première ministre conservatrice a promis fin décembre de faire le point devant les Communes, après la reprise des travaux parlementaires le 7 janvier, sur les "réassurances" qu'elle cherche à obtenir de Bruxelles.

Interrogés par l'institut YouGov sur la teneur de leur vote en cas de second référendum sur le Brexit, 64% des adhérents tories ont dit préférer un Brexit "dur" à l'accord négocié par May. Seuls 29% d'entre eux ont déclaré qu'ils se prononceraient aux urnes en faveur de cet accord.

Theresa May a rejeté l'hypothèse d'un second Brexit, une position rappelée par le ministre du Brexit, Stephen Barclays, dans un entretien vendredi à Die Welt.

(Kylie MacLellan; Jean Terzian pour le service français)