Téléchargez
notre application
Ouvrir

Corée du Nord : Le deuxième sommet Trump-Kim prévu fin février

reuters.com  |   |  572  mots
L'emissaire de pyongyang recu par mike pompeo a washington[reuters.com]
(Crédits : Joshua Roberts)

WASHINGTON (Reuters) - Donald Trump rencontrera le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un pour la deuxième fois fin février dans un lieu qui sera dévoilé prochainement, a annoncé vendredi la Maison blanche.

Le président des Etats-Unis avait auparavant reçu l'émissaire nord-coréen Kim Yong-chol afin de préparer ce second sommet. Lors du premier, qui s'est déroulé le 12 juin à Singapour, Kim Jong-un s'est engagé à démanteler son arsenal nucléaire, mais les négociations menées depuis n'ont pas permis de définir les modalités.

"Le président Donald J. Trump a rencontré Kim Yong-chol pendant une heure et demie pour discuter de la dénucléarisation et d'un deuxième sommet, qui aura lieu vers la fin du mois de février. Le président a hâte de rencontrer le président Kim à un endroit qui sera annoncé ultérieurement", déclare Sarah Sanders, porte-parole de la Maison Blanche, dans un communiqué.

"Nous continuons à progresser. Nous continuons à avoir des discussions. Les Etats-Unis vont continuer à faire pression et à imposer des sanctions à la Corée du Nord", ajoute-t-elle.

Ce second sommet pourrait avoir lieu au Vietnam, pays communiste qui entretient de bonnes relations avec Washington et Pyongyang, selon la presse sud-coréenne.

Kim Yong-chol, qui a dirigé les services de renseignement nord-coréens avant d'être chargé des négociations sur la dénucléarisation, avait auparavant rencontré le secrétaire d'Etat Mike Pompeo, ex-patron de la CIA, avec lequel il a posé devant les photographes dans un hôtel de Washington.

Les deux diplomates, principaux artisans du sommet historique de Singapour, se sont ensuite retirés dans une salle de réunion où ils ont passé trois quarts d'heure.

DISCUSSIONS EN SUÈDE

Le département d'Etat a fait état par la suite d'une "bonne discussion" sur "les moyens à mettre en oeuvre dans le cadre des engagements que le président Trump et le dirigeant Kim Jong-un ont pris lors de leur sommet à Singapour".

Quelques heures avant l'arrivée de Kim Yong-chol à Washington, Donald Trump avait dévoilé une nouvelle stratégie de défense antimissile dans laquelle il estime que la Corée du Nord représente une "menace extraordinaire et permanente".

Après le sommet de juin, il avait pourtant assuré que cette menace s'était dissipée.

Des diplomates de haut rang des deux pays sont par ailleurs en discussions en Suède, a-t-on appris de source diplomatique.

D'après le quotidien Dagens Nyheter, les délégations discutent depuis jeudi et se reverront durant tout le week-end. Le journal suédois indiquait que le représentant spécial des Etats-Unis pour la Corée, Stephen Biegun, participait à ces discussions, mais le diplomate américain était présent à Washington avec Mike Pompeo.

Aux Nations unies, le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, a estimé qu'il était "grand temps" de faire en sorte que les négociations entre Washington et Pyongyang sur la dénucléarisation de la Corée "reprennent sérieusement".

"Les deux pays doivent désormais montrer au moins quelques résultats concrets de leurs efforts diplomatiques lors du second sommet, faute de quoi tout cela passera pour de la téléréalité", a quant à lui estimé Harry Kazianis, membre du Center for the National Interest.

(David Brunnstrom et Matt Spetalnick avec Daniel Dickson à Stockholm; Henri-Pierre André et Jean-Philippe Lefief pour le service français)