Téléchargez
notre application
Ouvrir

Italie : Salvini et Di Maio vont se rencontrer

reuters.com  |   |  582  mots
Luigi di maio demande a voir matteo salvini[reuters.com]
(Crédits : Remo Casilli)

ROME (Reuters) - Les deux vice-présidents du Conseil italien, le chef de la Ligue Matteo Salvini et le dirigeant du Mouvement 5 Etoiles (M5S) Luigi Di Maio, vont se rencontrer pour tenter de mettre fin aux tensions au sein du gouvernement de coalition au pouvoir depuis plus d'un an.

Luigi Di Maio avait demandé vendredi matin cette rencontre pour désamorcer la crise actuelle.

"Il est souhaitable que nous nous parlions et que nous nous voyions aujourd'hui", a déclaré le chef de file du M5S dans un entretien accordé à la chaîne de télévision publique RAI 3.

"Le gouvernement n'est pas en cause", a-t-il poursuivi, excluant l'effondrement de la coalition malgré la dernière controverse au sujet de la confirmation d'Ursula von der Leyen à la présidence de la Commission européenne.

"Nous allons certainement nous voir (...) Le problème, ce n'est pas Di Maio mais l'opposition exprimée par de nombreux responsables politiques de Cinq Etoiles", a répondu un peu plus tard Matteo Salvini.

"Il y a de toute évidence des ministres 5 Etoiles qui s'opposent totalement à nos propositions, à nos initiatives, à nos projets (...), et cela est préjudiciable à l'Italie", a-t-il poursuivi.

"Il n'y a là rien de personnel. Luigi Di Maio est quelqu'un de correct et de respectable mais l'opposition quotidienne à notre travail et à nos réformes de certains membres du M5S est inacceptable", a-t-il ajouté.

Des voix se sont élevées au sein du M5S pour dénoncer les prises de position de Salvini et demander des élections anticipées.

Les dissensions entre la Ligue et le M5S durent depuis des mois mais le résultat des élections européennes du 26 mai a encore aggravé les tensions.

En l'emportant avec un peu plus de 34% des voix contre 17% seulement pour le M5S, la Ligue a inversé le rapport de forces issu des élections législatives de mars 2018 (le M5S avait alors réuni près de 33% des voix contre un peu plus de 17% pour la Ligue).

Les députés européens du mouvement d'extrême droite ont voté mardi contre la nomination d'Ursula von der Leyen à la présidence de l'exécutif européen, alors que ceux du M5S ont voté pour, et Luigi Di Maio a reproché jeudi à la Ligue d'isoler l'Italie.

Matteo Salvini a demandé le jour-même à être reçu par le président Sergio Mattarella, ce qui a relancé l'hypothèse d'une crise gouvernementale. Dans la soirée, le chef de file de la Ligue a nié avoir l'intention de lui remettre sa démission, ce qui n'a pas empêché la presse d'évoquer la perspective d'élections anticipées à l'automne.

Un autre sujet de tensions entre la Ligue et le M5S est le projet de réforme soutenu par l'extrême droite qui prévoit d'accord de plus larges compétences aux régions. Cette idée déplaît aux amis de Di Maio, inquiets du fossé qui pourrait se creuser encore plus entre le nord et le sud du pays.

"Je suis heureux d'annoncer que nous avons fait des progrès importants sur le dossier de l'autonomie" des régions, a toutefois déclaré le président du Conseil Giuseppe Conte vendredi à l'issue d'une rencontre avec les ministres concernés.

Il a ajouté qu'il espérait pouvoir présenter le projet prochainement en conseil des ministres.

(Giselda Vagnoni et Angelo Amante; Jean-Philippe Lefief et Guy Kerivel pour le service français)