Téléchargez
notre application
Ouvrir

Corée du Nord : Un nouveau tir de missile balistique serait "imminent"

reuters.com  |   |  446  mots
Coree du nord: un nouveau tir de missile balistique serait imminent[reuters.com]
(Crédits : Kcna)

par Idrees Ali et Josh Smith

WASHINGTON/SEOUL (Reuters) - La Corée du Nord, qui est confrontée à une épidémie de COVID-19 sans précédent sur son territoire, s'apprêterait à effectuer un nouveau tir de missile balistique intercontinental (ICBM), en amont d'une visite du président américain à Séoul, ont déclaré des responsables américain et sud-coréen.

L'essai d'un ICBM semble imminent, a déclaré le conseiller adjoint à la sécurité nationale Kim Tae-hyo lors d'un point de presse à Séoul.

"S'il y a une petite ou une grande provocation nord-coréenne pendant la période du sommet, nous avons préparé le plan B", a-t-il déclaré.

Ce plan permettrait de sécuriser le dispositif de défense et les systèmes de commandement et de contrôle des forces militaires combinées des États-Unis et de la Corée du Sud, même si cela nécessite de modifier le calendrier du sommet, a-t-il précisé.

Les derniers renseignements disponibles montrent que la Corée du Nord pourrait procéder à un essai de missile balistique intercontinental dès jeudi ou vendredi, selon un responsable américain, qui s'exprimait sous couvert d'anonymat.

Joe Biden devrait arriver en Corée du Sud vendredi pour son premier voyage dans la région depuis son élection et sa première rencontre avec le président sud-coréen Yoon Suk-yeol, qui a pris ses fonctions le 10 mai.

La Maison-Blanche a déclaré la semaine dernière que le président envisageait de se rendre dans la zone démilitarisée, à la frontière avec la Corée du Nord.

Les chances que la Corée du Nord procède à un essai nucléaire ce week-end semblent faibles, mais si le Nord commet une provocation majeure, ces moyens sont prêts à être mobilisés, a déclaré pour sa part Kim Tae-hyo.

Un essai de missile balistique pourrait également compromettre les efforts internationaux visant à aider Pyongyang, qui lutte contre sa première épidémie confirmée de COVID-19.

La Corée du Nord a envoyé un avion en Chine pour récupérer des fournitures médicales quelques jours après avoir confirmé sa première épidémie de COVID-19, ont rapporté les médias mardi, mais Pyongyang n'a pas encore répondu aux offres d'aide de la Corée du Sud.

Washington a déclaré être favorable à une aide à la Corée du Nord, ajoutant qu'il n'était pas prévu pour l'instant de lui fournir des vaccins.

(Reportages Idrees Ali à Washington et Josh Smith à Séoul; avec la contribution de Soo-hyang Choi, version française Kate Entringer, édité par Jean-Michel Bélot)

2 mn