Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le vol d'essai de la capsule Starliner de Boeing touche à sa fin

reuters.com  |   |  328  mots
Le vol d'essai de la capsule starliner de boeing touche a sa fin[reuters.com]
(Crédits : Steve Nesius)

(Reuters) - La nouvelle capsule Starliner de Boeing doit redescendre sur Terre mercredi, après son premier voyage sans équipage vers la Station spatiale internationale (ISS), concluant un vol d'essai à grands enjeux pour l'engin spatial.

Moins d'une semaine après son lancement depuis Cap Canaveral, en Floride, le CST-100 Starliner devait se désamarrer de manière autonome de l'ISS à 14h36 HAE (18h36 GMT) avant un vol de retour de plus de cinq heures.

Si tout se passe comme prévu, la mission se conclura par la rentrée dans l'atmosphère de l'engin, suivie d'un atterrissage en parachute en plein désert, près de White Sands au Nouveau-Mexique, à 18h49 PDT (22h49 GMT).

Starliner a été mis en orbite jeudi dernier, propulsé par une fusée Atlas V fournie par United Launch Alliance, une joint-venture entre Boeing et Lockheed Martin. Son objectif principal, un rendez-vous avec l'ISS, a été atteint malgré le dysfonctionnement de quatre propulseurs en cours de route.

Une mission réussie permettrait au Starliner, dont le développement a été marqué par des retards et des revers d'ingénierie, de devenir un mode de transport secondaire pour les trajets entre la terre et l'ISS.

Depuis la reprise des vols en équipage en 2020, la Nasa a dû faire appel aux fusées Falcon 9 et aux capsules Crew Dragon d'Elon Musk et sa société privée SpaceX.

Auparavant, la seule autre option pour atteindre le laboratoire était de faire appel au vaisseau spatial russe Soyouz, une alternative devenue moins attrayante au regard des tensions liées à la guerre en Ukraine.

Les enjeux sont aussi élevés pour Boeing, alors que la société basée à Chicago s'efforce de sortir des crises successives de son activité d'avions de ligne et de son unité de défense spatiale. Le programme Starliner à lui seul a coûté à l'entreprise près de 600 millions de dollars (562,59 millions d'euros).

(Reportage Steve Gorman, version française Augustin Turpin, édité par Kate Entringer)

2 mn